MÂCON – Affaire Laronze : Olivier Bosson cherche des hommes pour La Chanson de Jérôme !

MÂCON – Affaire Laronze : Olivier Bosson cherche des hommes pour La Chanson de Jérôme !

Du site Mâcon info

Olivier Bosson La Chanson de Jérôme Mâcon 2702 (1).jpg

Le célèbre réalisateur lyonnais était samedi après-midi à la Maison des jeunes et de la culture (MJC) de l’Héritan, à l’occasion d’une rencontre avec les personnes volontaires pour prendre part à son film en hommage à Jérôme Laronze.

macon-infos l’avait annoncé : la MJC a été le théâtre d’un véritable événement ; prélude, peut-être, d’une œuvre appelée à faire date ! Ce que nous a dit, en d’autres termes, le sympathique Olivier Bosson :

L’histoire de Jérôme Laronze, je l’ai découverte en juin 2017. Cela m’a tout de suite choqué ! Une situation incompréhensible : un éleveur de bovins, exerçant une activité a priori calme, se retrouve au centre d’une saga policière incroyable… Après une cavale, il est abattu par les forces de l’ordre comme un ennemi public ! Je me suis interrogé avant de comprendre que cette histoire m’intéressait suffisamment pour en faire ce projet : La Chanson de Jérôme… Apparaissent un cas individuel et plusieurs sujets propres à notre époque, au monde agricole et aux rapports de communication. Avec l’essor du numérique, il y a une augmentation du contrôle (formulaires à remplir, machines…) et, en fin de compte, se pose la question de savoir ce que tout cela produit ! 

D’aucuns s’étonneront du titre, mais par son héroïsme et son intransigeance ― en un mot : par sa geste ! ―, Jérôme Laronze, Paysan parce qu’homme du Pays, est d’ores et déjà entré dans l’histoire du Mâconnais. L’aventure de ce personnage hors du temps, capable de finir sur Shakespeare aussi bien que de faire référence au Japon impérial (cf. son texte), doit avoir sa place quelque part entre La Chanson de Roland et celle de Maguelonne (clin d’œil au cher Michel Mourlet) !

Consolation posthume car Jérôme a souffert dans sa chair… Malgré sa ferveur et sa foi, l’éleveur de bêtes n’a pas su faire face à cette épaisse « Bêtise au front de taureau » (Baudelaire), aussi impitoyable que le Veau d’or toujours debout. Mais l’histoire n’est jamais finie ; Jérôme, d’ailleurs, nous a laissé ces quelques mots… Qui, justement, résonnent comme une Chanson dont la suite reste à écrire. 

Antoine Collinet

La Chanson de Jérôme MÂCON 2702.jpg
Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter