Archives par catégorie : agriculture

ALERTE TAFTA 2.0

Vous trouverez ci-dessous une info presse annonçant une déclaration signée par plus de 100 organisations, dont 22 françaises, en ligne ici, qui alerte sur les dangers des négociations en cours entre les Etats-Unis et l’UE.  Un document “Questions-réponses” pour répondre à toutes vos interrogations est également en ligne. 

Bonne journée
Maxime

Si vous ne parvenez pas à lire cet e-mail, cliquez ici

Qui a voté quoi ? Qu’ont voté les députés qui ont invité Greta Thunberg et les jeunes du climat ? Nous publions toutes les informations, groupe par groupe, pour que chacun puisse savoir et puisse interpeler son député.
  Communiqué de presse 20 février 2020   Négociations UE-Etats-Unis : Bruxelles ne doit pas brader les règles sanitaires et agricoles   Que va faire Emmanuel Macron pour repousser cette menace ?       Plus de 100 ONG, syndicats et associations, dont 22 françaises, interpellent les gouvernements et parlementaires de l’UE sur les négociations en cours entre l’Union européenne et les Etats-Unis : la Commission est-elle sur le point de brader les réglementations sanitaires et agricoles européennes, comme l’a laissé entendre son commissaire au commerce Phil Hogan, pour satisfaire les intérêts des Etats-Unis ? Alors que le salon de l’agriculture ouvre ses portes, Emmanuel Macron, qui s’était opposé sans succès à l’ouverture de ces négociations, devrait expliciter publiquement comment il entend repousser cette menace.   Lors du Conseil de l’UE du 15 avril 2019, en pleine campagne des Européennes, la France a opportunément voté NON à l’ouverture de négociations entre l’UE et les Etats-Unis. Emmanuel Macron avait fait savoir qu’il fallait « défendre une Europe exemplaire pour le climat » et ne pas négocier « avec les États-Unis qui se placent en dehors de l’Accord de Paris ». N’ayant pas construit de minorité de blocage, la France n’a pu empêcher que deux mandats de négociation soient votés à la majorité qualifiée, l’un portant sur l’élimination des droits de douane sur les produits industriels et l’autre en vue d’un accord sur “l’évaluation de la conformité” (procédures et organismes de certification des produits étrangers) (1).   Jusqu’il y a peu, la Commission européenne avait toujours écarté la possibilité que ces négociations portent sur l’agriculture et l’alimentation, malgré les velléités des négociateurs américains. Le nouveau commissaire européen au commerce, Phil Hogan, a visiblement fait volte-face, déclarant qu’une « longue liste d’obstacles réglementaires dans le domaine de l’agriculture » pourraient être levés (2). Quand on sait que les Etats-Unis souhaitent obtenir des assouplissements sur les normes interdisant l’importation en Europe de viande produite avec des hormones, rincée à l’acide ou au chlore, ou sur les résidus de pesticides dans les denrées alimentaires, il y a de quoi être inquiet.   Raison pour laquelle plus de 100 ONG, syndicats et associations appellent les « les gouvernements et les parlementaires de l’UE à pousser la Commission européenne à modifier sa ligne de conduite », précisant que Bruxelles doit clairement réaffirmer que « nos niveaux de protection de la santé publique et de l’environnement ne doivent pas être bradés » pour satisfaire les intérêts américains et préserver l’industrie automobile européenne d’éventuelles rétorsions tarifaires américaines.   En France, alors que le salon de l’agriculture ouvre ce samedi 22 février, Emmanuel Macron, qui n’a pas su empêcher l’ouverture de ces négociations commerciales entre l’UE et les Etats-Unis, Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne, respectivement ministre de l’agriculture et Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, doivent expliquer publiquement comment ils entendent s’y prendre pour écarter cette menace très sérieuse qui pèse sur les normes sanitaires et agricoles qui protègent les consommateurs et le système agricole français.   Nous appelons le gouvernement français à faire preuve d’une grande vigilance en la matière puisque la Commission a déjà, sans aucun mandat du Conseil de l’UE, considérablement favorisé l’augmentation exponentielle de soja et de gaz naturel liquéfié importés depuis les Etats-Unis (respectivement + 96% entre juillet 2018 et juin 2019, et + 593 % entre juillet 2018 et décembre 2019) (3). Il est urgent que la Commission européenne et les Etats-membres considèrent que nos niveaux de protection sanitaires et environnementales ne sont pas à brader, sous quelque motif que ce soit.   Compléments : la déclaration signée par 100 organisations, ici en français, ici en anglais un document « Questions et réponses » sur les enjeux de ces négociations   (1) Les mandats de négociation :
Mandat du Conseil sur la suppression des droits de douane sur les produits industriels (en anglais)
Mandat du Conseil sur l’évaluation de la conformité (en anglais)   (2) Lire : https://www.politico.com/newsletters/morning-trade/2020/01/21/trumps-victory-moment-at-davos-784522   (3) sur le soja voir : https://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2019/july/tradoc_158270.pdf
sur le gaz naturel liquéfié, voir : https://eeas.europa.eu/delegations/united-states-america/71723/eu-imports-us-lng-are-nearly-600-july-2018_de
     
  A lire également sur notre site   Accord UE-Mercosur : restons mobilisé.e.s pour bloquer cet accord !   A lire ici.
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Vote sur le CETA décalé au mardi 23 juillet !

Le refus initial, par la majorité, d’un vote solennel sur le ratification du CETA a fait scandale. 
La majorité a fait marche arrière ce mercredi et a accepté qu’un vote solennel ait lieu le mardi 23 juillet. 

En résumé : 

  • l’examen du projet de loi de ratification du #CETA se déroule ce 17 juillet (à suivre en vidéo sur le site de l’assemblée nationale)
  • vote solennel le mardi 23 : tous les députés pourront voter ; il sera plus difficile aux députés hésitants de tous s’absenter ;
  • L’important : poursuivons la mobilisation ! Essayons d’accroître encore la pression sur les députés hésitants de la majorité. 
  • Plus d’infos et de propositions rapidement Maxime Combes porte-parole d’ATTAC France
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

SCANDALE : des faux fermiers financés par Bayer-Monsanto

Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous présenter le fruit d’un travail d’investigation mené pendant plusieurs mois par l’unité Unearthed de Greenpeace sur Bayer-Monsanto et dont les résultats sont effarants ! Lisez plutôt…

Agriculture et Liberté. C’est le nom d’un groupe d’agriculteurs français qui assurent s’être “unis pour protéger [leur] mode de vie et [leurs] moyens de subsistance” et défendre l’agriculture et la production alimentaire en France.

Propagande. En réalité, aucun agriculteur n’appartient à ce groupe. Il s’agit d’une campagne menée par Red Flag, organisation de lobby qui travaille pour Monsanto, et qui a créé ce genre d’entité dans au moins sept pays d’Europe pour “donner des informations factuelles” aux fermiers et aux citoyens afin qu’ils puissent se faire leur propre avis sur le glyphosate.

Leur mission ? Se présenter dans les salons et foires agricoles afin de vanter les bienfaits du glyphosate. Dans leur enquête, nos responsables d’investigation ont notamment retrouvé des témoignages d’hôtesses présentes dans certains de ces salons, qui affirment avoir été briefées pour distribuer des documents de “clarification de la vérité” sur le pesticide et à recueillir des signatures pour en défendre l’utilisation.

Bayer-Monsanto paierait donc un groupe de lobby pour qu’il agisse dans toute l’Europe afin de vanter les bienfaits du glyphosate, classé comme probablement cancérigène par ailleurs. Ces agissement démontrent l’avidité du groupe, prêt à empoisonner la Terre et ses habitants pour servir ses intérêts financiers.

Notre travail est uniquement rendu possible par le soutien financier de citoyens comme vous. Notre indépendance est plus que jamais vitale pour révéler de nouveaux scandales.
OUI, JE SOUTIENS
LE TRAVAIL D’INVESTIGATION
DE GREENPEACE

Un grand merci,

A très bientôt.
L’équipe investigation de Greenpeace

Appel à mobilisation demain mercredi 20 juin : soutien à la mare caillat

Pour celles et ceux qui peuvent

 

Je vous confirme ma convocation devant le tribunal paritaire des baux ruraux de BOURG EN BRESSE (32 Av Alsace Lorraine) demain mercredi à 9h00.

Pour les personnes souhaitant venir me soutenir, rdv devant le tribunal à 8h30 demain mercredi. L’audience est public
Vous trouverez l’historique du dossier ci dessous.
Merci pour votre soutien

Jérôme BOISSON
GAEC MARE CAILLAT
01290 ST ANDRE D’HUIRIAT

 le texte que j’ai rédigé dans le but d’être accompagné lors de l’audience au tribunal de Bourg en Bresse.
En ce mardi 18 avril 2016, vous avez été nombreux à me soutenir grâce à vos mails, appels téléphonique et à votre présence sur le terrain et je vous en remercie.
Pour histoire:
Fin 2014 gilbert mouroux, exploitant agricole de St André d’Huiriat prends sa retraite.
L’ilot attenant à notre ferme est disponible, les propriétaires me proposent les fermages et le préfet les autorisations d’exploiter.
Indisposé par cette situation g. mouroux impose sont successeur M.Ravet sur l’ensemble des terres qu’il exploitais (120ha).
Commence alors l’enfer, le conflit mouroux.
S’en suis, mise en culture en force de ces parcelles par M. Ravet, menace de mort, dégradations, harcèlement des propriétaires, vols.
Puis ce mardi 12 avril 2016 ou je reprend la main sur les terrains.
Puis g. mouroux décide de trainer Mme Blanc, propriétaire de 82 ans et moi même devant la justice pour récupérer la plus grande parcelle (2.17ha).
Aidé de son avocate caroline de sessel, elle même accompagné de son mari, président de la MSA Ain Rhône, g. mouroux déclare avoir besoin de cette parcelle de subsistance pour survivre pendant sa retraite et avoir aussi besoin de notre argent au passage.
Dans l’obligation de prendre une avocate, me voilà aujourd’hui à relancer un appel à mobilisation.
Malgré un rapport de 22 pages et de 50 pages annexes, prouvant la mauvaise foi de g. mouroux, la partie n’est pas gagné, appui de la mafia agricole, justice parfois peu scrupuleuse, g. mouroux reste bien entouré.
Aujourd’hui, je suis convoqué à l’audience publique du tribunal paritaire des baux ruraux de Bourg en Bresse, le mercredi 21 mars 2018 à 9h00 mais avec une possibilité de report.
Toute les personnes souhaitant m’accompagné, sont les bienvenus.
Je vous confirmerais la tenue de l’audience quelque jours avant le 21 mars.
Encore un grand merci, à vous tous qui faite la force de notre réseau.
Jérôme BOISSON
182 Impasse de la Mare Caillat
01290 ST ANDRE D’HUIRIAT
06-14-46-31-66

2ème projet Cagnotte solidaire : Projet de CYRIELLE et CHRISTOPHE version compressée

 

Bonjour,

 

La Cagnotte Solidaire “Du blé pour demain”, pour le soutien de l’agriculture paysanne, lance un nouvel appel à apports associatifs pour constituer deux prêts pour deux nouveaux projets d’installation en maraîchage dans le Tournugeois (tous les détails ci-dessous et en pj). Nous vous faisons suivre l’information afin que ceux qui le souhaitent puissent participer.
Voici donc le 2 ème message avec le deuxième projet, celui de Cyrielle et Christophe qui n’a pu partir en même temps que l’autre pour des problèmes informatique enfin résolu !

 

Il est souhaitable de lire jusqu’au bout, mais aussi de consulter les pièces jointes.

 

Je vous souhaite donc une bonne lecture et si l’envie vous en prend, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

 

 

<cagnotte-01-71@listes.marelle.org>

 

————————————–

 

De façon exceptionnelle, la Cagnotte Solidaire « du blé pour demain » (présentation en PJ 1 et PJ 2) vous soumet aujourd’hui deux projets de maraîchage, celui de Mathilde et Pierre qui transfèrent leur activité de Blanot à Etrigny et celui de Cyrielle et Christophe qui transfèrent leur activité de Joncy à Cruzille (les pièces jointes de présentation du projet de Mathilde et Pierre et le formulaire de convention d’apport correspondant sont dans un mail séparé (problème de poids)).

 

Afin d’assurer, durant la période de transition, la continuité de leurs productions, et donc de leurs revenus, ils doivent cultiver simultanément sur deux lieux ce qui nécessite d’ implanter de nouveaux tunnels.

 

Mathilde et Pierre ont besoin de 16 800 € pour l’achat de 2 tunnels

 

Cyrielle et Christophe ont besoin de 10 000 € pour l’achat d’un tunnel

Le calendrier de ces deux opérations est semblable, c’est pourquoi nous collectons les sommes demandées jusqu’au 31 Août 2017 afin que l’implantation du matériel se fasse à l’automne ou dans l’hiver.

 

Compte tenu de l’importance des sommes à collecter durant un temps court, nous vous demandons de diffuser très largement l’information dans vos réseaux. Cette opération ambitieuse ne peut aboutir que si le cercle des contributeurs s’élargit !

 

Pour faciliter le téléchargement des fichiers nous effectuons un envoi par projet, celui-ci est consacré au projet de Cyrielle et Christophe (PJ 3).

 

Vous pouvez apporter votre contribution à leur projet en signant une « convention d’apport associatif avec droit de reprise » avec la Cagnotte Solidaire « Du blé pour demain » (PJ 4 et contrat en PJ 5).

La part de participation est fixée à 20 €. Chacun peut contribuer en fonction de ses moyens en nombre entier de parts

La Cagnotte solidaire « Du blé pour demain » accordera à Christophe Mermet-Bouvier un prêt calculé sur une durée de 56 mois à partir de la fin de la collecte des fonds.

 

Merci à celles et ceux qui voudront et pourront participer activement à cette action solidaire.

 

L’équipe du “Blé pour demain”

Télécharger (PDF, Inconnu)

Télécharger (PDF, Inconnu)

Télécharger (PDF, Inconnu)

Télécharger (PDF, Inconnu)

Télécharger (PDF, Inconnu)

De façon exceptionnelle, la Cagnotte Solidaire « du blé pour demain » (présentation en PJ 1 et PJ 2) vous soumet aujourd’hui deux projets de maraîchage, celui de Mathilde et Pierre qui transfèrent leur activité de Blanot à Etrigny et celui de Cyrielle et Christophe qui transfèrent leur activité de Joncy à Cruzille (les pièces jointes de présentation du projet de Cyrielle et Christophe et le formulaire de convention d’apport correspondant sont dans un mail séparé (problème de poids)).

 

 

 

Il est souhaitable de lire jusqu’au bout, mais aussi de consulter les pièces jointes.

Nous vous souhaitons donc une bonne lecture et si l’envie vous en prend, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

 

<cagnotte-01-71@listes.marelle.org>

————————————–

De façon exceptionnelle, la Cagnotte Solidaire « du blé pour demain » (présentation en PJ 1 et PJ 2) vous soumet aujourd’hui deux projets de maraîchage, celui de Mathilde et Pierre qui transfèrent leur activité de Blanot à Etrigny et celui de Cyrielle et Christophe qui transfèrent leur activité de Joncy à Cruzille (les pièces jointes de présentation du projet de Cyrielle et Christophe et le formulaire de convention d’apport correspondant sont dans un mail séparé (problème de poids)).

 

Afin d’assurer, durant la période de transition, la continuité de leurs productions, et donc de leurs revenus, ils doivent cultiver simultanément sur deux lieux ce qui nécessite d’ implanter de nouveaux tunnels.

 

Mathilde et Pierre ont besoin de 16 800 € pour l’achat de 2 tunnels

 

Cyrielle et Christophe ont besoin de 10 000 € pour l’achat d’un tunnel

Le calendrier de ces deux opérations est semblable, c’est pourquoi nous collectons les sommes demandées jusqu’au 31 Août 2017 afin que l’implantation du matériel se fasse à l’automne ou dans l’hiver.

 

Compte tenu de l’importance des sommes à collecter durant un temps court, nous vous demandons de diffuser très largement l’information dans vos réseaux. Cette opération ambitieuse ne peut aboutir que si le cercle des contributeurs s’élargit !

 

Pour faciliter le téléchargement des fichiers nous effectuons un envoi par projet, celui-ci est consacré au projet de Mathilde et Pierre (PJ 3).

 

Vous pouvez apporter votre contribution à leur projet en signant une « convention d’apport associatif avec droit de reprise » avec la Cagnotte Solidaire « Du blé pour demain » (PJ 4 et contrat en PJ 5).

La part de participation est fixée à 20 €. Chacun peut contribuer en fonction de ses moyens en nombre entier de parts.

La Cagnotte solidaire « Du blé pour demain » accordera à Pierre PERNOT et Mathilde BEGUIER un prêt calculé sur une durée de 70mois à partir de la fin de la collecte des fonds.

Merci à celles et ceux qui voudront et pourront participer activement à cette action solidaire,

 

L’équipe du “Blé pour demain”

Grande distribution : qui est en tête de la Course zéro pesticide ?

Si vous ne voyez pas correctement ce message, suivez ce lien.
Bonjour Laurence,Pour la troisième année consécutive, nous vous dévoilons le classement de la Course zéro pesticide. Quelles sont les enseignes qui ont avancé vers la réduction des pesticides dans les fruits et légumes ? Quelles sont celles qui stagnent ?

Cela fait maintenant deux ans que nous avons lancé cette compétition entre les six principales enseignes françaises de la grande distribution. L’objectif : les amener à éliminer les pesticides les plus dangereux de leur production de fruits et légumes, tout en soutenant les agriculteurs et en faisant preuve de transparence sur leurs pratiques.

Cette année, Monoprix entre dans la course et se positionne directement à la première place grâce à son engagement pour améliorer ses pratiques agricoles et éliminer les insecticides les plus nocifs pour les pollinisateurs au travers d’un partenariat avec Bee Friendly. A ses côtés, Carrefour maintient sa place en tête de peloton en renforçant les mesures de réduction des pesticides déjà engagées au sein de ses sites pilote.

Pour cette troisième manche de la Course zéro pesticide, Système U, qui était premier l’an dernier, s’est donc fait devancer. Le groupe des Magasins U n’a pas évolué de manière significative au cours de l’année écoulée et stagne légèrement.

Quant à E.Leclerc, l’enseigne fait une belle progression puisqu’elle est désormais à la troisième place, ex aequo avec Intermarché. E.Leclerc s’est engagé à réduire les pesticides de 50% d’ici 2020 et a lancé un audit des pratiques de ses fournisseurs. Des promesses que nous attendons de voir traduites dans les faits mais qui lui permettent de gagner deux places dans le classement.

Ce sont Auchan et Casino qui, du fait de leur manque de progression par rapport aux autres enseignes, se retrouvent en bout de cortège.

Cette troisième édition de la Course zéro pesticide a donc été marquée par de nombreux changements et de belles progressions sur le terrain. Afin de continuer notre travail auprès des enseignes et qu’elles poursuivent leurs avancées vers l’élimination des pesticides de leur système de production, nous avons besoin de vous et de votre soutien financier.

Aucune subvention publique, aucun don d’entreprise, c’est vous qui nous donnez le pouvoir d’agir en toute indépendance.

Merci d’avance pour votre soutien,

Faire un don
A bientôt.
L’équipe Agriculture de Greenpeace