Attac Nîmes

Accueil du site > Actualités > Notre appel du 18 janvier 2020

18 janvier

Ami-e-s, camarades, connu-e-s et inconnu-e-s, célèbres et anonymes, syndicalistes, encarté-e-s ou jamais de la vie, gilets jaunes, rouges, noirs ou verts ou arc en ciel, sympathisant-e-s ou critiques, bref, à toutes celles et ceux qui s’intéressent à la justice sociale et environnementale, qui nous lisent d’un œil distrait ou passionné (doit bien y en avoir un-e ou deux)...

A vous toutes et tous, nous voulons lancer un appel, comme une urgence.

La réforme des retraites concoctée par le gouvernement a fait l’objet de critiques détaillées, sous des formes sérieuses ou comiques. Vous avez en bas de page quelques sources qui permettront d’approfondir la question, si besoin, ou à faire circuler le plus largement possible. La guerre de l’information est centrale, la motivation à lutter est avant tout pour nous un acte conscient et réfléchi, fruit d’une analyse critique.

La grève a dépassé les 40 jours, c’est une des plus longues de notre histoire (pourtant bien fournie), les secteurs qui l’ont porté (cheminots, transports, enseignants, ...) marquent le pas, logiquement.

Mais la semaine passée, des actions de convergence inédites (cheminot-e-s, enseignant-e-s, gilets jaunes, associatifs, individus,...), la combativité et la créativité impressionnante de nombreu-se-s militant-e-s, le soutien stable d’une partie majoritaire de la population (confirmé par les témoignages de militant-e-s ayant tracté) laissent penser que tout n’est pas encore joué pour cette réforme rejetée par le corps social.
Il n’est pas encore écrit que la stratégie de pourrissement fonctionne cette fois encore. L’espoir n’est pas mort, les carottes ne sont pas cuites.

La semaine qui vient est décisive. Nous vous invitons, dans la mesure de vos moyens et de vos possibilités à rejoindre les actions, le matin avant le boulot, la journée entière en grève reconductible, entre midi et deux, le soir pour les marches aux flambeaux, vendredi après-midi pour la manifestation de cette semaine (au moment du dépôt de la Loi).
Venez seul-e ou encore mieux avec des ami-e-s ou des collègues. Chaque personne compte, chaque nouvelle tête est un encouragement, chaque idée, chaque action, chaque intention est précieuse.

Ami-e, entends-tu ?

Le groupe Attac Nîmes

NB : parce qu’il est toujours et encore d’actualité, comme un antidote au défaitisme et à la résignation, comme un bonbon que l’on suce pour se réveiller d’une gueule de bois en plomb, on vous reproduit l’appel des résistants du 15 mars 2004. Il nous semble qu’il est fait pour de telles occasions.
NB 2 : et plus bas, on vous mets le programme de la semaine, forcément évolutif et créatif.

L’Appel des Résistants du 15 mars 2004

Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et transmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle.

Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et sœurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.

Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succèderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques, au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais.

- Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (CNR), adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des « féodalités économiques », droit à la culture et à l’éducation pour tous, presse délivrée de l’argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc.

Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période à laquelle l’Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.

- Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau « programme de la Résistance » pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.

- Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous.
Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.

Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection :
« Créer c’est résister. Résister c’est créer. »
Le 8 Mars 2004

Par Lucie Aubrac [1], Raymond Aubrac, Henri Bartoli [2], Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin [3], Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont [4], Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion [5], Jean-Pierre Vernant [6], Maurice Voutey.
Source : https://rebellyon.info/L-Appel-des-...

% % % % % % %


PROGRAMME MOBILISATION NÎMES✊

On ne lâche rien jusqu’au RETRAIT DE LA RÉFORME DES RETRAITES

🔥 Lundi 20 Janvier :
♒ Remobilisons les collègues ! AG d’établissements, tournées des écoles, RIS...
♒ Après midi : soutien collègues de Daudet en audience avec la rectrice devant le rectorat de Montpellier ? (à confirmer)

🔥Mardi 21 janvier :
♒ 9h réunion du comité de grève constitué à l’AG de vendredi à l’UD FO
♒ 10h AG Educ chez FO
♒ Tractage fac Vauban et Carmes, grosses boîtes, tournées d’écoles et d’établissement à caler à l’AG du matin.

🔥 Mercredi 22 janvier :
♒ 10h30 UD CGT action surprise interpro
♒ Puis tractage dans les restaurants "ouvriers"

🔥 Jeudi 23 janvier :
♒ 9h rassemblement devant la DSDEN pour soutenir les délégués du personnel 1er degrés en CAPD.
♒ Puis action à définir en AG de mardi.
♒18h retraite aux flambeaux départ Maison Carrée + fête des grévistes après.

🔥 Vendredi 24 janvier :
♒ 9h tractage salon étudiant au Parnasse (à confirmer) ?
♒ 10h30 AG Educ de grévistes
♒ 14h30 manifestation. Mise en place cortège Educ avec banderole + flashmob femmes

Programme susceptible d’être modifié et étoffé. Consultez-le régulièrement et soyez présents ! 💪

% % % % % % %

Ressources conseillées :

- "C’est quand qu’on arrête ?", la super BD d’Emma sur la réforme des retraites : .
- "Réforme des retraites : où en est-on ?" - communiqué du 14/01/2020 du réseau retraites dont ATTAC : ici.
- "Petit guide contre les bobards de la réforme des retraites" : toujours .
- Tract unitaire - "retraites des femmes : en finir avec les inégalités !" : ici.
Et pour en savoir encore encore plus, voir la page spécifique du site d’ATTAC France.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | |