les 4 manières de perdre une élection

, par  attac92clamart , popularité : 61%

les 4 manières de perdre une élection : tribune parue dans Libération / Politiques du 25/05/2009


 Européennes : échec annoncé
Par MICHEL FANSTEN administrateur de l’Insee


Les élections récentes font apparaître un phénomène apparemment paradoxal : le résultat d’un scrutin est déterminé par un courant d’abstention plus important dans un camp que dans l’autre.
Ainsi, les électeurs français sont appelés à élire leurs représentants au Parlement européen et tout laisse à penser que, comme en 2004 (ils n’avaient été que 43 % à voter), la majorité d’entre eux ne se déplaceront pas.

Pourtant, en 2005, près de la moitié de ces abstentionnistes a participé au référendum sur le projet de Constitution européenne. Ils ont voté majoritairement non et, pour une large part, ils l’ont fait pour les mêmes raisons que celles pour lesquelles ils s’étaient abstenus un an plus tôt. En d’autres termes, la faible participation de 2004 était en partie due aux réticences, majoritaires dans l’opinion, à l’égard de tel ou tel aspect de la construction européenne : eurosceptiques face à l’élargissement de l’Union ou électeurs opposés à l’orientation libérale de cet élargissement.
Paradoxalement, leur abstention a abouti à envoyer à Strasbourg une majorité favorable à la fois à l’élargissement et à son orientation libérale.

Le phénomène ainsi décrit apparaît tellement général qu’il est possible de le formaliser par des lois statistiques, d’où il ressort que, si un parti n’est jamais tout à fait sûr de gagner une élection, il existe un certain nombre de configurations, repérables à l’avance, dans lesquelles il peut être sûr de perdre.


La suite dans le document-joint :