Archives par catégorie : ATTAC agit

Nouveaux articles retraites sur le site

Et comme il y a longtemps que vous n’aviez pas reçu de mail d’Attac Mâcon; je vous en envoie un second   sur les retraites et la bataille qu’il faudra mener …

Cette semaine Attac a publié plusieurs articles sur la réforme des retraites que nous vous invitons à lire et diffuser autour de vous :

– “Réforme des retraites 2022 : ce qui est connu est déjà irrecevable”, un point sur ce que l’on sait de la future réforme par Christiane Marty : https://france.attac.org/se-mobiliser/reforme-des-retraites/desintox-sur-les-retraites/article/reforme-des-retraites-2022-ce-qui-est-connu-est-deja-irrecevable

– “Le casse du système de retraites se précise”, un désintox suite aux déclarations de la nouvelle porte parole du gouvernement Olivia Grégoire par Raphaël Pradeau : https://france.attac.org/se-mobiliser/reforme-des-retraites/desintox-sur-les-retraites/article/desintox-le-casse-du-systeme-de-retraites-se-precise

– “Travailler plus longtemps pour financer les baisses d’impôts pour les riches et les grandes entreprises ? Non merci !”, un désintox suite aux déclarations de Bruno Le Maire par Raphaël Pradeau : https://france.attac.org/se-mobiliser/reforme-des-retraites/desintox-sur-les-retraites/article/desintox-travailler-plus-longtemps-pour-financer-les-baisses-d-impots-pour-les

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Encouragez vos membres actifs à participer aux Assises d’Attac France !

 
Encouragez vos membres actifs à participer aux Assises d’Attac France !
 
 
Communiqué 29 avril 2022
 
 
Vous recevez ce message en tant que correspondant·e de votre comité local : merci de vous assurer de sa prise en charge collective.
 
 
Tous·tes les adhérent·es ont reçu l’information et un rappel : mais peut-être qu’un message de leur comité local pourrait les décider à participer aux Assises d’Attac !
Celles-ci auront lieu les 14 et 15 mai 2022 au Centre de Congrès Le Manège de Chambéry. Ouvertes à tous·tes les adhérent·es, en présence des rédactrices et rédacteurs des amendements, les participant·es définiront les amendements qui seront à intégrer dans le projet de rapport d’orientation, parce qu’ils font largement consensus au sein de l’association, et ceux qui seront discutés et mis au vote des adhérent·es, avec le rapport d’orientation final, lors de l’AG des 1er et 2 octobre 2022. Il s’agit donc d’un moment fort de la vie démocratique de notre association et la participation la plus large possible est souhaitable.
Inscrivez-vous vite !
Les Assises seront également un moment pour rencontrer les candidat·es au futur Conseil d’administration, et permettre ainsi à chaque adhérent·e de se faire une opinion pour choisir celles et ceux qui auront la charge d’animer l’association durant les trois prochaines années.
Par ailleurs la convivialité et la bonne humeur feront intégralement partie de ce week-end, avec la soirée du samedi soir organisée par le comité local de Chambéry. N’attendez pas pour vous inscrire ! Notamment, pour vous inscrire aux repas et/ou pour demander un hébergement militant, nous vous demandons de vous inscrire avant le 7 mai.
Toutes les informations pratiques sont disponibles sur notre site
À noter que le coût du déplacement et de l’hébergement ne doit surtout pas être un frein à votre participation aux Assises : en cas de difficulté financière pour financer votre venue, nous vous invitons à vous rapprocher de votre comité local, et à défaut d’Attac France.
Enfin, pour rappel, vous avez jusqu’à samedi minuit pour déposer des amendements, et par ailleurs ne tardez pas à candidater pour rejoindre le futur Conseil d’administration d’Attac France.
Le déroulé du week-end
programme en cours de finalisation
Samedi 14 mai – Matin
9h30 : Accueil et ouverture des Assises
10h : Présentation du projet de rapport d’orientation et présentation du système de décision au cours des Assises
10h30 : Présentation des candidat-es
10h50 : Pause
11h00 : 4 à 6 ateliers (selon le nombre de participant·es). Chaque atelier traite une partie des amendements.
13h00 : Repas
Samedi 14 mai – Après-midi
14h : Présentation des décisions prises sur les amendements par un rapporteur de chaque groupe
14h45 : Ateliers tournants sur les amendements restant encore en débat. Quatre temps de 45 minutes + 15 minutes de pause vers 16h30.
19h : Fin des travaux et début de la soirée.
Dimanche 15 mai – Matin
9h30 : Synthèse sur les amendements traités durant les ateliers tournants, avec une proposition de vote en plénière.
11h : Pause
11h15 : Débat mouvant sur les amendements restant encore en débat
12h15 : Vote sur les amendements suite aux débats mouvants.
12h30 : Clôture des travaux par un·e porte parole
13h : Apéritif
Le groupe de préparation de ces Assises et de l’Assemblée générale de l’automne remercie le comité local de Chambéry pour son accueil et son soutien logistique plus qu’appréciable !
 
 
Attac France — 2022
Twitter |  Mastodon |  Facebook |  Viméo
Ce message a été envoyé sur la liste « CA Attac, 4CL Correspondant⋅e⋅s électroniques locaux, 4CL Responsables des comités locaux »
Se désinscrire de cette liste | Ne plus recevoir de courriels de la part d’Attac France

Attac France
21 ter rue Voltaire
75011 PARIS
France

 
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

CNCL du 23 avril – Toutes les infos

CNCL du 23 avril – Toutes les infos
 
 
Vie interne 1er avril 2022
 
 
Vous recevez ce message en tant que correspondant·e de votre comité local : merci de vous assurer de sa diffusion !
La prochaine Conférence nationale des comités locaux (CNCL) aura lieu le 23 avril 2022 en distanciel. Nous nous retrouvons en présentiel à Chambéry les 14 et 15 mai pour les Assises d’Attac !
 
 
Chères amies, chers amis,
Les comités locaux Attac Gironde (comité sortant) – Attac Marseille (comité entrant) ont le plaisir de vous inviter à la prochaine conférence nationale des comités locaux (CNCL) qui aura lieu le 23 avril, en distanciel.
Pour vous inscrire, rendez-vous ici
Nous n’avons malheureusement pas trouvé de comité local pivot. Ce qui signifie que nous recherchons deux comités locaux pour rejoindre le secrétariat et organiser la prochaine CNCL des 19-20 novembre (qui aura lieu en présentiel). Ces difficultés sont récurrente depuis plusieurs éditions. La pérennité et/ou le format des CNCL est en question.
Or, les CNCL sont des temps forts de la vie d’Attac. Elles sont des moments privilégiés de rencontre entre militant·e·s d’horizons géographiques divers et entre instances. Elles participent du fonctionnement démocratique de l’association, au même titre que les assemblées générales et assises. Elles sont également des moments d’(auto)formation qui n’ont rien à envier aux Universités d’été, si ce n’est l’échelle.
Attention, cette CNCL sera décisionnaire ! Plusieurs propositions sont mises au vote et les mandaté·e·s doivent impérativement être en capacité de porter la position de leurs CL respectifs. Tous les éléments du débat ont été envoyés par mail le 24 mars dernier.
Pour vous inscrire et recevoir les informations de connexion, merci de remplir ce formulaire
L’ordre du jour provisoire de cette CNCL est le suivant (il sera mis à jour sur cette page :
9h : Accueil et prise en main de Zoom (pour les novices)
9h30-10h30 : Plénière : Rencontre avec Attac Allemagne
11h-12h30 : 2 ateliers en parallèle (voir ci-dessous)
12h30-13h45 : Pause déjeuner
13h45-14h45 : Plénière : 3 Propositions dont 2 mises au vote 1/ Changement de nom de la CNCL (RIC ou RCL) 2/ Institutionnalisation d’une CNCL en visio par an (pour deux en présentiel) 3/ (Non mise au vote) : remplacer une CNCL par an par un créneau dont les CL peuvent se saisir pour organiser leur journée en région
14h45-15h45 : Plénière : La place d’Attac et son rôle dans les mouvements sociaux après le second tour
16h-17h30 : 2 ateliers en parallèle (voir ci-dessous)
17h30-18h : Les Assises : infos logistique + processus Amendements & Candidatures
Thèmes d’ateliers d’ores et déjà prévus (répartition à préciser) :
> Méthanisation et GES, énergie, pollutions… Qu’en est-il en France ? – Atelier proposé par le CL de Reims
> Amazon et le numérique – Atelier proposé par l’espace de travail AttacTic
> Connaître et réagir face à l’extrême droite – Atelier proposé par l’espace de travail Formation & Education populaire en partenariat avec VISA
> Reste donc la place pour un atelier !
 
 
Rappels
> L’ensemble des restitutions d’ateliers et de plénières est disponible sur l’espace « vie interne » : https://vie-interne.attac.org/cncl
 
 
Attac France — 2022
Vie Interne d’Attac France

Twitter |  Mastodon |  Facebook |  Viméo
Ce message a été envoyé sur la liste « 4CL Correspondant⋅e⋅s électroniques locaux, 4CL Responsables des comités locaux »
Se désinscrire de cette liste | Ne plus recevoir de courriels de la part d’Attac France

Attac France
21 ter rue Voltaire
75011 PARIS
France

 
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

relance ateliers et comité entrant !

CNCL du 23 avril 2022 : relance ateliers et comité entrant !     Vie interne 1er avril 2022
  Bonjour chers comités locaux d’Attac ! Le Secrétariat de la CNCL, actuellement composé du CL Gironde (sortant), du CL Marseille (entrant) ainsi que de deux membres du CA et d’une salariée du siège lance à tous les Comités Locaux un appel inquiet :
Cette structure originale et jusque-là plébiscitée, qui participe de façon importante à la vie démocratique d’Attac, voit son existence-même menacée par un manque d’engagement des Comités Locaux qui se traduit par deux constats : 1 – La prochaine CNCL du 23 avril 2022 est la seconde à n’être organisée que par deux comités au lieu des trois nécessaires.
Si Attac Paris 19/20 a bien prévu de rejoindre l’organisation (merci !), ce sera seulement pour la prochaine. Or, pour que l’organisation reste facilement assumable, il est nécessaire que trois Comités locaux y participent. Il faut impérativement qu’un troisième Comité Local accepte de rejoindre le secrétariat pour un an, au plus tard début septembre 2022. 2 – Pour la CNCL du 23 avril,nous n’avons à ce jour que trois ateliers proposés sur les quatre que nous souhaitions programmer, et parmi ces trois, un seul atelier est proposé par un Comité Local !
¿Qué pasa ?
Merci donc aux Comités Locaux qui auraient un atelier à proposer pour le 23 avril de le faire au plus tôt ! Il reste encore une place et l’horizontalité de la rencontre est un principe essentiel des CNCL. Plus généralement, la préparation des CNCL est bien rodée, les Comités Locaux sont bien épaulés lorsqu’ils participent au secrétariat de préparation, n’hésitez pas à vous lancer ! Il n’y a aucun risque et beaucoup de satisfaction à en attendre !
Présenter un atelier, c’est faire connaître et partager une expérience enrichissante, ou un savoir, ou un savoir-faire, c’est bien pour ça que nous sommes une association !
Mandater un ou des adhérent.e.s aux CNCL, en particulier les nouveaux, c’est les lier à la richesse et la diversité d’Attac, c’est important. Alors chiche ! Nous attendons : > Au moins une proposition d’atelier pour le 23 avril par mail : cncl-travail@list.attac.org > Au moins un nouveau Comité Entrant dans le secrétariat avant le 1er septembre 2022.
C’est à vous !
Le secrétariat de la CNCL  
  Attac France — 2022
Vie Interne d’Attac France

Twitter |  Mastodon |  Facebook |  Viméo Ce message a été envoyé sur la liste « Correspondant⋅e⋅s CNCL, 4CL Correspondant⋅e⋅s électroniques locaux, 4CL Responsables des comités locaux »
Se désinscrire de cette liste | Ne plus recevoir de courriels de la part d’Attac France Attac France 21 ter rue Voltaire
75011 PARIS
France
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Campagne “inégalités” : conseils pour vos actions


Campagne « inégalités » : conseils pour vos actions
 
 
Campagne 21 mars 2022
 
 
Vous recevez ce message en tant que correspondant·e de votre comité local : merci de vous assurer de sa prise en charge collective.
 
 
Bonjour,
En 2 semaines, nous avons envoyé plus de 40 colis aux comités locaux et 1500 enveloppes A4 avec le matériel de la campagne « Les inégalités, un choix politique ».
Pour rappel, nous vous invitions à vous mobiliser dans les semaines à venir, avec un focus le 2 avril.
Des conseils pour vos collages et la pose de vos banderoles
Pour préparer au mieux vos accroches ou vos collages d’affiches, nous vous invitons à consulter le guide « Comment organiser une action ? ». Il contient toutes les infos clés sur la préparation, la communication et les risques juridiques liés à vos actions.
Equipez vos banderoles avec des œillets à frapper que vous pouvez trouver dans des magasins de bricolage ou d’arts créatifs (ex. : ce modèle). Pour l’accrochage, notamment sur un pont, prévoyez des cordes élastiques de type sandow. Si besoin, vous pouvez réaliser des petites fentes verticales pour réduire la prise au vent.
Vous pouvez vous inspirer des exemples d’Attac Auxerre sur un pont et un bord de route ou d’Attac Vendée aux fenêtre de la maison des syndicats.
Enfin, quelques idées sont à retrouver sur ce pad. N’hésitez pas à le compléter avec de nouvelles propositions !
Si vous souhaitez commander des affiches et/ou une banderole de la campagne, vous pouvez encore le faire via ce formulaire en ligne.
Et n’oubliez pas de nous envoyer vos photos par mail à action@attac.org avec un descriptif du déroulé de votre action.
À bientôt,
L’équipe de campagne
 
 
Attac France — 2022
Vie Interne d’Attac France

Twitter |  Mastodon |  Facebook |  Viméo
Ce message a été envoyé sur la liste « 4CL Correspondant·e⋅s matériel, 4CL Correspondant⋅e⋅s action/mobilisation, 4CL Correspondant⋅e⋅s électroniques locaux, 4CL Responsables des comités locaux »
Se désinscrire de cette liste | Ne plus recevoir de courriels de la part d’Attac France
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Le 6 mars à Prissé Fête de la transition écologique avec Attac

Le dimanche 6 mars à Prissé aura lieu la Fête de la transition écologiqueavec entre autre  les greffes d’arbres fruitiers. (oui toujours le côté “écologie pratique”, merci Marcel.Des copains sont mobilisés sur le stand greffes, mais il faut aussi du monde pour tenir le stand Attac. (On va travailler pour préparer ce stand )Il est très important qu’il y ait du monde sur le stand. Du fait du COVID Attac Mâcon a été très peu actif ces derniers mois et il ne faut pas rater ce 1er réveil.Je joins un sondage avec des créneaux de 2 h30. Il faudrait 2 personnes au stand à chaque fois ce qui demande pas mal de monde. Bien sûr vous pouvez vous  inscrire sur plusieurs créneaux.
 Voici le lien pour vous inscrire https://sondage.marelle.org/studs.php?poll=CTDEdE9mwIthrt5K
On compte sur vous.

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

30 novembre : appel à mobilisation générale pour la levée des brevets sur les vaccins Covid-19 !

30 novembre : appel à mobilisation générale pour la levée des brevets sur les vaccins Covid-19 !  Communiqué 23 novembre 2021
  Vous recevez ce message en tant que correspondant·e de votre comité local : merci de vous assurer de sa prise en charge collective.  Chers comités locaux,Le 2 octobre 2020 les pays du Sud, Afrique du Sud et Inde en tête, ont demandé la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid à l’Organisation mondiale du commerce. Elle leur a été refusée par l’Union Européenne et la Suisse notamment. Depuis cette date, ce sont en moyenne 10 119 personnes par jour qui sont décédées de cette maladie. Alors que la Conférence ministérielle de l’OMC se réunit du 30 novembre au 3 décembre à Genève, mobilisons-nous afin de crier notre désaccord face à cette politique « d’apartheid » médical et d’exiger la levée des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins, les traitements et les diagnostics Covid !Attac et ses partenaires du collectif « Stop brevets, réquisition ! » appellent à se mobiliser dans le cadre d’une journée internationale d’action le mardi 30 novembre.
Vous trouverez en ligne une première liste des rassemblements prévus en France et dans le monde. Faites-nous remonter vos initiatives à libre-echange-contact@attac.org pour que nous puissions la compléter.Des matériels sont disponibles dans l’espace vie interne : tract, banderole et visuels collectifs. Un 4 pages Attac est également en cours de finalisation et sera ajouté dans les prochains jours.À l’occasion de cette journée de mobilisation et dans les mois à venir, nous vous invitons à faire signer largement l’initiative citoyenne européenne « Pas de profit sur la pandémie » lancée par de nombreux mouvements en Europe.Pourquoi se mobiliser ?Les vaccins ont été développés avec des fonds publics. Alors qu’ils sont massivement distribués dans les pays riches, leur vente profite aujourd’hui aux seuls gros actionnaires de la Big Pharma, qui voient leurs dividendes exploser. A l’opposé de cette logique, la levée des droits de propriété intellectuelle permettrait un accès bien plus large aux vaccins, traitements et diagnostics et épargnerait des centaines de milliers de vies humaines. Une remarquable étude de Public Citizen, montre qu’avec la levée des brevets, on peut vacciner la planète et éradiquer la pandémie.Big Pharma a pris en otage les populations des pays à faibles et moyens revenus, en réservant leurs livraisons de vaccins, au prix fort, aux pays les plus solvables. L’absence d’accès universel et immédiat à la vaccination, aux traitements, tests et autres technologies pourrait entraîner des centaines de milliers de morts et causer l’apparition de variants plus contagieux.Lever les droits de propriété intellectuelle : une urgence sociale et économique pour des millions de vies sauvées. Avec les mêmes instruments de planification que l’industrie pharmaceutique utilise pour préparer ses projets de sites industriels, l’étude de Public Citizen démontre comment la communauté internationale pourrait mettre en place des centres régionaux capables de produire 8 milliards de doses de vaccin d’ici mai 2022.Voulons-nous que ces investissements publics ne permettent que de vacciner les populations des pays riches, au risque de ne jamais venir à bout du COVID-19, tout en permettant à quelques privilégié·e·s d’amasser des fortunes colossales ?Mobilisons-nous pour la vie de toutes et tous, contre les profits de quelques un·e·s ! La lutte contre le Covid-19, mais également contre toutes les autres maladies et problèmes médicaux, doit être menée à l’échelle planétaire en suspendant les logiques de maximisation du profit. La production des moyens de prévention, des vaccins, des médicaments etc., mais aussi la prise en charge des malades ne peut dépendre de leur solvabilité.Le contrôle public de la recherche, de l’industrie pharmaceutique et du secteur hospitalier, de même que le développement d’un service public de la santé de qualité et gratuit est donc plus que jamais indispensable.Nous invitons les comités locaux d’Attac à se mobiliser sur tout le territoire, avec leurs partenaires (organisations membres de Plus Jamais Ça par exemple) pour manifester en faveur d’un accès universel et effectif aux vaccins, aux traitements et aux diagnostics qui doivent être considérés comme des biens communs. Maintenir les droits de propriété intellectuelle est criminel ! Soutenons les pays du Sud en exigeant ensemble leur levée sans plus attendre !Contact : libre-echange-contact@attac.org 
 Attac France — 2021
Vie Interne d’Attac France

Twitter |  Mastodon |  Facebook |  ViméoCe message a été envoyé sur la liste « CA Attac, 4CL Correspondant⋅e⋅s action/mobilisation, 4CL Correspondant⋅e⋅s électroniques locaux, 4CL Responsables des comités locaux »
Se désinscrire de cette liste | Ne plus recevoir de courriels de la part d’Attac FranceAttac France21 ter rue Voltaire
75011 PARIS
France
 
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Un peu de lecture… pour avoir envie de Marcher pour le climat samedi

Quelques articles bien intéressants…. même s’il y en aurait beaucoup d’autres à envoyer !

https://basta.media/alerte-rouge-pour-la-terre-quatre-jeunes-femmes-interpellent-nos-dirigeants                        avec la pétition à signer, déjà plus d’1,55 millions de signatures !!!

https://basta.media/Climat-et-effondrement-Seule-une-insurrection-des-societes-civiles-peut-nous
https://basta.media/COP26-contenir-le-rechauffement-climatique
https://reporterre.net/Le-double-jeu-d-Emmanuel-Macron-sur-le-climat
et bien sûr à propos de Total : https://rapportsdeforce.fr/linternationale/les-opposants-de-total-en-ouganda-de-plus-en-plus-menaces-102611504
et en  ci dessous 1 article de Médiapart :
 – COP 26 l’engagement tout en parole du monde financier
Non tout n’est pas noir et il y a des raisons d’espérer, si la société civile se  réveille !

Mais de toutes façons, rdv à 14 h 30 samedi 6 novembre Square de la Paix avec vos

instruments de musique et vos pancartes !

COP26 : l’engagement tout en paroles du
monde financier
PAR MARTINE ORANGE
ARTICLE PUBLIÉ LE MERCREDI 3 NOVEMBRE 2021
Participants à la COP26 de Glasgow. © Oli SCARFF / AFP
Officiellement, le monde financier est prêt à apporter tout son soutien à la lutte contre les dérèglements climatiques. En pratique, les actions peinent à suivre.
Vertes à l’extérieur, les banques restent bien marron à l’intérieur.
Dans la lutte contre les dérèglements climatiques, les responsables internationaux attendent beaucoup de la finance. Pour bien témoigner combien les acteurs de
la finance ont une place à part, ils ont décidé de leur accorder une journée entière, mercredi 3 novembre, à la COP26 de Glasgow. Une journée au cours
de laquelle financiers et banquiers vont multiplier les déclarations de bonnes intentions, rappeler leurs engagements en faveur de la préservation de
l’environnement, mentionner leur code de bonne conduite et leur charte d’investisseurs responsables
afin de participer à la transition écologique en drainant les milliers de milliards de capitaux pour financer les technologies et les changements, comme les
gouvernements l’espèrent.

Avant même le sommet, la Glasgow Financial Alliance for Net Zero (GFANZ) , qui regroupe quelque 295 groupes financiers dans quarante pays, a publié un
appel début octobre afin de presser les responsables politiques à prendre des décisions courageuses et urgentes en faveur de la lutte contre les dérèglements
climatiques. Elle demande notamment une régulation stable qui soutienne et encourage les investissements «verts». «Le secteur financier va jouer un rôle
clé pour accélérer la transition. En apportant les financements nécessaires, les banques et les marchés de capitaux vont permettre aux groupes d’investir
dans la transformation de leurs business models », déclarait alors Lavinia Bauerochse, responsable des investissements durables et responsables à la
Deutsche Bank. Une banque très présente, comme tous les grands groupes bancaires mondiaux, dans les secteurs les plus polluants.
Le filon des obligations vertes
Depuis quelques années, les investissements «verts» sont devenus très prisés dans le monde financier. Un filon à exploiter même. De plus en plus de fonds
cherchent à investir dans les projets écologiquement responsables. Ils sont même prêts à accepter des rendements inférieurs pour satisfaire ces conditions.
Preuve de cet engouement : les ventes d’obligations « vertes » atteignent quelque 250 milliards de dollars par an, contre 50 milliards de dollars en 2015, selon
la Climate Bonds Initiative, un club financier pour soutenir les émissions de dettes en faveur des projets environnementaux. Ce qui permet au passage aux
intermédiaires financiers d’engranger de généreuses commissions : cette année, la conception et la vente de ces émissions obligataires «vertes» ont rapporté 2,2
milliards de dollars aux banques, selon Bloomberg.
Mais dans le flot de ces capitaux, combien sert réellement à financer la transition écologique, à amorcer des projets en rupture réelle avec les
modèles anciens? Pas assez, à en croire Oxfam, Finance Watch, Reclaim Finance ou Corporate Europe Observatory, pour ne citer que quelques-unes des
ONG qui surveillent les pratiques bancaires. De rapport en rapport, toutes soulignent le double langage de la finance, verte en surface mais bien marron à
l’intérieur.
Le doute commence à s’insinuer bien au-delà. En Europe et aux États-Unis, les régulateurs regardent de plus près ces engagements durables qui sont
loin d’en être. Une étude de deux professeurs de Harvard menée auprès de cent signataires promettant de s’engager sur des investissements responsables
aboutit à la conclusion que tous ces engagements sont «pour le show». Pour la galerie.
Nés avec cette vague, des fonds qui se veulent responsables socialement et écologiquement se posent aussi des questions. Un d’entre eux, Aegon Asset
Management, vient ainsi de couper les ponts avec JPMorgan, une des premières banques du monde.
Censées financer la transition vers les énergies renouvelables et le développement de l’habitat durable, les obligations émises par la banque ont, selon
le fonds, de sérieuses allures de «greenwashing» (ou écoblanchiment). D’autant que, dans le même temps, la banque continue à financer à tour de bras tous les
géants mondiaux des énergies fossiles. «JPMorgan » est le plus grand financier de l’énergie dans le monde. Cela ne reflète pas vraiment le souci de
l’investissement durable», explique un des gérants de ce fonds cité par le Wall Street Journal.
Les actes peinent à suivre
Ce qui est vrai pour JPMorgan l’est tout autant pour Citigroup, BNP Paribas, Deutsche Bank et tant d’autres. En dépit de leurs déclarations, toutes
ces banques continuent à arroser, qui les activités minières, qui les centrales à charbon, qui l’exploration des sables bitumineux. Au-delà des discours, les actes
peinent à suivre.
L’ancien gouverneur de la Banque centrale d’Angleterre, Mark Carney, est en train de le mesurer.
Dans un discours d’anthologie sur «la tragédie des horizons» donné en 2015, il a été le premier banquier central au monde à mettre en exergue les risques
et les dangers que comportaient les changements climatiques, y compris pour la finance et la stabilité du système financier mondial. Par la suite, tous
les banquiers centraux, y compris la Banque des règlements internationaux– la banque centrale des banques centrales, si l’on peut dire–, lui ont emboîté le
pas, jugeant que le défi environnemental était sérieux et qu’il convenait de prendre des mesures au plus tôt.

À son départ de la Banque d’Angleterre en 2020, Mark Carney a tout de suite rejoint les Nations unies pour devenir envoyé spécial pour l’action climatique
et la finance. Sa mission ? Convaincre tous les grands banquiers et financiers du monde, qu’il connaît tous, de signer le protocole de quatorze pages élaboré par
le département environnement des Nations unies, afin d’inciter les banques à pousser leurs clients à changer leurs habitudes ou à les abandonner.
Le texte prévoit notamment de fixer des objectifs afin de les amener à moins prêter et investir dans les groupes fortement émetteurs de CO2, et à apporter plus
de soutien aux technologies et aux secteurs favorisant un développement durable. Il est souhaité que les signataires rendent compte de leur action chaque
année.
Dans un premier temps, les grandes banques de Wall Street, les assurances, les réassurances– ces dernières notamment commencent à mesurer
dans leurs comptes les dégâts provoqués par les dérèglements climatiques– ont toutes applaudi à l’initiative. Mais quand il s’est agi de s’engager, les
principales d’entre elles, à commencer par Goldman Sachs et JPMorgan, ont commencé à traîner les pieds, à se défiler et même à refuser de signer tout engagement contraignant.

Pour justifier leur refus, les banques invoquent les risques juridiques, les craintes de poursuites par leurs actionnaires, les distorsions de concurrence avec les établissements bancaires non soumis aux mêmes règles, notamment les banques chinoises ou russes. Elles invoquent aussi l’absence de régulation claire et stable en matière d’investissements environnementaux dans les différents pays. Une
absence qui les gêne dans leurs engagements,expliquent-elles.
Officiellement demandeur d’un cadre réglementaire, le monde financier, pourtant, se dérobe et cherche à l’éluder, même quand il est peu contraignant.
À partir de 2019, la Banque centrale européenne (BCE) a commencé à fixer quelques règles aux banques afin de les forcer à prendre la mesure des
risques climatiques inscrits dans leur bilan et de les inciter à modifier leurs comportements. Les règles se voulaient volontairement légères : la BCE demandait
aux établissements bancaires de mettre en place des systèmes internes d’évaluation de leurs risques, et de fixer de nouvelles règles en matière d’investissements
et de prêts à la lumière de la transition climatique.
Résultat ? 90 % des pratiques ne sont que partiellement ou pas du tout conformes aux attentes réglementaires de la BCE. Un quart seulement des établissements se
sont dotés d’indicateurs clés pour suivre et piloter la performance de leurs différents métiers, portefeuilles et produits, notamment pour évaluer leur exposition
aux groupes fortement émetteurs de CO2. Pas plus d’un cinquième des banques ont défini un indicateur clé pour les risques environnementaux. Et un certain
nombre n’ont rien fait du tout.
« Les banques ne peuvent plus simplement déclarer leur intention de se mettre en conformité avec l’accord de Paris d’ici à 2050. Elles doivent faire
des changements structurels dans leur façon de faire des affaires afin de s’assurer qu’elles atteignent effectivement cet objectif et éviter l’accumulation de
risques pour elles et pour tout le système financier »,
a tonné Frank Elderson, vice-président du conseil de la supervision de la BCE, en présentant ces résultats le 20 octobre.
La BCE a annoncé une série de tests de résistance face aux changements climatiques dans les principales banques européennes dans les prochains mois. Elle
pourrait obliger les établissements les plus exposés aux risques de pollution, d’émissions de CO2, à provisionner de façon plus importante. BNP Paribas,
la Société générale et le Crédit agricole figureraient dans cette liste.
Redoutant tout durcissement de la réglementation, les lobbies bancaires sont déjà partis en guerre contre le projet. Comme ils le rappelleront à Glasgow, ils sont
pour soutenir toutes les actions dans la lutte contre les dérèglements climatiques. Mais à condition qu’ils écrivent eux-mêmes les règles.

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
« Articles plus anciens