Archives par catégorie : Energie

Autorisation de mise en service partielle de l’EPR : une décision incompréhensible qui conforte EDF dans le fait accompli


Communiqué – 13 octobre 2020
Autorisation de mise en service partielle de l’EPR de Flamanville :
une décision incompréhensible qui conforte EDF dans le fait accompli
Le 8 octobre, l’Autorité de sûreté nucléaire a délivré à EDF une autorisation de mise en service partielle pour l’EPR de Flamanville (Manche). Celle-ci l’autorise à commencer certains tests nécessitant le recours à des gaz radioactifs, ainsi qu’à réceptionner et entreposer le combustible destiné au réacteur. Dans les prochaines semaines et pendant plusieurs mois, au moins 30 camions chargés de combustible nucléaire feront donc le chemin vers la centrale depuis l’usine Orano de Romans-sur-Isère (Drôme), au rythme de deux par semaine minimum. Cette décision est incompréhensible au vu de l’état du réacteur, criblé de malfaçons et qui doit déjà faire l’objet de lourdes réparations dont la faisabilité n’est d’ailleurs toujours pas confirmée. Alors que ce réacteur ne démarrerait pas avant plusieurs années (s’il démarre un jour !), pourquoi autoriser à y acheminer dès maintenant le combustible nucléaire, et à l’entreposer sur un site où les incidents sont légion ? Rappelons que la centrale de Flamanville est toujours placée sous surveillance renforcée. En accordant cette autorisation absurde, l’ASN a accepté de conforter EDF dans sa démarche de fait accompli, et lui a permis de présenter cette mise en service comme irrévocable et irréversible. Aux côtés des associations du Grand Ouest, nous réaffirmons que l’EPR ne doit jamais entrer en service. Dangereux et inutile, il enfermerait la France dans l’impasse nucléaire pour des décennies supplémentaires, à rebours de toute transition digne de ce nom. Nous appelons à arrêter de soutenir au plus vite une filière nucléaire dépassée qui, à l’image de l’EPR, constitue un gouffre financier et menace toute l’Europe.
Chargée de communication : Charlotte Mijeon – 06 64 66 01 23
Retrouvez ce communiqué sur notre site : https://www.sortirdunucleaire.org/Autorisation-de-mise-en-service-partielle-de-l
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Emmanuel Macron en visite au Creusot pour soutenir une énergie dépassée

Bonsoir

Macron vient faire la promotion du nucléaire au Creusot mardi 20 octobre.
Rappel : EPR Flamanville 11 ans de retard et  pour un coût de 12 milliards d’€  au lieu des 3.5 annoncés…
Et il va parler d’avenir…

De : rezo-cp-request@sortirdunucleaire.org <rezo-cp-request@sortirdunucleaire.org> De la part de Réseau Sortir du nucléaire

Communiqué de presse commun du Réseau “Sortir du nucléaire” et de Greenpeace France – 16 octobre 2020 Nucléaire : Emmanuel Macron en visite au Creusot pour soutenir une énergie dépassée   Ce mardi 20 octobre, Emmanuel Macron est attendu à l’usine Framatome du Creusot (Saône-et-Loire) où il pourrait effectuer des annonces sur l’avenir de la filière. Le choix de ce lieu emblématique des scandales de l’industrie nucléaire en dit long sur le soutien inconditionnel du gouvernement à une énergie du passé, qu’il tente de repeindre en vert. Les forges du Creusot, symbole des défaillances de l’industrie nucléaire L’usine Framatome du Creusot, où des mauvaises pratiques se sont perpétuées pendant des années [1] et où des dossiers de fabrication ont été falsifiés pour couvrir des malfaçons, a été le théâtre de l’un des plus gros scandales touchant l’industrie nucléaire. Nos associations avaient déposé plainte et l’Autorité de sûreté nucléaire avait également saisi la justice. Une instruction est en cours. En se rendant au Creusot, Emmanuel Macron veut-il faire croire que les phénomènes de fraude et de perte de compétence au sein de l’industrie nucléaire française appartiendraient au passé ? Au vu de la découverte récente d’anomalies sur des pièces provenant d’usines de Framatome et de la persistance au Creusot de certaines mauvaises pratiques évoquées pudiquement dans un récent rapport de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire [2], une telle mise en scène ne doit tromper personne ! Une nouvelle occasion de faire passer le nucléaire pour écologique Il y a quelques semaines, Emmanuel Macron et son gouvernement ont choisi d’inclure le soutien au nucléaire dans le volet “transition écologique” du plan de relance. La sauvegarde du climat sert de prétexte infondé au sauvetage d’une industrie moribonde. Ce cliché est en décalage total avec la réalité des faits. Alors que l’urgence climatique se fait chaque jour plus pressante, notre pays ne peut pas se permettre de gaspiller des milliards dans une technologie aux retards proverbiaux et dont les coûts ne cessent d’augmenter. La priorité devrait aller aux économies d’énergie et aux énergies renouvelables, bien plus efficaces pour réduire rapidement nos émissions [3], et à une transformation en profondeur de nos modes de production et de consommation. N’en déplaise à Emmanuel Macron, si prompt à traiter d’”Amish” les personnes qui osent critiquer l’hégémonie de certaines technologies, le nucléaire est une énergie du passé. Continuer de la soutenir à tout prix ne relève pas d’une vision d’avenir, mais d’une croyance aveugle qui enfonce encore plus la France dans l’impasse. En toile de fond, préparer le terrain pour une décision sur de nouveaux EPR En multipliant les déclarations et les manoeuvres autour du nucléaire “vert”, le gouvernement avance des pions pour rendre possible la construction de nouveaux EPR. Pourtant, la mise en service de l’EPR de Flamanville, avant laquelle aucune décision de nouvelle construction n’est officiellement censée advenir, n’aura pas lieu avant 2023 et n’est même pas garantie. Plus qu’un reniement des engagements du gouvernement, il s’agirait d’une insulte aux citoyen.nes, majoritairement opposé.es à la construction de nouvelles centrales nucléaires [4]. Au regard de l’état de la filière nucléaire et de son niveau d’endettement, alors que l’EPR de Flamanville fournit la preuve flagrante d’une perte de compétence généralisée, relancer la construction de nouveaux réacteurs relèverait d’une fuite en avant aussi dangereuse que ruineuse. La Cour des comptes elle-même appelle à reconsidérer un tel choix, et les citoyen.nes n’ont pas à financer les caprices d’une industrie incapable de penser sa fin. Si, pour le patron d’EDF, l’entreprise doit continuer à construire des réacteurs, “comme le cycliste doit pédaler pour ne pas tomber”, le rôle d’un chef d’État devrait être de lui apprendre à freiner plutôt que de l’encourager à nous emmener toutes et tous dans le mur !   Contacts presse : Charlotte Mijeon – 06 64 66 01 23 Cécile Génot – 06 30 23 52 78 Notes : [1] Voir ce dossier. À la fin 2018, outre la cuve de l’EPR, pas moins de 3861 “écarts”, dont 2982 constats d’anomalie, avaient été recensés sur des pièces équipant le parc nucléaire français et provenant de l’usine du Creusot. [2] Dans un rapport, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire étudie les changements organisationnels mis en place par Framatome suite au scandale dévoilé en 2016. Malgré une approche très euphémisante et une appréciation positive de la plupart des évolutions mises en place, il en ressort qu’il serait bien présomptueux de prétendre que la page est définitivement tournée. Le rapport mentionne la “récurrence d’écarts” ainsi que la persistance de certaines mauvaises pratiques. En cas de découverte d’”écarts”, l’usine peut ainsi “décider de prendre le risque industriel de poursuivre la fabrication d’une pièce. Dans ce cas, le client est préalablement prévenu et FLC prend la responsabilité d’assumer les coûts si le traitement de l’écart proposé n’est pas adéquat”. Malgré la faillite d’un système de contrôle basé sur le postulat de la bonne foi de l’exploitant, on continue de supposer qu’il déclarera de lui-même les problèmes et en informera ses clients ! [3] Comme l’indique le World Nuclear Industry Status Report, au niveau mondial, le coût actualisé de l’électricité des énergies renouvelables est désormais inférieur à celui du nucléaire. Par ailleurs, le nouveau nucléaire nécessite 5 à 17 ans de temps de construction en plus que le solaire ou l’éolien. [4] En 2018, 67% des 400 personnes tirées au sort à l’occasion du débat public sur la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie s’étaient prononcés contre la construction de nouveaux réacteurs.
Retrouvez ce communiqué sur notre site : https://www.sortirdunucleaire.org/Nucleaire-Emmanuel-Macron-en-visite-au-Creusot
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Dimanche à Saint-Genis-les-Ollières : conférence-projection sur la menace radioactive

Conférence-projection sur la menace radioactive

Saint-Genis-les-Ollières (69290) – Rhône-Alpes

Dimanche 11 octobre 2020

Le 11/10/2020 à partir de 16:00

Lieu : Médiathèque – 21 Avenue de la Libération à Saint-Genis-les-Ollières (69290)

Un sujet hautement important et cependant rarement abordé : la menace radioactive, notamment militaire.

Ce sera le thème de la conférence à laquelle vous êtes invités à assister nombreux* à la médiathèque salle Jean BONNEFOND le dimanche 11 octobre 2020 à 16h00. 

En introduction sera visionné le documentaire de Larbi BENCHIHA « Bons baisers de Moruroa », plusieurs fois récompensé lors de festivals. Il évoque, témoignages à l’appui, les conséquences des essais nucléaires dans le Pacifique.

Jean-Marie MATAGNE, Président de l’association ACDN (Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire) venu spécialement de Saintes, présentera les analyses de son association et ses propositions pour sortir de cette impasse. Docteur en philosophie suite à sa thèse de 1991 sur « le pouvoir et la puissance » et « l’équilibre de la terreur », il milite depuis plus de 30 ans pour une abolition généralisée des armes nucléaires et radioactives.

*Accès libre et gratuit, dans la limite des places disponibles et dans le respect des consignes sanitaires (penser à votre masque pour accéder).

Une initiative de l’association Chante-Ruisseau

http://chante-ruisseau.over-blog.org

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Sortir du nucléaire – les infos du mois

 8 bonnes raisons d’être antinucléaire, raison n°1 : la santé Vous vous posez des questions sur les effets du nucléaire sur la santé humaine ? L’industrie nucléaire génère un cocktail de substances chimiques et radioactives nuisibles au monde du vivant et dont la médecine peine encore à comprendre les effets précis à long terme. Nous mettons à disposition dans cette nouvelle rubrique de multiples informations (vidéos, audios et articles) pour faire le point et agir sur ce sujet. > En savoir plus
 
 
 Avalanche d’infractions à la réglementation environnementale à la centrale nucléaire de Flamanville : nous portons plainte contre EDF Les malfaçons du réacteur EPR ne sont pas le seul scandale sur le site nucléaire de Flamanville. Placée sous surveillance renforcée, la centrale normande est le théâtre d’un dangereux laisser-aller en matière de protection de l’environnement. Nous venons de déposer plainte contre EDF pour 36 infractions, ces faits étant susceptibles d’entraîner des pollutions graves et de mettre en danger les personnes intervenant sur le site. > En savoir plus 
 
 Nucléaire dans le plan de relance : l’argent public ne doit pas servir à pérenniser une filière dangereuse et polluante ! En accordant 470 millions d’euros au nucléaire dans le plan de relance, l’État a franchi une ligne rouge. L’argent public ne doit pas servir à pérenniser une filière dangereuse, polluante et productrice de déchets ingérables – et qui accapare d’ailleurs déjà une grande partie des crédits de recherche dédiés à l’énergie. > En savoir plus 
 Flamanville : Fuites de SF6, un des plus puissants des gaz à effet de serre : le maximum autorisé dépassé La centrale nucléaire de Flamanville a déclaré le 3 août 2020 avoir dépassé son maximum autorisé pour les fuites de SF6 (Hexafluorure de soufre), un gaz à effet de serre extrêmement puissant puisque un kilo de ce gaz équivaut à presque 23 000 kilos de CO2 en terme de pouvoir réchauffant. Malgré le fait que le SF6 soit un des plus puissants des gaz à effet de serre et malgré son impact avéré sur l’environnement, jusqu’en 2018, EDF ne déclarait aucune de ces fuites… > En savoir plus 
 
 Piscine nucléaire géante ? Ni à Belleville, ni à la Hague, ni ailleurs ! Le projet de piscine de stockage de combustibles nucléaires irradiés prévu à Belleville-sur-Loire vient d’être abandonné par EDF mais il est prévu en contrepartie d’agrandir à nouveau le complexe nucléaire de la Hague. Autant le dire, ça déborde ! Le collectif Loire et Vienne à zéro nucléaire vous invite du 25 au 27 septembre pour 3 jours de conférences, projections, débats et ateliers au château de Saint-Amand-en-Puisaye (Nièvre). Un rendez-vous pour réunir et mobiliser les forces vives afin de mettre enfin un terme à cette production incontrôlable de déchets radioactifs. > Je rejoins cette mobilisation 
 
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Sortir du nucléaire – les infos du mois

Lettre d'information du Réseau Sortir du nucléaire
 
La Cour des Comptes tacle l’EPR et questionne la construction de nouveaux réacteurs
Le 9 juillet 2020, la Cour des Comptes a publié un rapport extrêmement sévère sur la filière EPR. Celui-ci révèle notamment que le chantier de Flamanville pourrait coûter plus de 19 milliards d’euros (presque 6 fois le montant prévu à l’origine !). Et surtout, il met en doute l’opportunité de relancer un nouveau parc nucléaire, appelant l’État à se demander si d’autres options de production d’électricité ne sont pas plus pertinentes et moins chères.
> En savoir plus
 
 
 Le Président Macron marque sa volonté de poursuivre la folie nucléaire en soutenant le chantier ITER Le Président Macron a pris la parole (en visio-conférence) pour soutenir le lancement de l’assemblage des pièces maîtresses du réacteur à fusion ITER ce 28 juillet 2020. Il est important de rappeler que ce projet scientifique qui fait miroiter une prétendue production d’énergie illimitée est un véritable gouffre financier qui dépasse déjà les 20 milliards d’euros. Il n’est en-soi qu’une expérience hasardeuse qui ne produira aucune électricité, sans aucun résultat garanti avec d’hypothétiques promesses lointaines, en déphasage complet face à l’urgence de trouver des solutions pour contrer le réchauffement climatique. > En savoir plus 
 
 La centrale de Fessenheim s’arrête enfin définitivement ! Retour sur un moment historique : le 30 juin 2020, la centrale nucléaire de Fessenheim a été enfin définitivement arrêtée. Aux côtés des associations alsaciennes, nous nous réjouissons de cette fermeture et espérons qu’elle ouvrira le bal pour l’arrêt d’autres réacteurs vieillissants. > En savoir plus 
 Documentaire ARTE : Notre ami l’atome, un siècle de radioactivité Arte vient de diffuser un documentaire très instructif du japonais Kenichi Watanabe dont nous vous recommandons sérieusement le visionnage. Nourri par la parole de victimes et par l’éclairage d’experts, Notre ami l’atome : un siècle de radioactivité dresse un panorama, aussi poignant que documenté, de la série des contaminations qui ont émaillé un siècle de radioactivité dans le monde. De Marie Curie à la catastrophe de Fukushima en passant par les essais nucléaires, de nombreux exemples illustrent comment le nucléaire, par sa nocivité, a détruit la santé d’innombrables innocents. > Regarder ce documentaire 

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

8 bonnes raisons d’être antinucléaire

8 bonnes raisons d’être antinucléaire
8 bonnes raisons d’être antinucléaire
 

Comme nous, vous avez pu constater ces derniers mois que, face aux crises sanitaires, écologiques et économiques en cours et à venir, notre modèle de production et de consommation est défaillant.

Il est urgent de dépasser les logiques de profit à court terme et de se recentrer sur l’essentiel. Il nous faut passer à un système énergétique plus sobre, sûr, résilient, local et renouvelable. Et le nucléaire n’en fait assurément pas partie. Face à la multiplication des crises, il existe d’autant plus de raisons de s’engager pour la sortie du nucléaire.

(Re)-découvrez-les, faites-les connaître à vos proches, et agissez avec nous pour construire un monde plus vivable et solidaire !


On a toutes et tous de bonnes raisons de refuser le nucléaire… quelles sont les vôtres ?
Participez en signant la charte du Réseau, en votant pour vos raisons de prédilection et en invitant vos proches à le faire, ou encore en affichant la couleur sur les réseaux sociaux.

Pendant les mois à venir nous allons alimenter les différentes raisons avec des contenus afin de vous permettre d’avoir les arguments bien au clair sur chaque raison. Alors soyez vigilants et suivez la rubrique 8 bonnes raisons d’être antinucléaire.

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

les infos du mois

Lettre d'information du Réseau Sortir du nucléaire
 Bientôt une nouvelle aberration nucléaire dans le secteur de Bure ? Ce 8 juin, la Préfète de la Haute-Marne vient d’autoriser l’exploitation d’UNITECH, une laverie industrielle destinée au linge radioactif de l’industrie nucléaire. L’enquête publique avait pourtant suscité un refus massif de la population et des associations pour ce projet. Encore une fois, nous avons la preuve du mépris des autorités nationales et de leurs représentants à l’égard d’une consultation publique prétendument démocratique.
 VIDÉO : Tricastin, vers un Fukushima français ? Ce reportage diffusé par Le Média revient sur les actions ayant eu lieu à Paris, Lyon et à la centrale du Tricastin fin mai à l’occasion des 40 ans du réacteur n°1 de cette installation nucléaire vétuste. Ce documentaire expose par ailleurs le pourquoi du comment des raisons pour lesquelles il faut fermer cette centrale à très court terme. > Regarder ce reportage 
 Fermeture de Fessenheim : en finir avec les idées reçues On entend tout et n’importe quoi à propos de la fermeture de Fessenheim… Dans cet article de décryptage, nous essayons de démêler le vrai du faux en ce qui concerne les conséquences de la fermeture de cette centrale nucléaire en fin de vie, qui sera définitivement arrêtée le 29 juin. > En savoir plus 
 Fuite radioactive à la centrale du Bugey : EDF reconnue coupable En décembre 2017, une fuite radioactive a été détectée à la centrale nucléaire du Bugey. Quatre associations ont porté plainte le 7 mars 2018 et en appellent à l’arrêt immédiat de la centrale, qui cumule les risques de toute sorte. Suite à l’audience, l’affaire a été mise en délibéré. Le 22 mai 2020, le tribunal de police a reconnu EDF coupable de l’ensemble des infractions et l’a condamnée à 3000 euros d’amende. > En savoir plus 
 
 
Non à un nouveau délai pour la mise en service de l’EPR de Flamanville !
Le 25 mars 2020, en plein confinement, un décret prorogeant de quatre ans le délai de mise en service de l’EPR de Flamanville a été publié. Avec plusieurs autres associations, nous avons déposé un recours devant la justice pour demander le retrait de ce décret et l’abrogation du décret d’autorisation de création initial.
> En savoir plus
 
 
Golfech : Fuite de vapeur radioactive et perte de liquide primaire après une intervention de maintenance
Le 5 juin 2020, une fuite de vapeur radioactive a eu lieu dans le bâtiment des auxiliaires nucléaires du réacteur 1 de la centrale de Golfech (Tarn-et-Garonne). Cette fuite provient de robinets situés sur un circuit directement lié au circuit primaire qui refroidit le combustible nucléaire contenu dans la cuve du réacteur. La fuite s’est produite juste après une intervention de maintenance sur ce circuit. Les deux robinets n’étaient pas correctement fermés.
> En savoir plus
 
 
 
Conférence en ligne : prolongation de la centrale du Tricastin, quels sont les risques ?
Nous vous proposons cette seconde vidéo très instructive, réalisée également dans le cadre des 40 ans de la centrale du Tricastin. Quel est l’impact de cette centrale nucléaire sur l’environnement et quels sont les risques en matière de sûreté en cas de prolongation de son fonctionnement ? Des questions traitées dans cette conférence diffusée en ligne, avec le physicien nucléaire Bernard Laponche et Roland Desbordes, porte-parole du laboratoire indépendant de la Commission de Recherche et d’Information Indépendante sur la Radioactivité (CRIIRAD).
> Voir ou revoir cette conférence
 
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Débranchez la centrale nucléaire du Tricastin

MOBILISATION EN LIGNE
Débranchez la centrale nucléaire
du Tricastin

Le dimanche 31 mai, c’est la date-anniversaire des 40 ans du branchement de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) au réseau électrique. Ce jeudi 28 mai, Alternatiba Valence, Attac France, le Collectif Halte Aux Nucléaires Gard, Arrêt du nucléaire 34, Extinction Rébellion Vallée de la Drôme, Frapna Drôme Nature Environnement, Greenpeace France, Ma Zone Contrôlée, Réaction en Chaîne Humaine, le Réseau “Sortir du nucléaire”, Rhône-Alpes Sans Nucléaire, Stop nucléaire Drôme Ardèche, et STOP Tricastin se mobilisent, pour demander la non-prolongation de la centrale du Tricastin au-delà de 40 ans, mais aussi de toutes les vieilles centrales, à EDF et l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) qui doit donner son accord. > POUR AGIR Nous vous proposons de participer à une action en ligne en envoyant vos propres messages via vos réseaux sociaux ou par mail. Comment faire ? Toutes les infos dans le kit de mobilisation ici : https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2020/05/Kit_de_communication_web_mobilisation_Stop_Tricastin.pdf Lien vers l’événement Facebook associé : https://www.facebook.com/events/257762995643008/ > POUR ALLER PLUS LOIN 1) Rendez-vous le jeudi 28 mai à 18h30 sur Facebook (possible même sans être inscrit à Facebook !) pour assister à la conférence-live “Prolongation de la centrale nucléaire du Tricastin au-delà de 40 ans : quels risques ?”. Bernard Laponche (Global Chance) et Roland Desbordes (Criirad) viendront présenter les résultats de leurs recherches sur l’impact environnemental et les risques en matière de sûreté liés au Tricastin. Plus d’infos : https://www.facebook.com/events/603353863629839/ 2) Pour approfondir les enjeux de sûreté liés à la centrale nucléaire du Tricastin, vous pouvez consulter le dossier de presse dédié ici : https://drive.google.com/file/d/1poOEwdE7u1gzauzLZMXJ3i9QWh1hAXI0/view
Restez connectés ! Consultez tous les événements de notre agenda
http://sortirdunucleaire.org/Agenda Inscrivez votre action à l’agenda sortirdunucleaire.org :
http://sortirdunucleaire.org/Proposez-votre-evenement
Notre sélection de matériel militant :http://boutique.sortirdunucleaire.org/
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Prolongation de la centrale nucléaire du Tricastin au-delà de 40 ans : quels risques ?

CONFÉRENCE-LIVE
Prolongation de la centrale nucléaire du Tricastin au-delà de 40 ans : quels risques ? Rendez-vous sur l’une de ces pages Facebook jeudi 28 mai de 18h30 à 19h45, pour assister au live.
ATTENTION ! VOUS AVEZ LA POSSIBILITÉ D’ASSISTER À CETTE CONFÉRENCE EN DIRECT SANS ÊTRE INSCRIT SUR FACEBOOK, IL VOUS SUFFIT DE VOUS RENDRE SUR L’UNE DE CES PAGES :
Ma zone contrôlée
Réseau “Sortir du nucléaire”
STOP Tricastin
Greenpeace France
Reaction en chaine humaine
Extinction Rebellion Vallée de la Drôme
Alternatiba Valence & co
Cedra : Collectif Contre l’Enfouissement des déchets RAdioactifs
Bure à cuire
STOP Nucléaire Drôme-Ardèche

Le dimanche 31 mai, le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) atteindra officiellement les 40 ans de fonctionnement. Mais EDF souhaite prolonger sa durée de vie jusqu’à 50 voire 60 ans. Pourtant, la centrale nucléaire composée de 4 réacteurs a connu de multiples incidents depuis sa mise en service en 1980, et de nombreux équipements comportent des défauts. Quel est l’impact de cette centrale nucléaire sur l’environnement et quels sont les risques en matière de sûreté en cas de prolongation ?

Pour débattre de ces questions, deux intervenants s’exprimeront le jeudi 28 mai de 18h30 à 19h15, puis il y aura 30 minutes de questions avec les spectateurs en ligne.

> Bernard Laponche est polytechnicien, docteur ès sciences en physique des réacteurs nucléaires et docteur en économie de l’énergie. Il a travaillé au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) dans les années 1960 et 1970. Responsable à la CFDT dans les années 70, il a été directeur général de l’Agence pour la maîtrise de l’énergie, puis directeur du bureau d’études ICE et conseiller technique auprès de la ministre Dominique Voynet. Actuellement président de l’association Global Chance, il est co-auteur de “Maîtrise de l’énergie pour un monde vivable” et “En finir avec le nucléaire, pourquoi et comment”.

> Roland Desbordes est physicien, enseignant de physique appliquée à la retraite, et l’un des membres-fondateurs de la Criirad (Commission de recherche et d’information sur la radioactivité) en 1986, dont il a été le président et qu’il représente désormais en tant que porte-parole. Il est membre de la Cligeet (Commission locale d’information auprès des grands équipements énergétiques du Tricastin) depuis plus de 30 ans. En tant que laboratoire indépendant, la Criirad effectue régulièrement des prélèvements autour de la centrale nucléaire et surveille les pollutions radioactives autour du site.
Restez connectés ! Consultez tous les événements de notre agenda
http://sortirdunucleaire.org/Agenda Inscrivez votre action à l’agenda sortirdunucleaire.org :
http://sortirdunucleaire.org/Proposez-votre-evenement
Notre sélection de matériel militant :http://boutique.sortirdunucleaire.org/
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
« Articles plus anciens Articles récents »