Archives par catégorie : Actualité

garde à vue et Naomi Klein

Aurélie Trouvé, porte-parole d’ATTAC, raconte sa garde à vue : « Ils veulent nous décourager »

Elle a passé vingt-quatre heures en garde à vue parce qu’elle dénonçait la politique climatique et sociale du gouvernement en brandissant à l’envers un portrait de Macron.

Par Eric Aeschimann Publié le 15 mars 2020 à 08h36 Temps de lecture 9 min  Aurélie Trouvé, porte-parole d’ATTAC, ici en juin 2019 (Marie Magnin / Hans Lucas)  

Aurélie Trouvé raconte à « l’Obs » les conditions effrayantes de sa garde à vue : « c’est une forme de maltraitance ». Elle a été libérée samedi matin 14 mars et l’affaire a été classée sans suite.

Quel était le but de la manifestation qui a conduit à votre interpellation ?

J’ai été arrêtée vendredi matin, vers 11 heures. L’année dernière, à la même date, il y avait eu de grandes manifestations pour le climat dans le monde entier. Cette année, à cause du coronavirus, la manifestation qui devait avoir lieu samedi à Paris a été annulée. Mais l’association Action Non Violente -Cop 21 (liée au réseau Alternatiba, NDLR), avec des collectifs et des scientifiques, voulait tout de même marquer le coup et dénoncer l’inaction des pouvoirs publics face à la crise climatique et sociale. L’idée était d’aller au plus près de l’Elysée en brandissant des portraits d’Emmanuel Macron à l’envers pour signifier que sa politique climatique marche sur la tête. Il y avait plusieurs groupes, qui ont tous été bloqués. Ceux qui portaient des portraits ont été arrêtés : des militants, mais aussi des scientifiques.

Dans quelles conditions avez-vous été arrêtée ?

Nous étions une trentaine, nous marchions vers l’Elysée quand la police nous a bloqués et nassés. Entourés par les CRS, nous avons tout de même fait les trois prises de parole prévues : par un militant d’ANV Cop 21, par un représentant du Collectif inter-urgence (qui rassemble les urgentistes) et moi-même au nom d’Attac, dont je suis la porte-parole. ANV-Cop 21 avait apporté plusieurs portraits de Macron et il avait été décidé, avec Attac, que j’en brandirai un à l’envers à la fin de mon intervention. Ce que j’ai fait, avec le représentant d’ANV Cop 21. C’est à ce moment que des policiers nous ont embarqués et emmenés vers le commissariat du Ve arrondissement.

Là-bas, vous a-t-on expliqué pourquoi vous étiez arrêtée ?

Non, pas directement. Mais dans le bureau de l’officière de police judiciaire, il y avait un tableau au mur. En face de mon nom, il était écrit : « Recel ». Ce n’était pas une surprise. ANV Cop 21 nous avait dit qu’on pouvait être arrêté à cause des portraits, mais personne n’aurait imaginé qu’on allait passer 24 heures en garde à vue pour ça. L’officière de PJ m’a demandé d’où venaient ces portraits et ce que nous avions à raconter à ce propos. J’ai répondu : « Nous n’avons rien à dire ». Elle s’est tournée vers des agents : « Bon, allez, mettez-les en garde à vue ».

Comment se passe une garde à vue ?

Ça débute par une fouille. Ils ont pris mon sac, mon téléphone, mes bijoux, la montre et même mon soutien-gorge – car j’aurais pu me pendre avec, bien sûr ! Puis j’ai été conduite dans une cellule collective, mais où je suis restée seule pendant plusieurs heures. Il n’y avait pas de chauffage, il faisait 15 degrés au maximum, j’ai demandé à récupérer mon manteau à plusieurs reprises, en vain. L’endroit puait la merde et la pisse, il y avait des matelas de 3 cm d’épaisseur à peine et des couvertures qui sentent mauvais. Au début, je me suis dit que je n’allais pas y toucher, mais au bout de deux heures, j’ai fini par m’y emmitoufler. Je n’avais aucune notion du temps. J’ai aussi demandé plusieurs fois à aller aux toilettes, les policiers me disaient oui, mais ne revenaient pas.Même chose pour le verre d’eau.

Un policier est venu relever mon identité, avec empreintes digitales et prélèvement d’ADN. J’ai refusé le prélèvement d’ADN. Ensuite, j’ai vu mon avocat. ANP Cop 21, qui a une « legal team » (groupe d’avocats qui aident les manifestants en cas d’arrestation), m’avait donné un numéro de téléphone à appeler en cas d’interpellation. L’avocat est venu, il m’a expliqué mes droits et notamment la question du portable : j’avais eu le temps d’éteindre le mien, mais refuser de donner son code peut être considéré comme un délit.

Enfin, il y a eu l’audition par la police judiciaire. Comment s’est-elle passée ?

L’audition a duré une grosse demi-heure, elle s’est déroulée dans un bureau open space, où une dizaine de policiers travaillaient. L’un d’eux m’interrogeait et les autres tournaient de temps en temps la tête pour ricaner. Les deux portraits que nous avions brandis étaient là, dans le bureau. Le policier a commencé par me demander le code de mon téléphone, j’ai refusé et il m’a dit : « C’est un délit, je le place sous scellés, vous ne le récupérerez pas ». J’ai ensuite été interrogée sur mon identité, et enfin sur les faits. C’est le moment où l’avocat n’a plus le droit d’intervenir. J’ai expliqué au policier que je choisissais de garder le silence. Le policier m’a néanmoins posé de nombreuses questions : qui a organisé l’action ? D’où vient le portrait ? Quelle organisation m’avait contactée ?

A un moment, un autre policier a apporté le communiqué qu’Attac venait de diffuser, avec une photo où l’on me voyait en train de porter le portrait. « Est-ce que c’est bien vous ? », m’ont-ils demandé. Leur objectif était de pouvoir me poursuivre pour recel. Piégée, j’ai commencé à répondre quelques mots puis me suis ravisée, me rendant compte du stratagème. Après de nombreuses autres questions face auxquelles, concentrée, je me forçais à répondre « je choisis de garder le silence », j’ai été renvoyée dans ma cellule.

Pouvez-vous nous décrire vos conditions de détention ?

Une camarade de 66 ans arrêtée m’a rejointe. Elle m’a paru choquée, stressée. Elle avait l’impression d’avoir été harcelée et bousculée psychologiquement par les policiers. Comme elle est prof retraitée d’EPS et qu’il n’y avait rien à faire, nous avons fait un peu de gym. Puis le soir est arrivé et les cellules ont commencé à se remplir avec des jeunes mineurs, des Roumains, un type sous drogue dure. Il a fallu libérer la cellule collective où nous étions et nous avons été mises chacune dans des cellules individuelles. Dans la mienne, il y avait un banc en pierre avec un mini-matelas et une couverture de 1,50 mètre sur 1,20 sans doute, très très sale, repoussante, surtout en période de coronavirus ! Derrière un muret, se trouvaient des chiottes à la turque absolument immondes, pleines de merde, qu’il fallait enjamber pour accéder à un robinet. Quand j’ai demandé aux policiers un gobelet, ils m’ont dit : « tu n’as qu’à boire en prenant de l’eau dans tes mains ! » J’ai fini par obtenir un gobelet.

C’était dur ?

Très dur. J’avais froid, je ne portais qu’une petite chemise avec une veste légère. J’entendais les gens qui criaient. Un gars était torse nu parce qu’il s’était vomi dessus. Il hurlait qu’il avait froid, il réclamait un pull, mais il est resté torse nu toute la nuit et toute la matinée. Les repas étaient constitués d’un pavé de riz froid, le midi et le soir : immangeable. Je n’ai rien pris jusqu’au petit-déjeuner, où l’on m’a distribué en tout et pour tout… deux biscuits Lu et une briquette de jus d’orange ! J’étais seule et pour communiquer avec ceux qui étaient dans la cellule d’à côté, il fallait que je me contorsionne vers la petite ouverture de la porte et que je crie. A côté, ils étaient 6, dont 3 camarades qui avaient participé à l’action du matin, et je me disais qu’ils avaient de la chance d’être ensemble. Mais ensuite ils m’ont expliqué qu’ils avaient 3 matelas et deux couvertures… Pour six personnes ! Tout le monde criait, comme dans un film, tout le monde réclamait des couvertures et les policiers répondaient qu’ils n’en avaient pas d’autres. Sans oublier les gros néons, qui ne sont jamais tamisés et qui vous envoient une lumière violente dans la figure toute la nuit. Et le bruit incessant des portes en ferraille qu’on ouvre et qu’on ferme.

Comment se sont comportés les policiers avec vous ?

Ils étaient durs, seules les femmes étaient un peu humaines. Il n’y avait aucune forme de sollicitude ou de bienveillance, ils disaient tout le temps : « j’ai pas le temps ». Et encore, il est clair qu’ils nous ont ménagés. La manière dont ils parlaient aux autres, qui par ailleurs, pour beaucoup maîtrisaient mal le français, était terrible. Néanmoins, je ne les mets pas en cause dans les conditions de la garde-à-vue : le manque de couverture, l’absence de chauffage, les sous-effectifs, ça ne dépend pas d’eux, c’est une question de moyens.

Comment avez-vous réagi psychologiquement ?

A ma question sur le moment probable de notre sortie, l’avocat m’avait répondu : « peut-être pour ce soir ». Quand j’ai compris que j’allais y passer la nuit, ma première réaction a été de me dire : « je ne ferai plus jamais d’actions de désobéissance civile, car je ne veux pas revivre ça. » Et c’est le but : ils veulent nous décourager, nous intimider. Les policiers ne nous disaient rien, j’étais morte de trouille de rester 48 heures. J’ai essayé de faire de la relaxation, de dormir, mais forcément, à un moment, j’ai craqué et j’ai pleuré.

Ce qui est très important, dans de tels moments, c’est de sentir la solidarité militante. Pendant mon audition, j’entendais les copains rassemblés devant le commissariat qui chantaient « A cause de Macron ». Cela m’a fait beaucoup de bien. Ils sont restés tard le soir et leurs chansons venaient jusqu’à ma cellule, de façon étouffée. Nous avons eu aussi la visite de la députée Daniel Obono qui, en tant que parlementaire, a le droit de pénétrer dans un commissariat. Là aussi, ça nous a fait chaud au cœur ! Alors, je pense à tous les gens arrêtés – l’immense majorité ! – qui n’ont pas de tels soutiens…

Que vous ont-ils dit quand ils vous ont libérés ?

Ils avaient cherché à identifier l’origine des portraits et à savoir s’ils avaient été volés dans des mairies. Nous étions cinq en garde à vue au commissariat du Ve arrondissement. Pour trois d’entre nous, les portraits n’ont pas été identifiés : il s’agit du président des Amis de la Terre, Khaled Gaiji, et de deux militants d’ANV-Cop 21, dont celui qui avait été arrêté en même temps que moi. Pour ce qui me concerne, un des policiers m’a dit : « Vous avez de la chance, le tableau vient d’une mairie qui l’a prêté ». Il n’y avait donc pas eu vol. Nos dossiers ont été classés sans suite et nous avons tous été relâchés en même temps, vers 12 heures, après un peu plus de 24 heures de garde à vue pour certains d’entre nous. La dernière camarade, qui avait été arrêtée vers 15 heures vendredi, a été relâchée samedi vers 15 heures. Selon le décompte d’ANV-Cop 21, il y a eu en tout douze gardés-à-vue pendant 24 heures, dont des scientifiques ou encore la « gilet jaune » Priscilla Ludowsky.

Quel bilan tirez-vous cette expérience ?

Ai-je subi les conditions normales d’une garde-à-vue ? Oui, je crois. Et c’est inquiétant. Dans son intervention télévisée jeudi soir, Emmanuel Macron a parlé de l’Etat-providence, mais est-ce qu’un Etat-providence traite ainsi les gens qui sont arrêtés ? Laisser quelqu’un avoir froid, avoir peur, laisser un gars torse nu, ne pas assurer un nombre suffisant de couvertures, ne pas chauffer des cellules, c’est une forme de maltraitance. C’est indigne d’un Etat de droit.

Propos recueillis par Eric Aeschimann

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Relance / Réunion de travail sur le fil rouge « Révolution écologique et sociale »

Relance / Réunion de travail sur le fil rouge « Révolution écologique et sociale »     Campagne 20 mars 2020
    Vous recevez ce message en tant que correspondant·e de votre comité local : merci de vous assurer de sa prise en charge collective.     Bonjour, Comme vous le savez, une journée de travail était prévue samedi prochain, le 28 mars, visant à regrouper les militant·e·s d’Attac qui souhaitent s’inscrire activement dans des cadres collectifs de travail et de construction du fil rouge « révolution écologique et sociale » (le nom de ce fil rouge restant à préciser). L’objet de cette réunion était de regrouper toutes les personnes qui veulent participer au pilotage de ce fil rouge, en lien avec les espaces de travail, les comités locaux, etc. Étant donné le contexte, cette journée ne peut bien évidemment pas avoir lieu dans les conditions initialement prévues. La réunion aura cependant lieu par visio-conférence, de 9h30 à 12h.
Peut-être que des personnes, intéressées par l’objet et l’objectif de ce temps de travail, ne pouvaient pas venir à Paris participer à la journée, mais pourraient participer par visio-conférence. Nous invitons donc à nouveau les militant·e·s investi·e·s dans leur comité local, dans un espace thématique, dans d’autres groupes, à participer à ce temps de travail de manière à prendre une part active à la construction et la coordination de ce fil rouge. Cette réunion n’est qu’une étape, et à son issue chaque participant·e pourra choisir de s’investir dans un ou plusieurs groupes de travail.
L’enjeu est que ce « fil rouge » soit dès le début construit et porté collectivement par le plus grand nombre possible de militant·e·s actives d’Attac, en lien avec les différents espaces d’engagement. Car ce sont les comités locaux, les espaces de travail, les divers groupes, qui feront de ce « fil rouge » une réalité. Inscription Pour participer, merci de vous inscrire sur ce formulaire. Vous recevrez ainsi les informations de connexion pour nous rejoindre sur le logiciel Zoom. Si vous n’avez jamais participé à une réunion via ce logiciel, pas de panique : vous trouverez ici un mode d’emploi. Merci de faire une inscription par personne présente : cela nous permettra d’avoir une idée du nombre que nous serons et d’ajuster le programme en fonction. Ressources D’ores et déjà, vous pouvez prendre connaissance des documents suivants : > La première note de travail validée par le Conseil d’administration du 29 février 2020 > Le compte-rendu de l’atelier qui a eu lieu à la CNCL des 7 et 8 mars sur des premières pistes de campagnes pour le projet Attac “Pour une révolution écologique et sociale” > Le compte-rendu de la dernière réunion qui a réuni les comités locaux en lutte contre des implantations d’Amazon sur leur territoire  
  Attac France — 2020
Vie Interne d’Attac France

Twitter |  Facebook |  Viméo Ce message a été envoyé sur la liste « CA Attac, 4CL Correspondant·e⋅s matériel, 4CL Correspondant⋅e⋅s action/mobilisation, 4CL Correspondant⋅e⋅s électroniques locaux, 4CL Responsables des comités locaux »
Se désinscrire de cette liste | Ne plus recevoir de courriels de la part d’Attac France
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Face à la crise du coronavirus, où sont les mesures concrètes face aux enjeux de justice sociale ?

Face à la crise du coronavirus, où sont les mesures concrètes face aux enjeux de justice sociale ?     Communiqué 12 mars 2020
    Ce 12 mars, Emmanuel Macron a cherché a gagné du temps et obtenir un moment de répit politique face à l’aggravation de la crise sanitaire liée au Covid-19. Il n’a pourtant mis sur la table aucune mesure précise et chiffrée, notamment pour résoudre la crise de l’hôpital public et satisfaire les revendications des personnels hospitaliers mobilisés depuis des mois. Face à la gravité de la crise sanitaire, doublée désormais d’une déstabilisation boursière de grande ampleur, les annonces en matière sociale et économique sont tout aussi floues alors qu’Emmanuel Macron aurait du annoncer des mesures d’ampleur, précises et chiffrées.     C’est un président largement déconsidéré qui a appelé l’unité nationale et à la solidarité. Lorsque l’urgence est la crise sanitaire, il faut effectivement se protéger et protéger la collectivité. Les risques liés à la diffusion du Covid-19 ne doivent pas être minimisés au prétexte d’une vulnérabilité qui se réduirait aux plus âgé.es ou aux personnes fragiles : ce sont nos ami.es, nos parents ou grand parents. La réduction des risques est une responsabilité de tou·tes. Ce même esprit de responsabilité devrait animer Emmanuel Macron et son gouvernement. Eux qui ont cru bon en début d’épidémie de convoquer un conseil des ministres déclenchant le 49.3 en urgence sur le projet de loi sur les retraites, doivent immédiatement, au nom même de cet esprit de responsabilité, suspendre le processus législatif sur la réforme des retraites, comme les organisations syndicales l’ont réclamé. Les personnels hospitaliers, en première ligne face à la crise sanitaire, n’attendent pas du chef de l’État une reconnaissance dans les mots, mais de voir leurs revendications satisfaites dans les plus brefs délais. Or, Emmanuel Macron n’a fait aucune proposition concrète en la matière : aucun chiffre, aucune mesure précise pour débloquer de nouveaux financements ou de nouvelles places ou services, alors que notre système de santé, notamment hospitalier a été mis à mal par des années de casse, aucune prime exceptionnelle alors que les personnels sont totalement mobilisé·es pour faire face à l’épidémie. Emmanuel Macron a évoqué la nécessité de « libérer des lits », mais il est urgent d’ouvrir de nouveaux lits. Au delà des moyens propres aux hôpitaux, il faut distribuer à la population des masques et gel anti-bactérien. Emmanuel Macron annonce enfin la fermeture de tous les établissements scolaires (crèches, écoles, collèges, lycées et universités) dès lundi « jusqu’à nouvel ordre » mais n’est pas en mesure de garantir que les frais de garde d’enfants seront couverts, ni l’intégralité des salaires des parents garantis, en renvoyant leur mise en œuvre concrète à plus tard. La gravité de la crise sanitaire et l’approfondissement de la crise financière exigent une série de mesures sociales d’urgence, qui n’ont pas été annoncées ce soir. La mise en oeuvre de la réforme de l’assurance chômage, et notamment son volet qui doit entrer en application le 1er avril, vont générer une double réduction, terrible, des droits et des indemnités pour des centaines de milliers de chômeur.ses. Elle doit immédiatement être annulée. De même, le chômage technique va être généralisé : il aurait fallu que le Président de la République annonce un maintien intégral des salaires. Les salarié·es potentiellement exposé.es au risque doivent se voir garantir un droit de retrait. Les mal logés et sans logis sont en première ligne, susceptibles d’être durement affectés si l’épidémie gagne du terrain. Des mesures d’urgence doivent être appliquées, au-delà du prolongement de la trêve hivernale : réquisition des logements vacants, moratoire sur la baisse des aides au logement, sur les coupures d’énergie et d’eau, etc. En matière économique, les mesures d’urgence doivent en priorité aller aux entreprises sous-traitantes et aux PME, qui sont en général les premières victimes des contractions subites de l’activité, afin d’assurer aux salariés de ces entreprises le maintien de leurs emplois et de leurs salaires. Alors que deux krachs boursiers viennent de se dérouler coup sur coup, le jeu de ping-pong entre la BCE et les États-membres, qui se renvoient la responsabilité d’une réponse économique appropriée en pointant leurs insuffisances réciproques, comme l’a fait Emmanuel Macron ce jeudi 12 mars, est proprement irresponsable. Il est urgent que les États de l’UE, plutôt que prendre des mesures unilatérales, proposent un front uni, une solidarité entre pays – comme ça aurait du être le cas avec l’Italie – et des mesures sanitaires, économiques et financières qui soient à la hauteur des enjeux. Dans cette optique, face à Donald Trump qui prend des mesures unilatérales discutables, la Commission européenne doit immédiatement cesser de négocier un accord commercial annoncé pour la semaine prochaine (le 18 mars) : l’urgence est de résoudre la crise sanitaire et de limiter autant que faire se peut les conséquences sociales, pas d’approfondir la mondialisation néolibérale en accédant aux exigences de l’hôte de la Maison-Blanche. Enfin, puisque Emmanuel Macron a renvoyé au gouvernement la mise en œuvre de nombre de ses déclarations restées générales, Attac France appelle à faire preuve de la plus grande vigilance vis-à-vis de la façon dont ces engagements seront mis en œuvre.  
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

ADP (la privatisation est suspendue )

La privatisation d’Aéroports de Paris est suspendue
Par Laurent Mauduit
En pleine crise du coronavirus, le gouvernement gèle la question de la privatisation d’Aéroports de Paris, qui « ne saurait se poser dans l’immédiat compte tenu des conditions » du marché. Mais c’est bien la mobilisation citoyenne, à plus long terme, qui constitue un obstacle majeur pour l’exécutif.
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

La marche climat du samedi 14 mars est reportée

L’urgence climatique est toujours là bien sur ,mais face à la crise sanitaire, il faut effectivement se protéger et protéger la collectivité. Les risques liés à la diffusion du Covid-19 ne doivent pas être minimisés au prétexte d’une vulnérabilité qui se réduirait aux plus âgé.es ou aux personnes fragiles : ce sont nos ami.es, nos parents ou grand parents. La réduction des risques est une responsabilité de tou·tes.

Cette crise sanitaire est aussi un nouveau témoignage des ravages de la mondialisation. Elle nous permet de découvrir qu’il est possible face à un péril grave de prendre des mesures drastiques. Cela illustre d’autant plus l’inaction dramatique des Etats face au problème climatique et sa non prise en compte.

La seule bonne nouvelle en France est la prise de conscience du président de la république qui découvre les vertus de l’hôpital public et de la recherche, deux secteurs particulièrement en lutte contre sa politique. Il défend fortement la solidarité qu’il démantèle avec la retraite par points .

La lutte pour la justice sociale et le climat ne s’arrêtera pas.

https://france.attac.org/actus-et-medias/le-flux/article/face-a-la-crise-du-coronavirus-ou-sont-les-mesures-concretes-face-aux-enjeux-  et en prime, une lecture intéressante sur l’histoire du sabotage de l’hôpital public  qui dure depuis 30 ans !https://www.bastamag.net/Coronavirus-Covid19-austerite-hopital-reduction-depenses-publiques-historique-lois-soins-sante

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

La Banque publique d’investissement va éponger les pertes du CAC 40 et autres infos

 – Est ce de la naïveté, on est toujours incrédule lorsque l’on voit passer des mesures qui favorisent à ce point le grand capital. Bien sur, je sais “C’est à cela que l’on reconnait les cons, ils osent tout”…
l’article ci  joint est éloquent…

– Bugey : Prise de risques avec la réaction nucléaire découverte après-coup

C’est en préparant l’arrêt du réacteur 5 que l’exploitant de la centrale du Bugey s’est rendu compte en février qu’une vanne était restée fermée depuis…une durée non précisée. Du fait de cette erreur, il était impossible de rajouter du bore dans les circuits du réacteur. Alors que l’ajout de bore dans le circuit primaire est un des 2 seuls moyens existant pour contrôler et arrêter une réaction de fission nucléaire..https://www.sortirdunucleaire.org/France-Bugey-Prise-de-risques-avec-la-reaction-nucleaire-decouverte-apres-coup?origine_sujet=LI202003

– Vendredi soir  6 mars c’est aussi  les rassemblements Coquelicots

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Big Pharma empêche les Africains de guérir !

Scandale : Big Pharma empêche les Africains de guérir !

Chers amis du Naturel,

Ce drame se produit loin de chez nous, mais il doit absolument nous mobiliser.

Ce qui est en jeu, c’est :

  • Un quart de milliard (250 000 000) de malades dans le monde ;
  • Et 500 000 morts chaque année ;

Voilà les dégâts causés par le paludisme (malaria), principalement en Afrique.

La bonne nouvelle, c’est qu’on a découvert une plante traditionnelle incroyablement efficace contre ce fléau.

Mais la catastrophe, c’est que l’Organisation Mondiale de la Santé et les lobbys pharmaceutiques font TOUT pour empêcher les Africains d’en profiter !!!

Je sais que cela paraît très difficile à croire.

C’est pourtant la triste réalité :

La plante médicinale « couronnée » du Prix Nobel de Médecine !

Cette plante miracle contre le paludisme, c’est l’Artemisia annua (armoise).

Les données scientifiques sur son efficacité sont très solides.

La preuve ? Un Prix Nobel de Médecine a été décerné en 2015 à la chercheuse chinoise YouYou Tu qui a redécouvert son efficacité contre le paludisme !

Je dis bien « redécouvert », car il s’agit d’une plante très connue en médecine traditionnelle chinoise pour son efficacité contre les fortes fièvres.

Enfin, l’humanité tenait une vraie solution contre le paludisme : une plante traditionnelle, validée par la science moderne !

Et le plus incroyable, c’est que cette plante a d’autres bienfaits :

  • Elle est très efficace contre les infections intestinales ;
  • Elle serait utile contre le diabète, pour stabiliser le sucre sanguin ; [1]
  • Elle régule le cycle féminin, et calme les règles trop abondantes ;
  • Et elle pourrait avoir de solides effets anti-cancer ! [2], [3]

Tout cela, sans effet indésirable quand elle est correctement utilisée !

Jamais on a été si proche de vaincre le paludisme et de stopper les ravages que cette maladie cause en Afrique !

Mais il y a un « gros » problème :

Trop efficace, elle est déconseillée par l’OMS !

L’Organisation mondiale de la Santé n’est plus une organisation en qui on peut avoir confiance.

Parce qu’elle est en partie financée par les laboratoires pharmaceutiques.

Parce qu’elle est dirigée par des médecins ayant des liens d’intérêt avec Big Pharma.

Souvenez-vous de sa gestion de la grippe H1N1 en 2011… elle a rapporté des milliards aux labos qui ont produit les vaccins anti-H1N1… sans le moindre intérêt médical !

Aujourd’hui de nombreuses personnalités se lèvent pour dénoncer cette dérive dramatique. [4]

Un documentaire récemment diffusé sur Arte était intitulé L’OMS : dans les griffes des lobbyistes.

Et voilà pourquoi, sans doute, l’OMS a déconseillé l’usage de Artemisia annua sous forme traditionnelle, malgré son efficacité contre le paludisme.

Pour se justifier, l’OMS a parlé de raisons techniques et sanitaires – l’usage d’Artemisia en tisane serait « moins efficace » ou pourrait induire un risque de « résistance ».

Mais tous ces arguments sont fallacieux, et ils ont été réfutés par les faits. [5]

En réalité, il fallait protéger le monopole pharmaceutique sur les médicaments anti-palu.

Car savez-vous comment les laboratoires pharmaceutiques ont réagi à la découverte de l’efficacité de l’Artemisia ?

Ils ont fait ce qu’ils savent faire : un médicament vendable à bon prix, en mélangeant le « principe actif » de l’Artemisia annua (artémisine) à d’autres médicaments anti-palu plus anciens.

On appelle ces médicaments les « ACT » (Artemisinin Combined Therapy)… ils coûtent beaucoup plus cher que la plante séchée Artemisia seule… et ils sont moins efficaces !

La preuve finale apportée par une ONG !

Sur le terrain, en Afrique, les témoignages de l’efficacité de la tisane d’Artemisia Annua ont commencé à se répandre comme une traînée de poudre.

Mais il manquait une grande preuve scientifique, pour mettre tout le monde d’accord.

Aujourd’hui, c’est chose faite.

Grâce au travail acharné de nombreuses associations, un grand essai clinique a été organisé au Congo.

Et cette étude, réalisée en double aveugle, a prouvé que l’Artemisia annua en tisane était plus efficace que les ACT[6] de l’industrie pharmaceutique !

Sous Artemisia, le taux de guérison était de 99,5 %… contre 79,5 % pour le médicament !

Une belle preuve que la plante dans son entier (le totum) peut être plus efficace qu’un seul de ses principes actifs !

La plante qui met KO les milliards de Bill Gates

Au total, l’Artemisia en tisane est le plus grand espoir contre le paludisme, de très loin.

C’est aussi la preuve la plus flagrante que notre médecine moderne va dans le mur.

Le milliardaire Bill Gates a dépensé des milliards d’euros, avec sa fondation, pour essayer de développer un « vaccin » contre le paludisme… sans le moindre succès !

Alors qu’il suffisait, une fois encore, de chercher la solution dans nos remèdes traditionnels !

Faut-il rappeler que la plupart des grands médicaments sont issus de plantes ?

  • L’aspirine est simplement composée d’acide acétylsalicylique… contenu dans l’écorce de saule blanc, utilisé depuis le Moyen-Age comme anti-douleur efficace ;
  • La metformine, le médicament de référence contre le diabète de type 2, a été synthétisée à partir d’une plante traditionnelle, la Galega officinalis ;
  • La L-Dopa, le médicament phare contre Parkinson, est une substance naturelle trouvée dans la « fève des marais » et le « pois mascate » (Mucuna Pruriens) ;
  • Le curare, si précieux pour anesthésier les patients avant une opération chirurgicale, a été inventé par les Indiens d’Amazonie, avec leurs plantes locales ;
  • Et tout le monde sait que la morphine, cet antidouleur parfois indispensable en soins palliatifs, est issue du pavot.

Et le plus beau, avec Artemisia Annua en tisane, c’est que c’est une solution simple, peu coûteuse, efficace, durable et éthique [7] :

  • Car cette plante peut facilement pousser dans les différentes régions d’Afrique… et un seul hectare de culture peut protéger jusqu’à 125 000 personnes !
  • Et en plus, elle place les populations locales comme de vrais acteurs de la lutte contre le paludisme, plutôt que de les déresponsabiliser, en leur donnant au compte-gouttes des pilules inaccessibles pour beaucoup.

Alors il est temps de changer les choses et de répandre l’information sur ce remède !

Cela commence à bouger, heureusement.

Récemment, un documentaire fracassant a été diffusé sur France O, Malaria Business, dont je vous conseille de voir la présentation :

Documentaire France O

Les esprits commencent à se réveiller… et la meilleure chose que nous pouvons faire, vous et moi, c’est de les y aider !

Alors n’hésitez pas à transférer cette lettre à tous vos contacts… la vérité doit passer !

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Bourg attac infos 2020-09 du 23 février

Bourg attac Infos 2020-09 du 23 février


ATTAC FRANCE https://france.attac.org/

Pour aider Attac à organiser ses campagnes en toute indépendance :

·         Faire un don sans adhérer, c’est ici : Je fais un don à attac France ! (66% déductible des impôts)

·         Le mieux, c’est quand même d’adhérer, en ligne c’est ici ou en téléchargeant un bulletin d’adhésion

ATTAC Ain à visiter entre deux lettres hebdomadaires : http://local.attac.org/ain (Le site est mis à jour quasi-quotidiennement et donne les dernières nouvelles depuis l’envoi de la dernière lettre)

Pour recevoir la lettre hebdomadaire Bourg attac Infos (si vous ne la recevez pas déjà directement), envoyez votre demande par message à bourg.en.bresse@attac.org

·         Les liens locaux

·         Contacter Attac dans l’Ain et Mâcon

Appel pour un comité de soutien aux mobilisations sociales

Plus de 200 personnalités appellent à « une assemblée populaire » contre la réforme des retraites, le 17 février, alors que commence l’examen du projet à l’Assemblée nationale. Des journées d’action et de grèves sont également prévues le 20 février et le 8 mars. Voici leur appel :

Représentant.es de luttes, responsables associatifs et politiques, personnalités du monde artistique, sportif et intellectuel, nous nous soulevons ensemble contre le projet de retraites du gouvernement. Son système par points, limitant les dépenses de retraites et prenant en compte l’entièreté de la carrière, augmentera les inégalités, retardera l’âge pour bénéficier d’une retraite à taux plein et consacrera l’appauvrissement des retraité.es.

clip_image002

Le projet du gouvernement est fortement critiqué de toutes parts, y compris par le Conseil d’État. Face à lui s’est construite une mobilisation historique par sa force et sa durée. Une majorité de la population aspire à un autre système de retraites, qui soit juste, équitable et qui permette de faire de la retraite un nouvel âge de la vie. Cela serait tout à fait finançable comme de nombreuses études l’ont montré. Face à un gouvernement qui reste sourd aux aspirations populaires et face aux violences policières qui se multiplient, nous nous engageons dans la construction d’un comité national de soutien aux mobilisations et dans des initiatives locales. Certains d’entre nous ont déjà signé plusieurs appels allant dans le même sens.

Nous appelons à participer aux grèves et à leur soutien notamment financier, ainsi qu’aux différentes initiatives de l’intersyndicale. Nous soutenons des mobilisations qui prennent des formes inédites, diverses, ancrées localement et dessinant des convergences qui seront essentielles pour faire face à l’urgence sociale, écologique et démocratique.

Les assemblées générales se multiplient dans les lieux de travail et de vie, tout comme les luttes contre la destruction des services publics. Ensemble, elles nourrissent les mobilisations contre le projet de retraites du gouvernement et plus encore, contre la politique d’Emmanuel Macron et son monde, marquée par l’ultralibéralisme et l’autoritarisme.

Nous construirons déjà une assemblée populaire contre la réforme, le 17 février, jour d’ouverture de l’examen du projet à l’Assemblée nationale à proximité de celle-ci. Nous participerons à la nouvelle journée de convergence de grèves et de manifestations le 20 février, ainsi que le 8 mars à la journée de lutte pour les droits des femmes, puisque celles-ci sont parmi les grandes perdantes du projet de retraites. Nous participerons à bien d’autres initiatives, nous en proposerons en accord avec les organisations syndicales et les secteurs en lutte, pour le retrait d’un projet qui participe à la destruction des droits sociaux et pour l’élaboration d’un vrai projet progressiste.

Voir le texte de l’appel et les signataires sur https://www.bastamag.net/Appel-pour-un-comite-de-soutien-aux-mobilisations-sociales

L’agenda local immédiat

La lutte continue ! Pas de trêve, les retraites et plus largement notre système social, hérité du Conseil National de la Résistance au lendemain de la seconde guerre mondiale, le valent bien. Voir plus loin, dans la sous-rubrique Retraites, des documents de sources diverses.

Pour des infos à venir en temps réel, consultez aussi http://01.snuipp.fr/ ou http://www.educationcgtain.fr/

La chorégraphie “A cause de Macron” lancée par quelques femmes d’ATTAC, est reprise dans plus de 60 villes en France : 

Les paroles de la chanson des Femmes « A cause de Macron »

clip_image004

Lundi 24 février 14h Bourg-en-Bresse, Lycée des Sardières, route de Jasseron. Conférence gesticulée « La Sécurité Sociale Alimentaire » ou comment rendre les produits de l’agriculture paysanne accessibles à toutes et à tous. Conférence ouverte à tous et proposée à l’occasion de l’Assemblée Générale Commune de la Confédération Paysanne, de l’ADDEAR et du Comité d’Action Juridique de l’Ain.

Pour en savoir plus : https://local.attac.org/ain/images/Annonces/AG_Conf_CAJ_ADDEAR_2020.pdf

Vendredi 28 février 8h30 Bourg-en-Bresse tribunal de police (Palais de Justice, 32 avenue Alsace Lorraine). Audience de l’affaire de la fuite radioactive à la centrale nucléaire du Bugey (procès intenté par Sortir du Nucléaire – Bugey) contre Edf pour la fuite de tritium. Le Réseau “Sortir du nucléaire” vous invite à assister à l’audience du vendredi 28 février et vous donne rendez-vous, à8h30, au palais de justice,

clip_image006

Vendredi 28 février et samedi 29 février Hauteville-Lompnes (01) salle des Fêtes. Festival C-TRIP Hiver, Festival culturel et engagé.

Thème 2020 Le communalisme.

Le programme complet sur https://bugeyctrip.com/

Dimanche 1 mars 2020 10-12h Bourg-en-Bresse, grande salle 023 de l’AGLCA, allée des Brotteaux (près de l’Amphi). Le SEL Bressan. Bourse aux graines en collaboration avec Solimence https://sel-bressan.frama.site/Agenda/bourse-aux-graines

Jeudi 28 février 2020 18h. Bourg-en-Bresse. Réunion du Collectif Solidarité Migrants.

La réunion aura lieu salle Olympe de Gouges, 1 rue Pierre Sémard.

Infos et Actions de nos partenaires ou voisins d’idées

Comme son titre l’indique, cette rubrique est informative et ouverte ; elle n’est pas forcément la position d’attac France ou d’attac Bourg-en-Bresse.

Vendredi 6, samedi 7 et dimanche 8 mars 2020 Salon PRIMEVERE. LYON-EUREXPO http://salonprimevere.org/ Les comités attac de la région Auvergne-Rhone-Alpes auront un stand permanent

Attac Bourg a repéré les conférences suivantes :

Vendredi 6 mars 14h30, salle violette : Droits humains et Ecologie avec Oxfam et Amnesty International (1h30)

Samedi 7 mars 14h15, salle orange : En finir avec l’impunité des multinationales avec Olivier Petitjean de l’observatoire des Multinationales (1h30)

Samedi 7 mars 14h30, salle jaune : Super Local pour la Terre avec Geneviève Azam de Attac France et Chloé Gerlier (1h30)

Samedi 7 mars 15h30, tente numérique : Degafamisons avec Framasoft (animation 45 minutes)

Samedi 7mars 18h, salle verte : Effondrement et Renouveau avec Pablo servigne (1h30)

Dimanche 8 mars 16h15, salle orange : Le pouvoir de la désobéissance civile avec Alternatiba, Man, Extinction rebellion (1h30)

Samedi 7 mars 2020 de 13h à 15h Bourg-en-Bresse, Place de la Comédie. Rassemblement des « GRANDES GAGNANTES ». La Réforme des retraites, c’est toujours NON ! Un point c’est tout. Mais rien n’est inéluctable, les femmes doivent exiger l’égalité professionnelle, la fin des violences sexistes et sexuelles et une retraire digne, leur assurant leur indépendance. Vous êtes invité.e.s à une pause conviviale et engagée, en venant débattre autour d’un café. Initiative au départ de la CGT.

N’oubliez pas de signer la pétition : https://laretraite.lol/grandesgagnantes/

Mercredi 18 mars 19h Bourg, Cinéma la Grenette, place de la Comédie. Le Char et l’Olivier. Film documentaire projeté en présence de son réalisateur Roland Nurier (1h41) L’histoire de la Palestine, de son origine à aujourd’hui, loin de ce que les médias appellent le conflit israélo-palestinien. Un éclairage primordial basé sur des éléments factuels incontestables, pour se débarrasser des clichés et idées reçues ! https://www.amphibourgenbresse.com/grenette/film/277589/ et aussi pour plus d’infos sur ce docu voir http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/53680_1

La bande-annonce https://www.amphibourgenbresse.com/grenette/film/277589/video/

Vendredi 20 mars 17h Bourg, salle Olympe de Gouges, 1 avenue Pierre Sémard. AG association RESO (association qui gère l’hôtel Le temps des Cerises, le restaurant La Canaille, la salle Olympe de Gouges)

17h AG extraordinaire (modification des statuts)

18h AG ordinaire

Samedi 21 mars 10h Bourg Marché couvert. A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, le CSM Collectif Solidarité Migrants 01 sera présent sous le marché couvert de Bourg-en-Bresse

Samedi 28 mars Bourg AG « Cent pour un Toit »

Samedi 28 mars Bourg. A l’occasion de la célébration de la journée de la Terre par les Palestiniens. Intervention du Collectif Palestine 01 en soutien au peuple palestinien (dénonciation du plan Trump). Infos à venir

Samedi 4 avril Bourg AG AFPS 01 (Association France Palestine Solidarité 01)

l’AFPS 01(Assoc France Palestine Solidarité) http://www.france-palestine.org/ invite à signer la Petition Nous ne laisserons pas la Palestine disparaitre de la carte !

16/02/2020 Reporters sans Frontières : Israël-Palestine : une dizaine de journalistes blessés ou empêchés de couvrir les manifestations anti-“deal du siècle”

14/02/2020 Tribune : « Le plan de Donald Trump est un coup de force contre le droit international »

29/01/2020 Plan Trump : un plan de liquidation de la cause palestinienne, un alignement indigne de la France

07.02.2020 Le « plan de paix » américano-israélien : vers la normalisation du fait illégal

Face au plan américain qui méprise le droit international et la très faible réaction du gouvernement français, la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, dont la LDH est membre, interpelle Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Nous ne laisserons pas la Palestine disparaitre de la carte ! SIGNEZ LA PETITION

Collectif pour la Transition Citoyenne 01 https://transitioncitoyenne01.frama.site/

Le Pacte pour la transition, vous en avez entendu parler?

C’est un projet né au niveau national, qui regroupe une cinquantaine d’organisations, dont certaines constituent au niveau local de Bourg-en-Bresse, le collectif pour la transition citoyenne : Emmaüs France, Colibris, FNE, Artisans du Monde, Mouvement Inter-Régional des AMAP, ATTAC, etc. Plus d’infos ici : https://www.pacte-transition.org 

L’idée? Proposer 32 mesures concrètes aux candidats aux élections municipales de 2020, pour construire des communes plus écologiques et plus justes. Ces mesures ont été rédigées par la cinquantaine d’organisations qui constitue le Pacte, une large consultation citoyenne et un comité d’expert.e.s.

Et maintenant ? Ces organisations appellent les associations locales et citoyen.ne.s à se regrouper pour animer le Pacte auprès des communes de leur territoire. Après une première phase visant un engagement des candidats aux municipales, sur un minimum de 10 des 32 mesures, l’objectif sera ensuite de suivre et d’accompagner les municipalités dans la mise en œuvre des engagements pris, tout au long des mandats.

La LDH Bourg-en-Bresse Sur Radio-B 90 Mh le 4° jeudi du mois. Réécoutez les émissions https://www.radio-b.fr/des-femmes-des-hommes-des-droits-200

La LDH https://www.ldh-france.org/

18 février 2020 – Tribune collective, signée par Malik Salemkour “Après le blocage de BlackRock : nous sommes fier-e-s de cette jeunesse !”

14/02/2020 Des défenseurs de l’environnement sous surveillance

6/02/2020 Le Conseil d’État valide sans sourciller le fichage des mineur-e-s non accompagné-e-s

La Cimade https://www.lacimade.org/

attac agit, attac soutient

Solidarité Migrants :

Jeudi 28 février 2020 18h. Bourg-en-Bresse. Réunion du Collectif Solidarité Migrants.

La réunion aura lieu salle Olympe de Gouges, 1 rue Pierre Sémard.

Infos de portée nationale :

Samedi 7 mars 14h Briançon. 18HMontgenevre

Grande maraude solidaire https://05.demosphere.net/rv/3025

À 14h à Briançon, grande rencontre des Européens solidaires.
À l’occasion de la sortie du rapport d’Amnesty International sur la criminalisation de l’action des personnes solidaires en Europe et en France, Amnesty International et Tous Migrants vous invitent à une conférence publique pour échanger avec celles et ceux qui font vivre la fraternité partout en Europe

Une plateforme de covoiturage est disponible pour la Grande Maraude ici : https://www.covoitribu.fr/poll/11577_yrkPn1Mg32H3SC

et aussi au départ de Bourg-en-Bresse contacter Jilani au 07 81 83 88 36

6/02/2020 Le Conseil d’État valide sans sourciller le fichage des mineur-e-s non accompagné-e-s

29/01/2020 Lutter contre toute entrave au droit à l’école pour tous

2/02/2020 Expulsions contre visas : le droit à la mobilité marchandé

La révision du code des visas Schengen prend effet à partir du 2 février 2020. Elle impose de nouvelles restrictions d’accès à l’espace Schengen, incite les Etats non européens à coopérer pour l’expulsion de leurs ressortissant·e·s et favorise le business des entreprises privées.

Pour aller plus loin :

Migreurop, Les visas : inégalités et mobilités à géométrie variable, Les notes de Migreurop n°10, Novembre 2019

3/1/2020 L’Ofpra maintient la liste des “pays sûrs”

Projet de loi Macron intitulé : ” 20 décisions pour améliorer notre politique d’immigration, d’asile et d’intégration”. Visionner le document officiel ici et le décryptage de la Cimade

Site dédié aux États-Généraux des Migrations : https://eg-migrations.org/

Observatoire des frontières http://www.migreurop.org/

Le Gisti https://www.gisti.org/spip.php?page=sommaire

Personne n’est illégal http://www.personnenestillegal.com/

La Cimade https://www.lacimade.org/

La LDH https://www.ldh-france.org/


Les retraites

23 janvier Un autre projet de retraites est possible ! (rapport d’Attac)

Le gouvernement a décidé de passer en force en présentant son projet de loi devant le Parlement. Ce projet, s’il était mis en œuvre, aboutirait à augmenter toujours plus le temps passé au travail et/ou à baisser le niveau des pensions. Cette nouvelle « réforme » représente une rupture par rapport aux précédentes du fait de la modification structurelle du système, mais elle se situe néanmoins dans la même logique qui vise à diminuer les dépenses publiques et ouvrir la voie à la retraite par capitalisation. Pour consulter en plein écran le rapport d’Attac et de la Fondation Copernic « une autre réforme des retraites est possible », merci de cliquer sur ce lien

BlackRock et la retraite par points : le tract diffusé par attac-Bourg le 9 janvier

clip_image008
clip_image010
clip_image012

Les analyses du « Réseau Retraites » qui rassemble la CGT, la FSU, Solidaires, l’Unef, Attac, la fondation Copernic, les Economistes atterrés, et le Collectif citoyen « nos retraites » sont à retrouver sur ce site.

Vous trouverez également de nombreuses ressources sur les sites syndicaux :

·         Dossier Retraites, Union Syndicale Solidaires

·         Dossier Retraites, CGT

·         Dossier Retraites, FSU

clip_image014

Retraites: 12 idées reçues à combattre, le guide d’autodéfense

Analyse de la réforme par les statisticiens de l’Insee numéro spécial et le numéro 2 : https://solidaires.org/Analyse-Retraite-no-2-Fevrier-2020

Pour détendre un peu une BD très explicative https://vie-interne.attac.org/IMG/pdf/bd_retraites_emma.pdf , la conférence gesticulée de Franck Lepage et Gaël Tanguy sur la réforme des retraites , la parodie A cause de Macron, Retraite des Femmes , la danse des Femmes dans les manifs https://vimeo.com/382885904

Les paroles de la chanson des Femmes « A cause de Macron »


Traités de Libre-échange (Tafta, Ceta, Mercosur, Jefta…)

https://www.collectifstoptafta.org/
http://multinationales.org/ l’observatoire des multinationales.
www.bilaterals.org/ site sur les accords de libre-échange ; choisir le FRançais pour naviguer
clip_image016

20 fev 2020 Négociations UE-Etats-Unis : Bruxelles ne doit pas brader les règles sanitaires et agricoles

13 fev 2020 Le Parlement européen vote majoritairement en faveur des accords UE-Vietnam : qui a voté quoi ?

CETA (Traité de libre-échange UE / Canada)

20/12 [Note] Réponses à 10 contre-vérités sur le CETA (Attac France, Notes et rapports)

Les derniers communiqués d’ATTAC FRANCE

21/02 Filmer, photographier, enregistrer les forces de l’ordre dans l’exercice de leur métier, est un droit et doit le rester (Collectif, Communiqués)

21/02 Le franc CFA, la fin annoncée ? (Espace « Enjeux et mobilisations internationales » d’Attac France, Placer l’altermondialisme et la solidarité au cœur des relations internationales)

20/02 Taxation des multinationales : vers une réforme a minima (Attac France, Justice fiscale)

20/02 Négociations UE-Etats-Unis : Bruxelles ne doit pas brader les règles sanitaires et agricoles (Collectif, Communiqués)

13/02 Appel pour un comité de soutien aux mobilisations sociales (Collectif, Dans les médias)

12/02 « Fossil Free Politics » : pour bannir l’industrie fossile et ses lobbyistes de nos processus de décision publique

12/02 Le GreenDeal européen n’est-il qu’un greenwashing institutionnalisé ? (Attac France, Communiqués)

4/02 Le quizz féministe des « Grandes gagnantes » ! (Attac France, Réforme des retraites)

30/01 Conférence de financement : comment trouver 12 milliards d’€ (et plus) sans retarder l’âge de départ à la retraite ? (Attac France, Communiqués)

23/01 [Rapport] Un autre projet de retraites est possible ! (Attac France, Fondation Copernic, Notes et rapports)

Tous les communiqués d’Attac France

Les livres d’Attac

Les brochures d’Attac

Les vidéos

Altermondialisme et solidarités internationales

Un site altermondialiste http://alter.quebec/ Plateforme altermondialiste est un collectif québécois qui se propose de renforcer la réflexion sur le néolibéralisme 2.0

16/02/2020 Mali : les dessous du conflit

9/02/2020 Apartheid climatique

Le site de La Via Campesina « la voix des Paysans et des Paysannes du Monde » dont la Confédération Paysanne fait partie https://viacampesina.org/fr/

7 février 2020 Un front large pour bloquer le CETA

Le site du CADTM le Comité pour l’Abolition des Dettes Illégitimes http://www.cadtm.org/Francais

Le bulletin électronique du 21 février 2020 http://www.cadtm.org/Bulletin-electronique

Le site de l’AFPS(Assoc France Palestine Solidarité) http://www.france-palestine.org/

16/02/2020 Reporters sans Frontières : Israël-Palestine : une dizaine de journalistes blessés ou empêchés de couvrir les manifestations anti-“deal du siècle”

14/02/2020 Tribune : « Le plan de Donald Trump est un coup de force contre le droit international »

29/01/2020 Plan Trump : un plan de liquidation de la cause palestinienne, un alignement indigne de la France

07.02.2020 Le « plan de paix » américano-israélien : vers la normalisation du fait illégal

Face au plan américain qui méprise le droit international et la très faible réaction du gouvernement français, la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, dont la LDH est membre, interpelle Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Nous ne laisserons pas la Palestine disparaitre de la carte !

SIGNEZ LA PETITION

La lettre d’information http://www.france-palestine.org/-Lettre-d-information-

La campagne BDShttp://www.france-palestine.org/-Boycott-Desinvestissement-Sanctions-BDS-+

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
« Articles plus anciens