Planète à vendre : recherche bibliographique sur l’accaparement des terres

, par  attac92clamart , popularité : 14%

L’accaparement des terres : recherche bibliographique sur la web.

 

Comment les pays riches et la finance internationale font main basse sur les terres arables du monde. Une remarquable enquête sur un phénomène qui s’accélère, de l’Arabie Saoudite à l’Uruguay, des États-Unis à l’Éthiopie. sur Arte : http://www.arte.tv/fr/semaine/244,broadcastingNum=1222240,day=4,week=16,year=2011.html

 

 

sur ATTAC Québec : L’accaparement des terres : un néocolonialisme qui ne dit pas son nom (novembre 2009) : http://homepage.mac.com/nmousseau/S…

sur Alliance Sud, un dossier en plusiuers pages ( introduction / La problématique / Les accapareurs / Les pays cibles / La question foncière ) et de nombreux liens (de mars 2010) : http://www.alliancesud.ch/fr/docume…

sur confédération paysanne : Campagne contre l’accaparement de terres (janvier 2009) : http://www.confederationpaysanne.fr… et un document pdf : Main basse sur les terres agricoles en pleine crise alimentaire et financière : http://www.confederationpaysanne.fr…

sur ATTAC Suisse : Genève : du bruit contre l’accaparement des terres (juin 2011) : http://www.suisse.attac.org/Geneve-… Le phénomène d’accaparement des terres ne fait qu’exacerber le problème de la faim. Il crée ou favorise des structures productives inadéquates pour la culture vivrière, et fragilise l’agriculture familiale. De plus, les terres accaparées n’offrent que peu de possibilités d’emplois pour la population locale car les exploitations sont fortement mécanisées et parfois cultivées par une main-d’oeuvre étrangère. Ces cultures sont aussi une menace pour l’environnement par l’utilisation intensive de pesticides et, fréquemment, de semences génétiquement modifiées et l’utilisation excessive d’eau. Les femmes sont les premières victimes car elles produisent une grande partie de tous les aliments de base à l’échelle mondiale alors que la plupart d’entre elles ne possèdent pas de titres de propriété. En ayant recours à l’accaparement des terres, les Etats ou les investisseurs mettent en péril les droits humains des populations concernées, dont le droit à l’alimentation et à l’eau, ainsi que la souveraineté alimentaire.

toujours ATTAC Suisse : Accaparement de terres, une nouvelle opportunité pour les investisseurs (décembre 2010) : http://www.suisse.attac.org/Accapar… Grâce à des ONG, le problème d’accaparement de terres commence à être plus largement débattu. Quelques investisseurs en sont conscients et prennent soins de donner à leur projet un certain vernis écologique et social. La Banque Mondiale a établi un code de conduite qui devrait en principe protéger la population des effets négatifs. Mais son application sur le terrain s’avère extrêmement problématique.

La Banque mondiale accusée de favoriser l’accaparement des terres africaines par des groupes étrangers (mai 2010) : "Un rapport accablant, produit par un « think tank » (centre de recherche) américain a accusé la Société financière internationale (SFI, filiale de la Banque mondiale) de faciliter « l’accaparement des terres » en Afrique par des groupes privés étrangers." : http://farmlandgrab.org/13272

4 pages d’ATTAC : Manger partout dans le monde ou conduire, il faut choisir (septembre 2009) : surtout la troisième partie "Le lien avec l’accaparement des terres et l’éviction de la paysannerie" : http://www.france.attac.org/article…

Le mouvement international des paysans fait le lien entre l’accaparement des terres, les agro-carburants et le changement climatique : "ACCORD DES PEUPLES Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Terre-Mère, avril 2010, Cochabamba, Bolivie" : http://local.attac.org/attac21/spip…

sur Bastamag : une critique du rapport de la FAO sur les investissements accapareurs dans les PEDs : "L’accaparement des terres africaines : « opportunité de développement » ou néocolonialisme foncier ?" : "Au moins 2,5 millions d’hectares de terres ont été achetés en Afrique par des Etats étrangers, des multinationales ou des fonds de pension, soit l’équivalent du territoire de la Belgique. C’est ce que révèle un rapport de la FAO – l’Agence de l’Onu pour l’agriculture et l’alimentation. La FAO s’inquiète un peu des violations des droits des paysans que ces accaparements de terres peuvent entraîner, et s’interroge sur la participation des populations locales aux bénéfices générées. Mais elle y voit avant tout une perspective de développement. Au profit de qui ?" : http://www.bastamag.net/spip.php?ar…

sur CCFD-Terres Solidaires : l’Appel de Dakar contre les accaparements de terres (février 2011) : http://ccfd-terresolidaire.org/ewb_…

sur Regards.fr : L’accaparement des terres au cœur du contre-G20 africain (novembre 2011) : "Alors que se déroule le contre-sommet du G20 à Nice, un autre rassemblement mondial moins médiatisé bat son plein au Mali. Dans l’un des greniers à riz du continent, la lutte contre l’accaparement massif des terres est au centre des débats du « Forum des peuples ». Loin de la croisette de Cannes et des cérémonies en grandes pompes de la présidence française du G20, les organisateurs ont choisi de placer les débats au plus près des problèmes du terrain, dans la petite ville de Niono." : http://www.regards.fr/resistances/l…

Navigation

AgendaTous les événements

juillet 2019 :

Rien pour ce mois

juin 2019 | août 2019