Attac Nîmes

Accueil du site > Dossiers > Eau > Réunion commission EAU

Centre Pablo Neruda Nîmes 10h30

La prochaine et deuxième réunion de ce Groupe Eau aura lieu le samedi 8 mars 2008 à 10h30 au Centre Pablo Neruda. Nîmes

Compte-Rendu de la 1re réunion du Groupe Eau du samedi 26 janvier 2008

Présents :
MEMERY Isabelle
Résidence Les tamaris Bât A
24 rue de Varsovie
30000 Nîmes

CHATEAU Guillaume
26, rue Richelieu
30000 Nîmes
guillaume.chateau@agriculture.gouv.fr

VEISSIERE Roxane
7, rue des jardins
30500 Saint Ambroix
shaktir@hotmail.fr

FLATTET Josiane
16, rue Dagobert
30900 Nîmes
06-24-15-25-28
josiane.flattet@wanadoo.fr

CAMBON Jacques
10, rue des Calquières
30000 Nîmes
06-88-82-78-51
j.e.cambon@orange.fr

A noter l’absence de tout représentant de quelconque parti politique.

Introduction

La réunion est menée par Jacques Cambon.

Qui introduit celle-ci en indiquant qu’elle fait suite à la réunion ATTAC du 11 janvier 2008 et qu’elle a pour but la mise en place d’un Groupe Eau se plaçant sur la durée sur la thématique de l’eau et au service des partis qui jugeront utile son travail.

Définition du périmètre du Groupe Eau

Le but avoué de ce Groupe Eau est de devenir un appui technique et administratif, utilisable par qui voudrait l’utiliser et qui désirerait œuvrer pour la « Réappropriation Publique de la Gestion de l’Eau ». Cette expression est en soi tellement riche qu’il semble nécessaire à l’ensemble des participants d’en définir précisément les mots structurants.

Ainsi, de quelle Eau parle t’on ?

• L’Eau dans son usage domestique sera privilégiée, même su elle ne représente qu’un faible pourcentage ( 10%) de la consommation totale (pour laquelle il faut également considérer les usages agricole et industriel). Le but étant de sensibiliser la population pour un usage qui la touche directement et sur lequel son comportement peut avoir un effet notable.

• La thématique alimentation en Eau potable sera privilégiée. L’Eau prise du point de vue de sa qualité, des inondations, de l’irrigation... n’entre donc pas dans cette rubrique. Le but est d’insister avant tout sur l’aspect vital que représente l’Eau pour la vie humaine.

• Dans une région où les besoins en Eau ne coïncident pas forcément avec les disponibilités de la ressource, le périmètre d’étude du Groupe Eau respectera 3 échelons administratifs afin de balayer les grands leviers et grandes stratégies pouvant influencer la Gestion de l’Eau : les échelons communal, départemental et régional. Le but étant de développer de manière pertinente et mesurée la solidarité intra et inter-collectivités.

Et quelles sont les raisons de la réappropriation Publique ?
(Pistes de travail du Groupe Eau)

• L’Eau est une ressource rare qui nécessite un service de distribution de qualité pour en rationnaliser l’utilisation, tandis que le but avoué des grandes entreprises privées de l’eau est de développer la rentabilité de leur service. Cette antinomie fondamentale nuit à la gestion à long terme de notre environnement par le gaspillage de cette ressource. L’exemple du rendement de 40% du réseau d’eau potable de la ville de Nîmes semble assez frappant dans cette optique : l’on pourrait pour la même consommation prélever 60% d’eau en moins du milieu naturel et diminuer grandement la pression que l’on exerce sur son équilibre.

• Partant de la même idée que l’Eau est une ressource rare, il semble nécessaire d’adapter sa tarification afin d’encourager le fameux comportement citoyen. Ce qui n’est pas non plus compatible avec le souci de rentabilité de nos entreprises de l’eau dont les bénéfices sont directement liés aux volumes facturés. Une tarification durable, pour ainsi dire, ne pourrait qu’être issue d’une administration publique dont les objectifs premiers seraient de répondre aux besoins fondamentaux en Eau de ses administrés (les premiers 50 L/jour/Habitant jugés vitaux pourraient être gratuits) et d’en limiter les usages superflus (au delà de 50 L/jour/Hab, le coût de l’eau augmenterait progressivement).

• L’usager du service de l’Eau, considéré dans son rôle d’administré et non plus dans son rôle de consommateur, et si l’on en juge par le rapport de l’Institut Français pour l’Eau (IFEN), connaît une baisse de sa facture d’eau de l’ordre de 30%.

• La solidarité entre collectivités semble simplifiée dans le cas d’une gestion publique car l’on imagine mal les 3 grandes entreprises de l’Eau que sont la Saur, Veolia et la Lyonnaise pouvoir collaborer sur différentes communes. Le monopole particulier qu’elles exercent en France nécessite séparation stricte de leurs territoires.

Organisation du Groupe Eau

Le travail de ce groupe s’organisera alors autour de 4 thèmes :

• L’analyse administrative et juridique du contrat d’affermage de la Communauté d’Agglomération de Nîmes.

• L’analyse des études du Conseil Général (notamment Aqua 2001, une réflexion sur la gestion locale de l’Eau au niveau du Département, de ses Communautés de Communes et de ses Communes).

• L’analyse du projet régional d’extension du canal Philippe Lamour jusqu’à Narbonne afin d’assouvir les besoins en Eau de montpellier notamment, la propriété de cet aménagement ayant connu un transfert de l’Etat à la Région Languedoc-Roussillon.

• Développer une réflexion sur l’économie d’eau et proposer des alternatives :
Les toilettes sèches, la récupération d’eau des toits, la séparation des réseaux d’eaux brute et potable, économiseurs... avec comme sources de documentation : Jean-Yves de la commission Eau d’ATTAC pour l’Agglomération de Nîmes, Internet avec la mise en ligne au niveau de la Région et du Département de leurs documentations, tout autre document glâné à droite à gauche (expériences en Bretagne, au Danemark et en Allemagne notamment), le partenariat avec d’autres comités locaux, la mise en relation avec d’autres communes ayant expérimenté ou expérimentant la remunicipalisation de leur service d’eau potable.

Comment utiliser ces résultats ?

Le but de ce travail est tout de même son utilisation à des fins politiques, qui ne prendra donc sa légitimité que dans son entrée dans la sphère publique.

Toutefois, cet aspect reste encore à développer et nécessite le rapprochement de comités locaux d’ATTAC, d’associations et de groupes de communes ayant expérimenté ce type d’actions (cf Alès) :

• Organisations d’expositions avec débats,

• Organisations de festivals de films avec débats,

• Organisations de « Journées de l’Eau », de « WE de l’Eau »...

Informations pratiques

Afin de faciliter l’organisation à plus long terme de chacun, il est prévu que le Groupe Eau se réunisse dorénavant chaque dernier samedi du mois à 10h au Centre Pablo Neruda

Suivre la vie du site RSS 2.0 | |