Tarification sociale : le débat à la fête de l’Humanité du12/09/09

, par  attac92clamart , popularité : 44%

Résumé des positions des différents intervenants :

 
LA LOI ACTUELLE:POURQUOI CHANGER ?
Actuellement il existe une aide à l’impayé pour les factures d’eau, qui se fait dans le cadre des aides du Fond de Solidarité Logement. Mais ce dispositif ne concerne qu’une partie infime des familles concernées. Dans les faits, le droit à l’eau n’est pas reconnu malgré les intentions affichées par la Loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) de 2006.


Les PROPOSITIONS pour une NOUVELLE LOI sur la TARIFICATION de L’EAU
Christian Cambon, sénateur (UMP), maire de Saint Maurice (94) et premier vice-président du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (SEDIF), défend une proposition de loi visant à instaurer un nouveau système de solidarité pour l’eau etl’assainissement, facultatif et à la charge des usagers et des communes. Tout le contraire d’un droit !

Daniel Marcovitch, conseiller de Paris, ancien député(PS), vice-président de l’Observatoire des usagers de l’assainissement (Obusass) mis en place par le Syndicat inerdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne ’SIAAP) défend une proposition qui consiste "à fixer un seuil abordable du poids de la charge de l’eau à savoir 3%" par le versement par les CAF d’une allocation eau qui compenserait les dépenses au sélà du seuil".

Jean-Claude Oliva, président de la Coordination eau Ile-de-France, constate que la facture d’eau creuse les inegalités sociales et que le système d’aide actuel ne fonctionne tout simplement pas. Il souhaite la mise en place d’une tarification progressive avec une première tranche gratuite, socialement et écologiquement plus juste.

Tristan Matieu, président de la commission économique de la fédération professionelle des entreprises de l’eau (FP2E), directeur délégué aux relations contractuelles de Veolia Eau, souhaite le maintien d’une tarification dégressive, pour ne pas perdre les meilleurs clients, c’est-à-dire ceux qui consomment le plus.


DÉBAT AVEC LE PUBLIC
Le premier intervenant souligne que, souvent, la gestion publique de l’eau est beaucoup moins couteuse que la délégation aux entreprises privées :

Membre de la Coordination eau Ile-de-France, Marc Laimé est journaliste et consultant, spécialisé en gestion de l’eau. Il dénonce l’absence d’une réflexion sur le plus long terme : "je me permets d’attirer votre attention sur ce qui me semble être un point mort de ce débat (...) le modèle économique du service de l’eau, qui a vu le jour il y a un siècle, est à bout de souffle. On na va plus pouvoir continuer à assurer le financement des politiques publiques de l’eau avec le facture de l’usager ...

PROLONGEMENTS et CONCLUSION du DEBAT
Les invités reviennent sur leurs propositions, pour mieux identifier les points d’accord ainsi que les clivages... Christian Cambon (Senateur UMP)


 
Les videos sur le site "documents" de la coordination Eau-Ile-de-France, en lien joint :


Voir en ligne : Tarification sociale : tout le débat !

Navigation

AgendaTous les événements

avril 2019 :

Rien pour ce mois

mars 2019 | mai 2019