Compte-rendu de la réunion de la commission TSPS (2 juin)

Compte rendu de la réunion TSPS du vendredi 2 juin 2017


Présent-e-s : Françoise Clément, Jean-Michel Coulomb, Gilles Sabatier, Rozenn Perrot, Daniel Rallet, invité : Sylvain Goldstein (CGT)

Excusé-e-s : Evelyne Dourille, Pierre Cours-Salies , Eric Beynel, Daniel Rome, Evelyne Perrin

 

1. partage des dates clés connues venant du gouvernement (ordonnances, loi travail, etc…)

14 juin :  projet de loi d’habilitation envoyé au conseil    d’État 

28 juin : projet de loi présenté au Conseil des Ministres

24 au 28 juillet: vote à l’AN

avant le 28 aout : envoi des ordonnances au Conseil d’Etat

 20 septembre : adoption du paquet d’ordonnances

2.  les apports de fond d’Attac (texte de fond, décryptage, …)

Concernant la sortie rapide d’une première analyse de la réforme du marché du travail, cela semble prématuré à Christiane Marty et à d’autres, parce que les choses en sont encore à un stade évolutif et pas très précis.

Par contre, nous allons envoyer rapidement aux adhérent-es un texte  présentant quelques éclairages théoriques, les enjeux, l’implication d’Attac dans la mobilisation …(actuellement en cours de rédaction)

 

Personnes “ressources” : Thomas Coutrot, Christiane Marty , Eric Beynel, Julien Lusson, Evelyne Dourille ont dit qu’ils participeraient. 

Huayra va contacter Mireille Bruyère, Anne Eydoux, Rachel Silvera.

Les membres du groupe Travail du conseil scientifique d’Attac


3.  liens avec les accords de libre-échange dont le CETA

Le lien CETA/marché du travail est primordial pour montrer que les réformes sont d’autant plus inacceptables qu’elles seront très difficilement irréversibles. En effet, si le CETA est ratifié, il ne sera plus possible à un gouvernement progressiste d’annuler les réformes du marché du travail, des retraites, de la protection sociale en raison de la possibilité donnée aux entreprises, par le mécanisme d’arbitrage des différends entre investisseur et Etat,  d’attaquer l’Etat devant un tribunal privé international, 

D’où l’importance de faire le lien entre les 2 campagnes.

A la prochaine réunion de la CES (Madrid du 3 au 7 juillet) devrait être adoptée une décision commune des syndicats européens contre le CETA.

4.  la manière dont Attac peut participer au mouvement social : 

 * point sur l’intersyndicale : Le mouvement social est éclaté. La stratégie de Macron est clairement de fractionner le mouvement syndical grace à des nominations de responsables de la CFDT et de FO à des postes importants dans les cabinets ministériels et d’isoler la CGT. Du coup les syndicats risquent de ne pas se mobiliser avant septembre ( Eric Beynel de Solidaires nous informe qu’ils n’ont aucune réponse pour une intersyndicale).

 * existence des manifestations du 19 partout en France à l’initiative du Front social (Attac France n’appelle pas, mais des comités locaux vont se joindre au mouvement)

 * réunion unitaire Copernic du 20 juin : 

L’an passé, nous avons lutté ensemble contre le démantèlement du code du travail. Maintenant, Macron entend passer à la vitesse supérieure au plus grand profit des « entreprises », nous ne pouvons pas laisser-faire. Or nous ne pèserons qu’ensemble, de façon unitaire.

Dans la continuité du collectif CQFD, et après avoir parlé à quelques-un.e.s, nous vous proposerions volontiers une réunion unitaire juste après les législatives, le mardi 20 juin, à 18h30, Bourse du  travail. Qu’en pensez-vous? Nous aurions ainsi  toutes les données sur la situation et chacun.e en aurait terminé avec la séquence électorale”

 5. Autres points (CNCL, etc…)

 * Conférence-débat avec les Economistes atterrés le 17 juin 2017 Les « réformes du marché du travail » qui viennent ( de 14H30 à 16H Amphi III, Centre Panthéon-Sorbonne, entrée 12 place du Panthéon, 75005 Paris)

La conférence-débat portera sur un sujet d’actualité : les « réformes du marché du travail » et autres révisions du code du travail qui s’annoncent. Après la très impopulaire Loi Travail, le nouveau gouvernement entend pousser plus loin sa logique – et faire passer par ordonnances des mesures très controversées, écartées dans le cadre de l’élaboration de la Loi Travail. Trois questions structureront le débat : Qu’attendre (ou que craindre) de l’inversion de la hiérarchie des normes et du plafonnement des indemnités prud’homales ? Que penser de la refonte annoncée de l’assurance chômage ? Doit-on et peut-on proposer des réformes alternatives (et lesquelles) ?


* CNCL : Atelier proposé par le comité local 78 Nord sur les atteintes – récentes et à venir- aux droits du travail et aux prestations sociales (convention UNEDIC et ordonnances Macron) restituées dans le cadre des “réformes” en cours de “flexibilisation” du marché du travail. L’objectif de l’atelier est de donner aux militants des comités locaux présents des informations et éléments d’analyse, pour leur permettre, dans leurs comités locaux respectifs, de poursuivre la réflexion, de prendre position et de pouvoir engager avec leurs partenaires locaux des actions contre ces réformes. 

 

* Ateliers proposés pour l’ESU (Jean-Marie Harribey et Peter Wahl)

– La précarisation du travail dans 3 pays fondateurs de l’UE : France, Allemagne, Italie

– La précarisation du travail dans les pays du sud de l’Europe : Grèce, Espagne, Portugal

CR réunion TSPS 2 juin 2017

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter