Articles de Marc Laimé ...

, par  attac92clamart , popularité : 17%
Combien coûte un compteur d’eau ?
par Marc Laimé, 3 juin 2010

 

La polémique sur le coût des compteurs d’eau est ancienne. On soupçonne depuis fort longtemps les trois grandes entreprises privées du secteur, Veolia, Suez et Saur, de réaliser des bénéfices aussi considérables qu’indus, grâce aux compteurs d’eau dont ils sont propriétaires, et qu’ils « louent » aux millions d’usagers captifs, qui dépendent des grands groupes quand leur collectivité leur a délégué la gestion de l’eau et de l’assainissement, ce qui est le cas de 80% des usagers français alimentés en eau potable par les Trois Soeurs.
 
lire la suite ici : ICI
 
 
 
Socialisme municipal et service des eaux, par Jack London
par Marc Laimé, 21 juillet 2010

 

Le célèbre romancier américain, s’inspirant de la création d’une compagnie privée de l’eau à Oakland, dynamitait le mythe de la bienfaisante « concurrence » dans l’apologue ci-après, paru le 12 août 1896.

« Un mot sur la concurrence. La concurrence est l’âme du commerce. C’est un aiguillon pour le capital et le travail, le consommateur en bénéficie. Elle stimule les affaires et elle donne la mesure de la prospérité nationale. Elle ranime les énergies latentes d’un peuple, développe les ressources d’un pays ; elle lègue à une nation, comme un objet de première nécessité, l’indépendance individuelle et collective.

Tout cela - et bien d’autres choses encore - est le résultat, ou du moins, on le prétend, de la concurrence.

Le peuple, les grandes masses agitées, le croient, cela doit être vrai, mais le peuple a été, est, et peut être trompé. Prenons comme exemple le jeu de la coquille. Il est simple - le pois, les coquilles, l’opérateur se trouvent exposés à la vue de tous. Cependant, combien y a t-il de gens qui échouent dans leur tentative de réaliser cet exploit dérisoire : désigner la coquille sous laquelle se trouve le pois ?

Pourtant ils se prononcent aussi hâtivement sur les mérites ou les démérites de la concurrence. Si chaque citoyen voulait consacrer à la question une analyse honnête et réfléchie, comme les conclusions seraient différentes.

Procédons à cette analyse, en prenant pour exemple l’affaire purement locale des compagnies rivales de distribution d’eau d’Oakland.

 

lire la suite ici : http://www.eauxglacees.com/Socialisme-municipal-et-service

 

Le Grenelle des porcs
par Marc Laimé, 17 juin 2010

 

Eau et rivières de Bretagne nous alerte à juste titre sur un amendement déplorable (scandaleux !) voté en catimini par les députés dans la nuit du 16 au 17 juin 2010. A rebours des déclarations officielles, l’état ouvre la voie à une extension sans précédent des porcheries industrielles. « Vivre et penser comme des porcs », fustigeait le regretté Gilles Chatelet, dans un remarquable pamphlet publié en 1998 (*). Nous y sommes.

« L’adoption par la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale, de l’amendement de plusieurs députés bretons, visant à relever le seuil d’autorisation pour les porcheries de 450 à 2000 places ( !) est une véritable déclaration de guerre à la politique environnementale. Il a été voté hier soir mercredi 16 juin, en catimini, à l’occasion de l’examen du projet de loi sur la modernisation agricole.

 

la suite ici : http://www.eauxglacees.com/Le-Grenelle-des-porcs

 

 

 

Le 24 juin 2010 s’est tenue la réunion du Syndicat des eaux d’Ile-de-France qui devait adopter le délégataire Veolia pour le marché de l’eau dans les 133 communes membres du syndicat intercommunal.

 

 

 

 

Santini, le président, avait déplacé cette réunion à Choisy plutôt qu’au coeur de Paris. La crainte des sans-culottes avait aussi produit une organisation de la séance publique... sans public. L’abstention du PC et du PS a été mal suivie par leurs membres puisque 20 élus ont voté contre et 22 se sont abstenus. On ne saura pas qui a voté quoi : les élus se sont prononcés pour un vote secret alors qu’ils sont censés se prononcer en fonction du mandat reçu de leurs conseils municipaux.

 

 

 

 

Une réunion en catimini et sans vrai enjeu, honteuse.

 

 

 

 

La particularité du SEDIF est que son président Santini, publiquement contesté, est entouré d’un bureau qui comprend outre ses alliés politiques traditionnels aussi ses lieutenants du PS ou du PC.

 

 

 

 

La séance fut animée, du côté des citoyens en tout cas.

 

 

la suite ici : http://bondy-autrement.org//index.php?option=com_content&task=view&id=1366&Itemid=146


Navigation

AgendaTous les événements

septembre 2019 :

Rien pour ce mois

août 2019 | octobre 2019