Une "règle de trois" anticapitaliste : réponse au rapport Cotis

, par  attac92clamart , popularité : 27%


Le rapport Cotis est sorti. Et il ne satisfait personne. Sur la question des profits, ce texte reste bien ambigue.
Premier décryptage avec JM Harribey :

Une règle de trois anticapitaliste
Par Jean-Marie Harribey, maître de conférences à l’université de Bordeaux-IV, coprésident
d’ATTAC.
Quelles leçons tirer du rapport Cotis sur le partage de la valeur ajoutée ?
 

 

En revanche, on peut tirer un enseignement a contrario du rapport Cotis. Sans toucher à l’investissement et sans affecter la sacro-sainte compétitivité des entreprises, il serait possible de transférer une part important de la valeur ajoutée des revenus du capital vers la masse salariale.
Ainsi, les profits représentent environ un tiers de la valeur ajoutée. Une division par trois des revenus du capital dans le total des profits ramènerait leur part à de 36 à 12 %. Un tiers de ces vingt-quatre points de différence représenterait huit points de valeur ajoutée qui pourraient être affectés à la masse salariale. En définissant trois nouvelles priorités : augmenter l’emploi de qualité pour une production de qualité, augmenter les bas salaires et les minima sociaux, augmenter les cotisations sociales pour sauver la protection sociale. Voilà une règle des trois tiers anticapitaliste qui pourrait être inaugurée après une modification du partage primaire de la valeur ajoutée, et non pas en tenant
pour acquise la conquête du capital de la décennie 1980. Ainsi, pourrait-on s’attaquer à la racine de la crise actuelle qui ruine l’économie et détruit la société (*).
 

Voir en ligne : Une règle de trois anticapitaliste