Guide Libre Association complet

, par  attac92clamart , popularité : 20%

Remerciements

Cet ouvrage est le résultat d’une écriture à plusieurs mains. Nous tenons à remercier l’ensemble des personnes, majoritairement bénévoles, qui ont contribué à la rédaction de ce guide. Merci donc à Jean-Christophe Becquet, Agnès Le Béon, Rémi Boulle, Véronique Branger, Jean-Marc Briand, Vincent Calame, Guillaume Colson, Laurent Costy, Frédéric Couchet, Vanessa David, Benjamin Deceuninck, Laurent Détailleur, Henri Gabolde, Vincent-Xavier Jumel, Stéphane Poinsart, François Poulain, Aurore Rousseaux, Jean-Yves Royer, Olivier Sarrat, Sarah Trichet-Allaire. Merci également aux nombreux contributeurs anonymes qui ont participé à la mise au point de ce document en relevant et corrigeant des erreurs ou en offrant leur expertise.

Merci également à l’équipe de la Fondation Crédit Coopératif pour leur soutien et l’intérêt porté à ce projet.

Enfin, n’oublions pas les nombreux contributeurs des logiciels et ressources libres qui animent tous les jours notre passion et qui permettent l’enrichissement et le partage d’une somme titanesque de connaissances dont nous ne faisons ici qu’effleurer l’étendue.

Aussi, à toutes et à tous, nous dédions ce travail, mis à son tour à disposition sous une licence qui permet à chacun de le faire sien.

Édito

Biens communs à développer et à protéger, les logiciels libres offrent à chacun la possibilité de les copier, de les modifier et de les diffuser à volonté et en toute légalité. Ils sont aujourd’hui en mesure de répondre à la plupart des besoins des associations. Pourtant, celles-ci ont peu recours à cette offre informatique éthique et respectueuse des libertés des utilisateurs.

La Fondation Crédit Coopératif concourt depuis presque trente ans au développement de la coopération, de la mutualité et des associations. En 2010, elle s’associe à l’April, acteur majeur de la démocratisation et de la diffusion du logiciel libre auprès du grand public, des professionnels et des institutions, afin de favoriser « l’émancipation informatique » des associations. Pour répondre au paradoxe suivant — l’importance grandissante des outils informatiques et d’Internet dans la pérennité des structures associatives mais la très faible utilisation des logiciels libres dans ce milieu —, l’April crée en 2007 Libre Association, un groupe de travail destiné à « jeter des ponts entre le logiciel libre et le monde associatif ».

Plaçant les notions de partage et de collaboration au cœur de leurs pratiques, les logiciels libres recouvrent un ensemble de valeurs communes à tous les acteurs de l’économie sociale et solidaire : la mise en réseau, la mutualisation des coûts et des bonnes pratiques, le respect des utilisateurs, la transparence, la gouvernance démocratique, etc.

Dirigeants, salariés ou bénévoles investis dans un projet associatif : ce guide a été conçu pour vous !

Élaboré sur la base de vos besoins spécifiques en termes de gestion, d’animation et de travail collaboratif, cet ouvrage propose une série de solutions libres, vectrices de développement et d’indépendance.

Nous espérons qu’il vous aidera à mener à bien vos plus belles initiatives.

Jean-Claude Detilleux \ Lionel Allorge \ Président de la Fondation Crédit Coopératif Président de l’April

 

Comment lire ce guide ?

*Objectif du présent document

L’objet du guide est d’abord de présenter un panel le plus large possible de logiciels libres qui peuvent être utilisés par une association : seuls seront présentés ceux qui sont utilisés sur le terrain et qui ont fait leurs preuves. Vous ne trouverez pas dans ce guide de tutoriels car ils sont à votre disposition sur Internet et il serait inutile de reproduire dans ces pages ce que les communautés liées à chaque logiciel proposent déjà sur un site dédié. Bien sûr, de manière complémentaire à ce guide, nous vous invitons à parcourir le site Framasoft[1] qui recense actuellement plus de 1 580 logiciels libres pour tous les usages. Par ailleurs, nous vous renvoyons aussi vers le premier guide des logiciels libres à destination du tout public : il a servi de support à la rédaction du document que vous avez entre les mains et mentionne des logiciels que nous n’avons pas, sciemment, repointé ici pour des raisons de clarté mais qui pourraient éventuellement vous être utiles.

Il y a deux manières d’aborder ce guide : le lire consciencieusement de la première à la dernière page ou aller directement aux chapitres qui concernent les besoins de votre association. Si vous lisez ces pages en entier, vous découvrirez de nombreux paragraphes dont l’objet est de vous aider à mieux appréhender l’écosystème des logiciels libres et mieux comprendre pourquoi il est pertinent, pour votre association, de faire l’effort de les connaître et de les adopter.

*Conventions adoptées

Afin de vous aider et de vous permettre d’évaluer rapidement les niveaux de complexité liés à l’installation et à la prise en main d’un logiciel, des pictogrammes reproduisant l’hirondelle et la marguerite du groupe de travail Libre Association de l’April accompagnent la description des applications. Sauf mention contraire, les logiciels présentés sont multi-plateformes : ils peuvent être utilisés quel que soit le système d’exploitation installé sur votre ordinateur.

*Nombre d’hirondelles, indicateur pour l’utilisateur

Une seule hirondelle à côté du nom du logiciel indique une prise en main aisée pour l’utilisateur et une interface accessible à tous. Par exemple, Firefox le navigateur internet sera accompagné d’une hirondelle.

Avec trois hirondelles, nous estimons que le logiciel sort des habitudes d’usage simples ou qu’il nécessite des compétences spécifiques. Par exemple, le logiciel de comptabilité PhpCompta sera accompagné de trois hirondelles.

Bien sûr, ces évaluations sont subjectives mais les descriptions complémentaires devraient vous permettre de vous forger votre propre opinion.

*Nombre de marguerites, indicateur pour l’installateur

À côté des hirondelles, une à trois marguerites précisent la complexité d’installation du logiciel concerné. Ces marguerites ne concernent pas l’utilisateur mais bien la personne qui met en place le programme pour les autres adhérents de l’association, même si, dans nos structures, il arrive souvent que l’utilisateur soit aussi la personne désignée responsable de l’informatique.

Une marguerite symbolise une installation simple à réaliser, comme un simple double-clic sur un fichier.

Trois marguerites signifient un logiciel complexe à installer, comme la mise en place d’un serveur avec paramétrage associé.

 

Introduction

 

Le logiciel libre, plus qu’un outil : un enjeu pour votre association !

Les logiciels libres, moteur d’Internet et bien plus…

Le mouvement du logiciel libre est sans conteste le plus vaste mouvement d’émancipation et de partage de la connaissance qui s’est développé via Internet. Il réunit à ce jour des centaines de millions de contributeurs du monde entier. De par sa définition, il partage de nombreuses valeurs avec le monde associatif et plus particulièrement celui se revendiquant de l’éducation populaire.

Les logiciels libres se sont développés via Internet mais ils ont également rendu possible ce « réseau des réseaux ». La majeure partie de l’infrastructure d’Internet fonctionne grâce à du logiciel libre : à chaque fois que vous utilisez Internet, des dizaines, voire des centaines de logiciels libres s’activent pour vous rendre service, à commencer par le cœur de la « box » de votre fournisseur d’accès.

Il existe également des logiciels libres pour écouter de la musique, rédiger des documents, jouer, apprendre en s’amusant, etc. Et il y a forcément un logiciel libre prêt à répondre aux besoins de votre association, par exemple en matière de gestion ou de travail collaboratif. Le but de cet ouvrage est de vous faire connaître ces logiciels qui ont fait leurs preuves dans des associations, pour que vous puissiez les adopter à votre tour. Vous trouverez aussi des conseils pour accompagner ces logiques de « migration », ainsi que des ressources pour convaincre bénévoles et salariés de la pertinence d’adopter les logiciels libres !

 

 

Le logiciel libre, définition

Par définition, un logiciel libre est avant tout un logiciel respectant les libertés de ses utilisateurs. Plus précisément, la Fondation pour le Logiciel Libre définit le logiciel libre par les quatre libertés suivantes :

  • la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages ;
  • la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter aux besoins ;
  • la liberté de distribuer des copies du programme ;
  • la liberté d’améliorer le programme et d’en diffuser les améliorations.

Ces quatre libertés sont essentielles et se complètent. Elles changent l’informatique dans sa relation aux usagers. Par exemple, la première liberté vous permet de faire fonctionner le programme sur tous les ordinateurs, sans limite de nombre. Ainsi, le bénévole ou le salarié chargé des questions informatiques ne perd pas de temps à gérer des licences.

Les seconde et quatrième libertés vous offrent la possibilité d’améliorer et d’adapter le logiciel ou de le faire faire par une tierce personne qui possède les connaissances nécessaires. Ces libertés illustrent le partage du savoir et répondent à une logique évidente de ne pas systématiquement devoir ré-inventer des outils qui existent déjà. On profite du logiciel existant et, en retour, on peut faire profiter la communauté de nouvelles améliorations, simplement en les partageant.

Enfin, la troisième liberté vous permet de partager des copies du logiciel avec qui vous voulez. Par exemple, une personne venue se former sur un logiciel libre peut repartir avec l’outil sur lequel elle a travaillé, une fois l’atelier terminé. Un bénévole peut utiliser les mêmes logiciels libres, chez lui ou au sein de son association, sans avoir à se préoccuper d’un coût de licence.

Pour en savoir plus sur le mouvement du logiciel libre, vous pouvez commander l’ouvrage « Richard Stallman et la révolution du logiciel libre » (éditions Eyrolles) ou le consulter sur le site de Framasoft http://framabook.org/richard-stallman-et-la-revolution-du-logiciel-libre

 

 

Pourquoi choisir des logiciels libres pour votre association ?

Même si votre association n’utilise pas toutes ces libertés au quotidien (par exemple la liberté de modifier le programme), le choix des logiciels libres n’est pas neutre. Dans la mesure où nous exerçons de plus en plus nos actions quotidiennes par l’intermédiaire de nos ordinateurs, la liberté logicielle s’impose comme un prérequis nécessaire pour pouvoir exercer les libertés les plus fondamentales. Un professeur de droit américain de renom, Lawrence Lessig, a d’ailleurs illustré ce fait avec l’expression « Code is Law », c’est-à-dire « Le code [logiciel] est la loi [informatique] »[2].

Découvrez le poster « Le logiciel libre, comment ça marche ? » sur le site web de l’April

Ceci nous permet de mieux comprendre les enjeux portés par le libre et le parallèle avec la rédaction d’une loi est tout à fait pertinent : écrire et comprendre les textes de loi est une entreprise complexe et technique. Pour autant, le fait que les textes produits soient soumis au contrôle et à la bienveillance des citoyens représente un enjeu majeur de démocratie.

Le choix de logiciels libres répond donc également au projet associatif comme outil pédagogique et de sensibilisation sur la question de l’appropriation technologique. Il constitue de surcroît une offre mature pour soutenir votre projet associatif au quotidien.

En résumé, voici quelques-uns des multiples avantages qu’offrent les logiciels libres aux associations :

  • éthique du partage de la connaissance ;
  • réduction du coût d’accès à l’informatique ;
  • copie en toute légalité des logiciels et donc solution naturelle et évidente à la contrefaçon (souvent désignée de manière impropre sous le terme « piratage »[3]) ;
  • adaptation de logiciels aux besoins, en toute indépendance ;
  • fiabilité des logiciels libres ;
  • interopérabilité et respect des standards ;
  • insensibilité aux virus Microsoft Windows ;
  • pérennité et évolution du système d’information ;
  • nouvelles versions avec de nouvelles fonctionnalités, disponibles régulièrement ;
  • seconde vie de vieux parcs informatiques ;
  • protection de la vie privée ;
  • contrôle de ce que font les ordinateurs.

La majeure partie de ces points seront explicités dans ce guide, soit directement, soit par l’intermédiaire des références pointées dans le chapitre « Ressources ».

 

Contexte associatif en France et remarques sur l’équipement informatique

 

Contexte

Avant de parler de l’usage de l’informatique dans les associations, il convient de décrire succinctement le paysage associatif français ; ceci afin de prendre conscience du nombre de structures touchées et de leur diversité. En France, selon l’observatoire de la CPCA de la région Centre, plus d’1,2 million d’associations sont actives, maillent le territoire et assurent l’emploi d’environ un million de personnes en équivalent temps plein. Nous vous invitons par ailleurs à parcourir la synthèse intitulée « Les association en France - Poids, profils et évolutions » par Viviane Tchernonog du CNRS.

Ce qui caractérise le milieu associatif est évidemment l’implication de bénévoles dans la majeure partie d’entre elles : 85% des associations françaises fonctionnent sans salariés. Ce guide a été conçu principalement pour aider ces associations fonctionnant grâce au bénévolat.

De plus, d’après les chiffres de l’enquête CNRS-MATISSE du Centre d’économie de la Sorbonne menée auprès des associations en 2005/2006, plus de 15% des associations fonctionnent avec un budget annuel de moins de 1 000 €, 32% avec un budget compris entre 1 000 et 5 000 € et enfin 15% avec un budget compris entre 5 000 et 10 000 €. Cela signifie, en totalisant ces trois tranches, que 62% des associations n’ont pas les moyens financiers d’engager des prestataires de services pour leurs besoins informatiques, ni pour les accompagner dans une éventuelle migration vers le logiciel libre, comme cela peut être le cas en entreprise.

La question des locaux est également intéressante : l’enquête intitulée « Analyse de la place de l’informatique dans la vie de l’association », disponible sur le site loi1901.com et réalisée auprès de plus de 1 000 associations, montre que seul un tiers d’entre elles possède des locaux propres. On peut donc supposer que les adhérents des associations effectuent un certain nombre de tâches depuis leur domicile. Les pratiques informatiques associatives sont donc très liées aux pratiques informatiques des particuliers.

Ces quelques éléments concernant le monde associatif français permettent de préciser le périmètre et le profil des associations d’abord visées par ce guide.

Équipement et usage de l’informatique dans les associations

 

 

Équipement en matériel

La taille du parc informatique des associations est généralement faible, comme le montre l’enquête réalisée par Outils-Réseaux. Plus des deux tiers des associations possèdent entre 1 et 5 ordinateurs. L’informatique est perçue comme un outil indispensable puisque très peu d’associations ne sont pas du tout équipées, mais les moyens disponibles ne permettent généralement pas de dédier du temps et des compétences professionnelles pour son développement et son entretien.

 

 

Systèmes d’exploitation utilisés

Le système d’exploitation le plus utilisé par les associations est évidemment celui qui est, depuis longtemps, en situation d’abus de position dominante, à savoir \marqueWindows de \marqueMicrosoft (à 82%, d’après l’étude « Analyse de la place de l’informatique dans la vie de l’association » précédemment citée). D’après cette même étude, 7% des associations utiliseraient MacOS et 8% GNU/Linux, mais ce chiffre reste incertain puisque les répondants pouvaient cocher plusieurs cases et que les parcs informatiques hétérogènes sont difficiles à prendre en compte dans ce cadre.

Par ailleurs, l’enquête réalisée par Outils-Réseaux montre dans le même temps que le budget pour les licences d’utilisation des systèmes d’exploitation et des logiciels est inexistant dans plus de 60% des cas. Cela peut être interprété de plusieurs façons : d’une part les associations n’ont peut-être pas conscience, lors de l’achat d’équipement informatique, que le prix des licences est inclus dans la facture. D’autre part, des associations utilisent sans doute des logiciels privateurs commerciaux via l’équipement personnel de leurs membres.

Autour des ressources humaines

Généralement, ce sont des bénévoles qui assument la gestion de l’informatique (voir l’enquête de Libre Association), ce qui conduit à des situations complexes : temps de présence physique réduit dans les locaux (quand il y en a), soutien distant ou tentative d’auto-régulation par l’usager confronté à une situation de blocage. Or, l’informatique est souvent utilisée pour des tâches essentielles à l’association : gestion des adhérents, comptabilité-gestion, tâches administratives avec un logiciel dédié, etc.

Malheureusement, cette prise de conscience de l’importance de l’informatique et des compétences spécifiques nécessaires se fait parfois dans des situations de pertes de données ou de sauvegardes défaillantes (quand il y en a). Ce guide et les conseils qui y sont prodigués ont aussi pour objet de contribuer modestement à réduire ces situations de crise.

 

 

Communication interne et externe

Les sites Web « institutionnels » sont désormais courants pour les associations. Toutefois, seule une relative minorité d’entre elles déclare utiliser leur site web dans un but collaboratif. Une portion plus restreinte encore utilise le site web comme un outil pour échanger avec l’extérieur. Certes les réseaux sociaux bousculent ces pratiques, mais il y a de fait un enjeu à ce que les associations s’approprient mieux ces nouvelles possibilités de collaborer.

Voir en ligne : l’article original et complet sur April.org