Archives par catégorie : Energie

les infos du mois

Lettre d'information du Réseau Sortir du nucléaire
 Bientôt une nouvelle aberration nucléaire dans le secteur de Bure ? Ce 8 juin, la Préfète de la Haute-Marne vient d’autoriser l’exploitation d’UNITECH, une laverie industrielle destinée au linge radioactif de l’industrie nucléaire. L’enquête publique avait pourtant suscité un refus massif de la population et des associations pour ce projet. Encore une fois, nous avons la preuve du mépris des autorités nationales et de leurs représentants à l’égard d’une consultation publique prétendument démocratique.
 VIDÉO : Tricastin, vers un Fukushima français ? Ce reportage diffusé par Le Média revient sur les actions ayant eu lieu à Paris, Lyon et à la centrale du Tricastin fin mai à l’occasion des 40 ans du réacteur n°1 de cette installation nucléaire vétuste. Ce documentaire expose par ailleurs le pourquoi du comment des raisons pour lesquelles il faut fermer cette centrale à très court terme. > Regarder ce reportage 
 Fermeture de Fessenheim : en finir avec les idées reçues On entend tout et n’importe quoi à propos de la fermeture de Fessenheim… Dans cet article de décryptage, nous essayons de démêler le vrai du faux en ce qui concerne les conséquences de la fermeture de cette centrale nucléaire en fin de vie, qui sera définitivement arrêtée le 29 juin. > En savoir plus 
 Fuite radioactive à la centrale du Bugey : EDF reconnue coupable En décembre 2017, une fuite radioactive a été détectée à la centrale nucléaire du Bugey. Quatre associations ont porté plainte le 7 mars 2018 et en appellent à l’arrêt immédiat de la centrale, qui cumule les risques de toute sorte. Suite à l’audience, l’affaire a été mise en délibéré. Le 22 mai 2020, le tribunal de police a reconnu EDF coupable de l’ensemble des infractions et l’a condamnée à 3000 euros d’amende. > En savoir plus 
 
 
Non à un nouveau délai pour la mise en service de l’EPR de Flamanville !
Le 25 mars 2020, en plein confinement, un décret prorogeant de quatre ans le délai de mise en service de l’EPR de Flamanville a été publié. Avec plusieurs autres associations, nous avons déposé un recours devant la justice pour demander le retrait de ce décret et l’abrogation du décret d’autorisation de création initial.
> En savoir plus
 
 
Golfech : Fuite de vapeur radioactive et perte de liquide primaire après une intervention de maintenance
Le 5 juin 2020, une fuite de vapeur radioactive a eu lieu dans le bâtiment des auxiliaires nucléaires du réacteur 1 de la centrale de Golfech (Tarn-et-Garonne). Cette fuite provient de robinets situés sur un circuit directement lié au circuit primaire qui refroidit le combustible nucléaire contenu dans la cuve du réacteur. La fuite s’est produite juste après une intervention de maintenance sur ce circuit. Les deux robinets n’étaient pas correctement fermés.
> En savoir plus
 
 
 
Conférence en ligne : prolongation de la centrale du Tricastin, quels sont les risques ?
Nous vous proposons cette seconde vidéo très instructive, réalisée également dans le cadre des 40 ans de la centrale du Tricastin. Quel est l’impact de cette centrale nucléaire sur l’environnement et quels sont les risques en matière de sûreté en cas de prolongation de son fonctionnement ? Des questions traitées dans cette conférence diffusée en ligne, avec le physicien nucléaire Bernard Laponche et Roland Desbordes, porte-parole du laboratoire indépendant de la Commission de Recherche et d’Information Indépendante sur la Radioactivité (CRIIRAD).
> Voir ou revoir cette conférence
 
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Débranchez la centrale nucléaire du Tricastin

MOBILISATION EN LIGNE
Débranchez la centrale nucléaire
du Tricastin

Le dimanche 31 mai, c’est la date-anniversaire des 40 ans du branchement de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) au réseau électrique. Ce jeudi 28 mai, Alternatiba Valence, Attac France, le Collectif Halte Aux Nucléaires Gard, Arrêt du nucléaire 34, Extinction Rébellion Vallée de la Drôme, Frapna Drôme Nature Environnement, Greenpeace France, Ma Zone Contrôlée, Réaction en Chaîne Humaine, le Réseau “Sortir du nucléaire”, Rhône-Alpes Sans Nucléaire, Stop nucléaire Drôme Ardèche, et STOP Tricastin se mobilisent, pour demander la non-prolongation de la centrale du Tricastin au-delà de 40 ans, mais aussi de toutes les vieilles centrales, à EDF et l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) qui doit donner son accord. > POUR AGIR Nous vous proposons de participer à une action en ligne en envoyant vos propres messages via vos réseaux sociaux ou par mail. Comment faire ? Toutes les infos dans le kit de mobilisation ici : https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2020/05/Kit_de_communication_web_mobilisation_Stop_Tricastin.pdf Lien vers l’événement Facebook associé : https://www.facebook.com/events/257762995643008/ > POUR ALLER PLUS LOIN 1) Rendez-vous le jeudi 28 mai à 18h30 sur Facebook (possible même sans être inscrit à Facebook !) pour assister à la conférence-live “Prolongation de la centrale nucléaire du Tricastin au-delà de 40 ans : quels risques ?”. Bernard Laponche (Global Chance) et Roland Desbordes (Criirad) viendront présenter les résultats de leurs recherches sur l’impact environnemental et les risques en matière de sûreté liés au Tricastin. Plus d’infos : https://www.facebook.com/events/603353863629839/ 2) Pour approfondir les enjeux de sûreté liés à la centrale nucléaire du Tricastin, vous pouvez consulter le dossier de presse dédié ici : https://drive.google.com/file/d/1poOEwdE7u1gzauzLZMXJ3i9QWh1hAXI0/view
Restez connectés ! Consultez tous les événements de notre agenda
http://sortirdunucleaire.org/Agenda Inscrivez votre action à l’agenda sortirdunucleaire.org :
http://sortirdunucleaire.org/Proposez-votre-evenement
Notre sélection de matériel militant :http://boutique.sortirdunucleaire.org/
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Prolongation de la centrale nucléaire du Tricastin au-delà de 40 ans : quels risques ?

CONFÉRENCE-LIVE
Prolongation de la centrale nucléaire du Tricastin au-delà de 40 ans : quels risques ? Rendez-vous sur l’une de ces pages Facebook jeudi 28 mai de 18h30 à 19h45, pour assister au live.
ATTENTION ! VOUS AVEZ LA POSSIBILITÉ D’ASSISTER À CETTE CONFÉRENCE EN DIRECT SANS ÊTRE INSCRIT SUR FACEBOOK, IL VOUS SUFFIT DE VOUS RENDRE SUR L’UNE DE CES PAGES :
Ma zone contrôlée
Réseau “Sortir du nucléaire”
STOP Tricastin
Greenpeace France
Reaction en chaine humaine
Extinction Rebellion Vallée de la Drôme
Alternatiba Valence & co
Cedra : Collectif Contre l’Enfouissement des déchets RAdioactifs
Bure à cuire
STOP Nucléaire Drôme-Ardèche

Le dimanche 31 mai, le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) atteindra officiellement les 40 ans de fonctionnement. Mais EDF souhaite prolonger sa durée de vie jusqu’à 50 voire 60 ans. Pourtant, la centrale nucléaire composée de 4 réacteurs a connu de multiples incidents depuis sa mise en service en 1980, et de nombreux équipements comportent des défauts. Quel est l’impact de cette centrale nucléaire sur l’environnement et quels sont les risques en matière de sûreté en cas de prolongation ?

Pour débattre de ces questions, deux intervenants s’exprimeront le jeudi 28 mai de 18h30 à 19h15, puis il y aura 30 minutes de questions avec les spectateurs en ligne.

> Bernard Laponche est polytechnicien, docteur ès sciences en physique des réacteurs nucléaires et docteur en économie de l’énergie. Il a travaillé au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) dans les années 1960 et 1970. Responsable à la CFDT dans les années 70, il a été directeur général de l’Agence pour la maîtrise de l’énergie, puis directeur du bureau d’études ICE et conseiller technique auprès de la ministre Dominique Voynet. Actuellement président de l’association Global Chance, il est co-auteur de “Maîtrise de l’énergie pour un monde vivable” et “En finir avec le nucléaire, pourquoi et comment”.

> Roland Desbordes est physicien, enseignant de physique appliquée à la retraite, et l’un des membres-fondateurs de la Criirad (Commission de recherche et d’information sur la radioactivité) en 1986, dont il a été le président et qu’il représente désormais en tant que porte-parole. Il est membre de la Cligeet (Commission locale d’information auprès des grands équipements énergétiques du Tricastin) depuis plus de 30 ans. En tant que laboratoire indépendant, la Criirad effectue régulièrement des prélèvements autour de la centrale nucléaire et surveille les pollutions radioactives autour du site.
Restez connectés ! Consultez tous les événements de notre agenda
http://sortirdunucleaire.org/Agenda Inscrivez votre action à l’agenda sortirdunucleaire.org :
http://sortirdunucleaire.org/Proposez-votre-evenement
Notre sélection de matériel militant :http://boutique.sortirdunucleaire.org/
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Fermez les vieilles centrales 40 ans de la centrale du Tricastin

Association Reaction en chaîne Humaine

Dimanche 31 mai 2020, le réacteur n°1 de la centrale nucléaire du Tricastin atteindra sa date de péremption. Cela fera exactement 40 ans qu’il est connecté au réseau électrique.

Cette centrale, arrivée en fin de vie, présente de nombreuses failles qui justifient sa mise à l’arrêt et son démantèlement. La cuve du réacteur n°1 est la plus fissurée du parc nucléaire français (20 fissures). Elle a été construite en zone sismique et la digue qui la protège des inondations pourrait ne pas résister à un tremblement de terre plus puissant que celui de novembre 2019. À plusieurs reprises déjà, des éléments radioactifs ont fuité et contaminé les nappes phréatiques. Qu’à cela ne tienne : EDF tente d’imposer sa prolongation d’au moins dix ans, en y réalisant des travaux coûteux et pourtant insuffisants.

Le combat pour la mise à l’arrêt et le démantèlement de cette vieille centrale continue, alors on se mobilise le 28 mai !

Pour marquer notre opposition, plusieurs associations* se mobilisent ce jeudi 28 mai. Nous demandons à EDF et à l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) de ne pas faire fonctionner la centrale nucléaire du Tricastin – et toutes les autres vieilles centrales – au-delà de 40 ans.

Mobilisation en ligne

Compte tenu du contexte actuel de crise sanitaire qui limite nos possibilités, nous sommes dans l’obligation d’annuler la mobilisation physique que nous avions prévue initialement. Cependant, nous maintenons une mobilisation en ligne pour que tou·tes les citoyen·nes puissent transmettre ce message à l’ASN et EDF : “Ne prolongez ni la centrale du Tricastin, ni aucune autre au-delà de 40 ans !”

Pour agir avec nous en ligne le 28 mai, vous pouvez :
Mettre la pression sur EDF, l’ASN et le gouvernement en les interpellant via vos réseaux sociaux. Comment faire ? On vous explique tout ici.
https://drive.google.com/file/d/1HCv7xTfH-qQbaJstYF9GexSFIZwircn0/view
Partagez le plus possible cette mobilisation en
ligne.
https://www.facebook.com/events/603353863629839/


Assister à 18h30 à la conférence en ligne

co-organisée par le Réseau “Sortir du nucléaire” et le Collectif Stop Tricastin et Réaction en chaïne humaine. Deux experts de la question nucléaire, Bernard Laponche et Roland Desbordes, nous expliqueront quel est l’impact de cette centrale nucléaire sur l’environnement et quels sont les risques en matière de sûreté en cas de prolongation. La vidéo est diffusée sur Facebook, mais vous n’avez pas besoin de compte pour la visionner.

Partagez également cet événement autour de vous
https://www.facebook.com/events/603353863629839/


Merci d’avance pour votre soutien, rendez-vous le 28 mai !
Réaction en chaîne humaine,

*Alternatiba Valence, Attac France, le Collectif Halte Aux Nucléaires Gard, Arrêt du nucléaire 34, Extinction Rébellion, Frapna Drôme, France Nature Environnement, Greenpeace France,
Ma Zone Contrôlée,
le Réseau “Sortir du nucléaire”, Rhône-Alpes Sans Nucléaire, Stop nucléaire Drôme Ardèche et STOP Tricastin

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Sortir du nucléaire – les infos du mois

Lettre d'information du Réseau Sortir du nucléaire
 Participez à notre action photo : “Tricastin, 40 ans ça suffit !” Pour demander l’arrêt de la centrale nucléaire de Tricastin qui atteindra à la fin du mois ses 40 années de fonctionnement nous vous avons demandé dès le mois dernier de participer à cette action photo ludique. Merci à toutes celles et ceux qui nous ont déjà envoyé leurs créations dont certaines sont vraiment très élaborées ! Jusqu’au 26 mai, vous pouvez encore participer à cette action pour laquelle vous avez carte blanche pour faire passer ce message : “Tricastin, 40 ans ça suffit !” > Je participe à cette action 
 
 Déchets « recyclés », nucléaire vertueux pour le climat : le Jury de Déontologie Publicitaire épingle les publicités mensongères d’Orano Fin 2019, Orano (ex-Areva) a inondé les médias de publicités vantant le caractère « recyclable » du nucléaire et présentant cette technologie comme vertueuse pour le climat. Suite à nos plaintes, dont une déposée avec Greenpeace France, le Jury de déontologie publicitaire nous a donné raison dans deux avis publiés le 4 mai 2020, en reconnaissant que ces publicités violaient plusieurs recommandations de l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité. Nos associations se félicitent de cette décision ! > En savoir plus 
 
 Belleville – Feu d’hydrogène sur le parc à gaz : 2 blessés et aucune information d’EDF Le 9 avril 2020, un feu d’hydrogène s’est produit à l’extérieur de la salle des machines du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Belleville (Centre Val de Loire). Les mairies à proximité ont été informées, mais EDF n’a rien communiqué au grand public. Une inspection de l’ASN a eu lieu quelques jours plus tard, et les constats sont sévères > En savoir plus 
 
Incendies à Tchernobyl : les flammes étaient au portes du site de la catastrophe
Le vendredi 4 avril 2020, un énorme incendie s’est déclenché dans la région de Tchernobyl. Il s’agit du plus grave incendie survenu dans les forêts avoisinantes depuis la catastrophe de 1986. Pendant plus de 3 semaines, des dizaines de milliers d’hectares de forêt sont partis en fumée, un événement qui a eu la conséquence fâcheuse de réinjecter dans l’air ambiant des éléments radioactifs stockés dans le sol et la végétation.
> En savoir plus
 
 
Conférence-live Facebook : quels risques en cas de prolongation de la centrale du Tricastin
Dimanche 31 mai, le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) atteindra officiellement les 40 ans de fonctionnement. Mais EDF souhaite prolonger sa durée de vie jusqu’à 50 voire 60 ans. Quel est l’impact sur l’environnement de cette centrale nucléaire et quels sont les risques à la prolonger ? Réponse en direct le jeudi 28 mai à 18h30 sur notre page Facebook.
> En savoir plus
 
 
 
Conférence en ligne : pourquoi le nucléaire ne sauvera-t-il pas le climat ?
Cette conférence organisée conjointement par la Base, le Réseau Action Climat, Greenpeace et le Réseau “Sortir du nucléaire” était initialement prévue pour se tenir à Paris en mars mais étant donné que nous ne pouvions l’assurer pendant ce confinement nous avons réussi à la maintenir via un live Facebook. Cet événement nous a permis de revenir sur les arguments fallacieux du lobby nucléaire avec plusieurs experts : Henri Waisman, membre du GIEC, Yves Marignac, expert sur les questions de sûreté et de politique énergétique pour l’Institut Négawatt, et Anne Bringault, responsable transition énergétique au Réseau Action Climat.
> Regarder la rediffusion de cette conférence
 
 

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Sortir Du Nucléaire Bugey : nouvelles vidéos

des videos pour changer de thème. Celui ci n’est pas plus réjouissant.Mais c’est en sachant que l’on peut ensuite réagir, n’est il pas,

———- Forwarded message ———
De : Joël Guerry <jguerry51@orange.fr>
Date: ven. 1 mai 2020 à 10:15
Subject: Sortir Du Nucléaire Bugey : nouvelles vidéos
To: <int_forum-scin@sortirdunucleaire.org>, <gsien@melusine.eu.org>

Bonjour

Au lien suivant :

https://www.youtube.com/watch?v=ilSY261wzus

vous pourrez visionner le nouveau diaporama commenté intitulé “Eau et
énergie nucléaire”. Il s’agit du diaporama qui a été présenté au Village
de l’Eau à Villeurbanne le 1er février 2020. Ce diaporama présente les
consommations d’eau par les réacteurs nucléaires du site du Bugey, les
rejets de chaleur et les polluants chimiques et radioactifs rejetés dans
les eaux du Rhône. Les risques d’accident en cas de manque ou de trop
d’eau sont évoqués ainsi que les conséquences des fortes chaleurs sur le
fonctionnement des réacteurs. Enfin le cas particulier d’utilisation des
eaux polluées rejetées par la centrale nucléaire du Bugey pour arroser
les cultures de la Plaine de l’Ain est décrit.

Pour voir les deux autres diaporamas commentés précédemment mis en
ligne, voici le lien :

https://www.youtube.com/channel/UCJr5bLzV7aKA9ZcPFLHu7Tg

A bientôt, pour d’autres vidéos.

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Aides et entreprises dans les paradis fiscaux – L’organisation antinucléaire et sanitaire Next-Up perquisionnée ce mardi matin

Bonsoir
1) Alors que le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a annoncé ce matin qu’aucune aide liée au Covid ne serait accordée à des entreprises ayant des filiales dans les paradis fiscaux, le projet de loi deFinances  rectificatives adopté cet après-midi ne comprend finalement aucune mesure en ce sens.
Si le principe de refuser tout soutien public à des entreprises qui pratiquent l’évasion fiscale est fondamental, le dispositif défendu par le ministre devrait rester symbolique puisqu’il s’appuie sur une liste de paradis fiscaux quasiment vide, dans laquelle ne figure aucun paradis fiscal européen.
Au delà de l’effet d’annonce, nos organisations appellent le gouvernement à conditionner tout soutien public à une obligation de transparence fiscale, afin que l’on puisse enfin savoir si les entreprises paient leur juste part d’impôts ou si elles dissimulent leurs profits dans des paradis fiscaux.
Voir ce communiqué signé par Attac et plusieurs organisations de la plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires :
https://france.attac.org/se-mobiliser/justice-fiscale/article/aucune-aide-a-des-entreprises-dans-les-paradis-fiscaux-un-effet-d-annonce

2) L’organisation antinucléaire et sanitaire Next-Up perquisionnée ce mardi matin Par Rédaction le mercredi 22 avril 2020, 19:26 Next-Up, organisation nationale dont le siège est situé en Drôme, et qui milite et informe depuis près de 20 ans contre le nucléaire, les radiations, le compteur espion Linky et la 5G, a été perquisitionnée ce mardi 21 avril 2020. Le président a été menotté et emmené en garde à vue, le domicile du vice-président a fait également l’objet d’une visite gendarmesque. Les locaux ont été mis sans dessus-dessous et du matériel a été saisi. Très en pointe dans l’aide à la protection des personnels soignants face au covid19 et à la pénurie institutionnelle de matériel, Next-Up est victime de l’incompétence et de la violence du pouvoir. Le CAN84 lui apporte son soutien. __ Next-Up” qui délivre gratuitement aux hôpitaux et Ehpad des masques FFP2 et FFP3 qu’elle a en stock s’est fait perquisitionner au petit matin ce mardi 21 avril 2020. Tout son stock, ses ordinateurs ainsi que les tenues et masques de protection ont été saisi. Le domicile du vice-président, médecin de 77 ans, est aussi perquisitionné. Tout comme l’aurait été le cabinet comptable de Next-Up afin de saisir la comptabilité et les relevés bancaires de l’association. Placé en garde à vue, menotté et interrogé pendant de très longues heures de 8h 45 à 20heures, le Président a retrouvé ses locaux sans dessus-dessous. Gendarmes de Crest et OPJ de Valence ont refusé sa demande de rencontrer le Procureur. Ce qui est reproché à l’organisation est de ne pas avoir respecté, dans ses actions en faveur de ses soutiens, un énième et nouvel arrêté de réquisition qui concerne cette fois-ci non pas les masques FFP2 (1) mais les masques FFP3 ! Un nouveau décret pris en catimini : même les médias n’en ont pas fait état, par contre il a été publié au Journal Officiel. Or l’organisation comme 99,9 % de la population ne lit évidemment pas le Journal Officiel ! Navigant à vue le gouvernement modifie ou annule le lendemain les dispositions qu’il a pris la veille plaçant tous les citoyens et les entreprises dans une situation intenable (cf : information du Medef à ses adhérents) Une opération violente Dès le début de l’opération quasi militaire, les gendarmes se sont octroyés tous les droits, même celui de bousculer pour passer, sans aucune précaution de distance du fait du Covid-19, ni pas plus de gants ni, pour certains, de masque.  La seule chose que le Président pouvait faire était de rester assis sur un tabouret, menotté et prié fermement de la boucler. Les OPJ en civil comme les gendarmes prenaient tout ce qu’ils voulaient, fouillaient de partout sans aucune gêne, à tel point qu’ils avaient recours sans arrêt à de nombreux cartons et sacs pour emporter leur butin. Pas loin d’une tonne de marchandise qu’ils ne savaient plus où placer dans leurs véhicules, fourgon inclu.  Ils vidaient des cartons d’autres matériels pour les remplir de ce qu’ils prélevaient des quatre coins des locaux. Cela a duré plus de deux heures. Avaient-ils un mandat? ou pas? “Je ne sais car je devais fermer ma gueule. Ils ont même perquisitionné notre appartement à l’étage. A leur sortie de l’ascenseur ma belle-mère malade et sénile presque grabataire et centenaire c’est approchée d’eux. Ils ne savaient que faire car ils ne s’y attendaient pas ! Ils se croyaient dans un film américain sans nul doute. Un expert informaticien de la PJ a voulu saisir le portable de ma femme qui est doté d’une webcam et qui lui sert tous les jours pour être en contact avec tous ses petits-enfants”. Le gendarme-informaticien s’est assis et a analysé l’ordinateur sans rien dire puis a finalement abandonné sa saisie. Ses compères sont eux allés subitement aussi vers une armoire à dossiers suspendus, ont regardé toutes les étiquettes. Manque de chance il s’agissait de dossiers et papiers personnels comme chacun-e peu en avoir chez soi. Puis ils sont allés inspecter les chambres à coucher sans précaution aucune. “Ils étaient tellement nombreux, 7 ou 8 dans tous les coins, qu’il était évidemment impossible de les surveiller, par exemple n’importe qui aurait pu y mettre de la drogue ou je ne sais quoi d’autre et sa parole aurait été la vérité, la mienne mensonge évidemment. ” La violence est bien présente. “Nous avons tous subi un viol, c’est comme cela que nous le ressentons tous, moi, ma femme, ma belle-mère et les amis.” précise Serge Sargentini. Et on en rajoute… A cours d’arguments et d’arguties, les gendarmes on tenté, au cours de l’audition d’affubler ensuite Next-Up d’infractions complémentaires tel du travail dissimulé ou l’absence d’agrément pour la fabrication de gel hydroalcoolique. Comme s’il fallait un agrément pour fabriquer son gel comme le conseille l’OMS!  Et comme l’organisation travaille avec ses militants bénévoles, les enquêteurs ont fait choux blanc. A midi ces infractions étaient abandonnées. Mais la pression psychologique, la violence mentale et la tension exercée laissent des empreintes indélébiles. Encore plus marquantes que le fer des menottes, pendant plusieurs heures, autour des poignets d’un responsable associatif. Next-Up exige la restitution du matériel (masques, gels, gants, tenues) qui ne relève pas de la réquisition gouvernementale décidée par un décret et qui ne fait pas partie de l’infraction reprochée avec notamment les masques spécifiques à la protection contre les particules radioactives (PRO FFP3 type R ) qui font parti des outils d’actions des militants. Le CAN84 apporte son soutien à l’organisation Next-Up et s’interroge sur cette perquisition d’une association qui oeuvre pour le bien commun et contre les atteintes répétées à la santé des habitants. Cet acte des autorités s’inscrit de toute évidence dans la stratégie répressive d’Etat contre les mouvements sociaux, environnementaux, antinucléaires, populaires. Il démontre que le pouvoir affolé, incapable d’assurer la protection sanitaire des citoyens, s’englue un peu plus dans l’allégeance aux puissances économiques oppressives et n’a comme seule volonté de poursuivre la guerre contre le peuple et ceux-celles qui se redressent et résistent. Point de situation à 20h Ce qui vient de se passer – la descente gendarmesque et l’intrusion dans la vie associative et de militants, la violence psychologique exercée par les détenteurs de l’autorité d’Etat et les subtilisations de biens et matériels – préfigure que face une situation d’extrême urgence tel un accident nucléaire et une catastrophe atomique, le siège social de l’organisation serait donc immédiatement perquisitionnée avec saisie de tout le matériel de protection NBC contre les radiations nucléaires radioactives. Les autres organisations antinucléaires et leurs militants seraient aussi, sans nul doute, la cible de cette violence d’Etat. Vers 18h le procureur de Valence a pris connaissance du dossier. A 18h30 il a donné ses conclusions que les intéressés ne connaissent pas encore. Mais tout a alors changé à la gendarmerie. Tout gentils les uniformes sont revenus à la cellule où se trouvait le responsable de Next-Up qui a eu droit alors à un “Bonjour Monsieur” avant que de l’extraire de la cellule. Autrement dit le dossier ne tient pas la route et il ne peut y avoir de jugement. C’est pourtant ce que souhaitait Serge Sargentini : un tribunal comme tremplin et confrontation avec le Procureur.  Pour sauver les meubles de ces actes démesurés et perquisitions délirantes le Procureur est allé jusqu’à demander si Next-Up pourrait faire donation des produits de la saisie. A qui le hold-up est-il destiné? aux personnels soignants et des hôpitaux et ehpad ou bien aux hauts fonctionnaires ministériels et préfectoraux? Voire au gradés de la gendarmerie et de la police ? Le trésorier de l’organisation est venu chercher son président vers 20h, accompagné à la porte de la gendarmerie par deux gendarmes devenus subitement et extrêmement bienveillants. 12 heures de chaos et de déstabilisation, c’est toujours ça de pris pour un pouvoir et ses sbires aux abois. Témoignage de Serge Sargentini : Nous sommes ce matin abattus et sidérés après avoir visité les locaux en partie dévastés et fait l’inventaire de tout ce qui a été saisi. De très nombreux rayonnages sont totalement vides..  Il a été saisi aussi – ce qui n’a absolument rien à voir avec l’infraction reprochée – d’autres matériels, ordinateur de travail studio TV, cartes mémoire appareils photos, des centaines de cartons de 6 flacons pompes de 300 ml de gels hydroalcoolique, ainsi que tous les flacons pleins ou vides, le stock complet de flacons de conditionnements, des flacons pompes inox vide inclus, des dizaines de bouteilles d’1 litre d’alcool naturel 90°, des sur-lunetttes, des combinaisons NBC, un ordinateur de studio TV/Photos, les cartes mémoires d’appareils photos, etc … ! Via notre avocat nous allons demander la restitution de tout ce qui a été saisi qui ne fait pas partie de l’infraction reprochée, notamment les masques PRO FFP3 type R spécifiques à la protection contre les particules radioactives qui font partie de l’outil de travail des militants. Il n’en reste pas moins que pendant presque toute la perquisition j’étais menotté, éjecté dans la rue toujours menotté et aux yeux de tous, puis mis plusieurs heures en cellule. Ceci dit en réalité il y a simultanément eu une autre perquisition domiciliaire chez un Docteur Radiologue Vice-Président de l’organisation. Bien évidemment cette perquisition c’est avérée totalement négative, néanmoins elle s’est très mal passée, sic. Témoignage du Vice-Président de l’organisation Next-Up et Docteur Radiologue ” Cher Serge, j’apprends la cessation de ta garde à vue, ce qui me donne l’occasion de te faire part du déroulement de la perquisition domiciliaire effectuée à mon propre domicile ainsi que les conditions de mon audition en cette « affaire »: Ce mardi 21, vers 8h30, alors que je m’apprêtais à sortir, à l’ouverture du portail je constate un véhicule avec logo « gendarmerie » bloquant ma sortie. Sans y avoir été invitées trois personnes, deux hommes et une femme, se sont introduites dans la cour, se présentant comme gendarmes, mais sans uniforme ni justificatif d’identité. Elles m’informent oralement venir effectuer une perquisition domiciliaire, sans me présenter de justificatif légal. Le motif ? Je crois comprendre que ton organisation serait mise en cause dans un trafic de masque de protection. Je note que ces trois personnes, s’immisçant, encore une fois sans y avoir été invitées, chez moi, ne portaient aucun masque ni ne respectaient la distance de sécurité, alors même que, comme tu le sais, vu mon âge de 77 ans et mes problèmes cardiaques, je fais partie des « gens à risque » imposant un respect strict des règles de confinement. M’informant que je serais mis en cause en tant que vice-président de Next-Up elles me renvoyèrent à toi si je contestais le fait en « oubliant » de me signaler, qu’étant en garde à vue » tu ne risquais pas de pouvoir me répondre au téléphone pour éclaircir le malentendu éventuel. Pris par surprise, je n’ai pas eu le réflexe de faire le « 19 » pour appeler la police car il aurait aussi bien pu s’agir de voleurs, avec autocollant « gendarmerie » sur leur véhicule, venant piller une maison au prétexte d’une perquisition bidon. Je note qu’un gendarme a cru bon de faire une remarque déplacée sur la tenue de ma femme, prise au pied du lit, chez elle. Quoi qu’il en soit, n’ayant –et pour cause- rien trouvé, y compris dans le garage de mon locataire, ces gendarmes en repartant m’ont remis un PV de convocation pour le même jour, à la gendarmerie de Crest. J’apprends ainsi, à postériori, les motifs de mon prétendu délit justifiant la perquisition : « refus de déférer…. à une réquisition..» qui ne m’a jamais été signifié ! A mon audition à la gendarmerie je fus informé que je n’étais pas poursuivi  (plus poursuivi ?) pour ce délit, mais simplement entendu comme témoin.  J’avais apporté une déclaration préliminaire, ayant fait l’objet d’un courriel, et dont je reproduis le texte ci-dessous”.Je ne mets aucun obstacle à audition, mais je demande qu’elle soit faite selon des critères stricts d’hygiène (distanciation, port de masque par l’interrogateur, me fournir un masque car le mien n’est plus opérationnel) au motif de mon âge (77ans) et de ma chirurgie cardiaque. En l’absence de quoi je me réserve le droit d’ester pour un motif qui, lui, n’est pas imaginaire, de “mise en danger de la vie d’autrui”. Je constate qu’aucun des trois gendarmes perquisitionnaires ne portait de masque de protection, me postillonnant au visage à moins d’un mètre. Me convoquer le jour même de la perquisition pour une audition m’empêche, de fait, d’être assisté d’un avocat. On peut s’interroger sur le fait qu’un Etat dans le but de pallier à son imprévoyance et ayant laissé “disparaître” ses stocks stratégiques de masques de protection, s’octroie le pouvoir de spolier des organisations et des gens prévoyants .Les tous derniers développements font apparaitre notamment Que dans le cas présent ces perquisitions saisies n’auraient pas dues avoir lieu :
. Soit : l’organisation aurait dû être avisée par les autorités de la publication de ce nouveau énième Décret, puisqu’il était connu que l’organisation diffusait des masques et avait en stock des masques FFP3. Situation que les autorités comme tout le monde connaissaient.
. Soit les autorités auraient dû signifier à l’organisation dès la publication du Décret une demande de mise en conformité, comme cela se fait pour toute nouvelle loi, même en urgence.
Evidemment si suite à ces significations l’organisation ne s’était pas mise en conformité, dans ce cas une perquisition pour saisie aurait été dans la normalité de la procédure. DH: un directeur de clinique vient d’écrire à Next-Up : “On verra bien si le personnel soignant récupère ces masques. On se demande si la raison première est de faire ch… ou de récupérer ces masques FFP3 pour les hauts fonctionnaires car les livraisons n’arrivent pas…” __ (1) https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041721820&categorieLien=id
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Sortir du nucléaire – les infos du mois

Lettre d'information du Réseau Sortir du nucléaire
 Bonjour, Nous vivons actuellement une crise sanitaire mondiale. Pour des semaines encore, voire des mois, une grande partie de l’humanité est confinée. Nos pensées vont aux malades, mais également à l’ensemble du personnel soignant, ainsi qu’à toutes les personnes qui continuent à travailler, en prenant des risques pour leur santé afin que les services de base puissent être assurés. Nous avons choisi de vous proposer une newsletter un peu particulière. Lire, jouer, faire de la photo, s’amuser, se connecter et se reconnecter… Prenez soin de vous et de vos proches ! L’équipe du Réseau “Sortir du nucléaire”
 Covid-19 : des conséquences lourdes sur la sûreté des installations nucléaires… Il est temps de changer de système ! Avec la pandémie du Covid-19, nous vivons actuellement une crise sanitaire mondiale d’une grande gravité, dont l’évolution est toujours incertaine. Ce virus frappe partout même au sein des installations nucléaires et pourrait mener à une dégradation de leur sûreté par manque de personnel. Nous espérons vivement qu’aucun incident nucléaire grave ne viendra s’ajouter à cette crise sanitaire et nous appelons plus que jamais à changer de modèle énergétique ! > En savoir plus 
 Coronavirus : quel impact pour les personnes travaillant dans les installations nucléaires ? Officiellement, EDF a tout prévu pour continuer la production d’électricité dans les centrales nucléaires malgré l’épidémie de coronavirus qui touche le personnel de certains sites. Si pour l’instant il n’y a pas eu de conséquences graves à déplorer sur les réacteurs en fonctionnement, les travailleurs sous-traitants dénoncent une prise en compte insuffisante des risques pour leur santé. > En savoir plus 
 Action-photos : Tricastin, 40 ans ça suffit ! Le 31 mai 1980, c’est l’anniversaire officiel de la connexion du réacteur n°1 de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) au réseau électrique. 40 ans plus tard, EDF veut étirer son fonctionnement jusqu’à 50 voire 60 ans… Alors que la semaine d’actions prévue pour demander l’arrêt du Tricastin a du être décalée en raison du confinement, nous vous invitons à participer à une action ludique depuis chez vous. Prenez-vous en photo avec le message “40 ans ça suffit ! Débranchons la centrale du Tricastin“. Vous avez carte blanche pour nous envoyer vos plus beaux clichés d’ici le 20 mai ! > Je participe à l’action 
 On vous offre notre dernière revue au format numérique ! Pendant cette période de confinement, nous vous offrons le dernier numéro de la revue trimestrielle “Sortir du nucléaire” à télécharger au format pdf. Dorénavant, les articles se retrouvent sous quatre grandes rubriques : Alerter, Agir, Changer et S’ouvrir. Le dossier spécial de ce numéro consacre 8 pages à la thématique “Et l’humain dans tout ça ?”. Nous vous invitons à découvrir, lire et partager autour de vous ce troisième numéro de cette nouvelle formule. Et pourquoi pas à vous abonner pour recevoir les prochains numéros dans votre boîte aux lettres. > Téléchargez notre dernière revue 
 
 Quiz en ligne : testez vos connaissances sur le nucléaire, l’énergie et les alternatives Ce mois-ci on vous propose aussi de jouer à un petit quiz en ligne pour tester vos connaissances sur le nucléaire, les énergies et les alternatives pour apprendre et tuer le temps tout en s’amusant pour relâcher la pression liée à l’actualité ! Réacteurs, coûts, éoliennes et consommation : êtes-vous un crack sur ces sujets ? > Je teste mes connaissances ! 
 
 Restez connectés ! Êtes-vous abonné à notre page Facebook ? Est-ce que vous nous suivez sur Twitter ? Connaissez-vous toutes les listes mail de diffusion et de discussion du Réseau “Sortir du nucléaire” ? On vous invite chaleureusement à vous inscrire si ce n’est pas déjà le cas pour vous tenir informés de notre action et des actualités autour du nucléaire et des alternatives pour en sortir. > En savoir plus 
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Sortir du nucléaire – les infos du mois

  Le réacteur n°1 de Fessenheim s’arrête enfin : un arrêt qui doit ouvrir le bal des autres fermetures ! Enfin ! Après 8 ans de reports et de marchandages, le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Fessenheim s’est arrêté définitivement le 22 février. Il sera suivi le 30 juin par le réacteur n°2. Nous nous réjouissons de cette avancée, résultat de plus 50 ans de mobilisation dans la vallée du Rhin et partout en France. > En savoir plus  
  Municipales 2020 : Interpellez les élus et candidats pour leur demander de s’opposer aux nouveaux projets nucléaires Aidez-nous à replacer le nucléaire dans le débat des élections municipales ! De près ou de loin, nos territoires sont concernés par ce sujet. Nous souhaitons qu’un maximum de représentants politiques engagés puissent signer cette déclaration contre les projets de nouvelles installations nucléaires. Plus d’une centaine l’ont déjà signée mais nous vous invitons à continuer à interpeller les élus et candidats aux municipales de votre commune sur ce sujet. > J’interpelle les candidats  
  11 mars à Paris : Rassemblement pour Fukushima et contre les JO radioactifs Mercredi 11 mars à Paris, place de la République, venez commémorer les 9 ans de la catastrophe de Fukushima. Cette journée sera l’occasion d’un temps de recueillement solennel pour les victimes de la radioactivité au Japon, mais aussi un temps d’action, pour ré-affirmer que les conséquences radiologiques de l’accident sont toujours présentes, et que la situation sanitaire sur place n’est pas stabilisée. > Je rejoins ce rassemblement  
  Contre les JO de Tokyo : déclaration lors du rassemblement devant le CIO à Lausanne Le mercredi 26 février 2020, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées devant le CIO (Comité international olympique) à Lausanne en Suisse, afin de dénoncer la tenue des JO cet été au Japon alors même que les conséquences sanitaires et sociales de l’accident de Fukushima continuent à se déployer. Lu devant les cinq anneaux emblématiques des JO, la déclaration solennelle a ensuite été officiellement remise au président du CIO, Thomas Bach. Voici le texte. > Lire cette déclaration  
  Bugey : Prise de risques avec la réaction nucléaire découverte après-coup C’est en préparant l’arrêt du réacteur 5 que l’exploitant de la centrale du Bugey s’est rendu compte en février qu’une vanne était restée fermée depuis…une durée non précisée. Du fait de cette erreur, il était impossible de rajouter du bore dans les circuits du réacteur. Alors que l’ajout de bore dans le circuit primaire est un des 2 seuls moyens existant pour contrôler et arrêter une réaction de fission nucléaire… > En savoir plus  
  Pollution radioactive de la Loire : nous portons plainte avec plusieurs associations contre EDF En 2019, une pollution hors normes par du tritium (élément radioactif) avait été mesurée dans l’eau de la Loire au niveau de Saumur, suite à un prélèvement effectué par un réseau de préleveurs et analysé par l’ACRO, laboratoire agréé. Dans le souci de protéger les populations riveraines de la Loire, le Collectif Loire Vienne Zéro nucléaire, accompagné par le Réseau “Sortir du nucléaire“, France Nature Environnement Pays de la Loire et La Sauvegarde de l’Anjou, ont déposé plainte contre EDF et contre X. > En savoir plus  
 
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
« Articles plus anciens