3/12 Soutien à un retraite RVI gravement malade de l’amiante

Cher(e) Adhérent(e)

Les employeurs qui ont exposés leurs salariés à l’amiante s’acharnent sur leur victime. On en a encore la preuve avec un retraité qui a passé plus de 40 ans dans l’entreprise. Entré en 1968 chez Berliet, il a travaillé au secteur groupes électrogènes durant des décennies, à Monplaisir puis à Vénissieux. Lorsque RVI a vendu cette activité, il a travaillé un peu à DER et puis il a fini sa carrière en 2009 après 12 ans à IVECO Annonay.

Quelques années après son départ en retraite il a été touché par l’amiante et se bat avec courage depuis des années face à la maladie. Avec l’aide du CAPER Roussillon où il habite et en accord avec l’APER, il a été reconnu en maladie professionnelle en 2013. Par la suite, en 2014 il a saisi le tribunal (TASS) pour faire condamner l’entreprise pour faute inexcusable. Le TASS en juin 2017, lui a donné raison en condamnant IVECO , son dernier employeur, pour faute inexcusable. Charles n’est pas la seule victimes de l’amiante, plusieurs de ses ex-collègues de travail des groupes électrogènes sont touchés par l’amiante.

Mais l’acharnement de l’employeur continue puisqu’il il a fait appel devant la cour d’appel de Grenoble et c’est ce 3 décembre que l’audience va avoir lieu. Le CAPER de Roussillon et L’APER appellent à cette occasion à venir soutenir ce camarade et demander à la cour d’appel de Grenoble de confirmer la condamnation pour faute inexcusable d’IVECO.

Rendez-vous à 10h devant le tribunal,place Firmin Gauthier à Grenoble.

Les membres du CA de l’APER

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter