Le parlement européen ne vérifiera pas la légalité du CETA

Les “coups de force” anti démocratiques continuent pour la ratification du CETA : https://france.attac.org/actus-et-medias/salle-de-presse/article/le-parlement-europeen-ne-verifiera-pas-la-legalite-du-ceta

Voici aussi ce que raconte  JL Mélanchon
http://europe.jean-luc-melenchon.fr/2016/11/22/ceta-debat-musele-au-parlement-europeen/

et ci-dessous un message de Karima Delli  à ne  pas rater !

Députée européenne Europe Ecologie-Les Verts d’Ile-de-France, membre de la Commission de l’emploi et des affaires sociales et membre de la Commission dédiée au développement régional, Vice-présidente de l’Intergroupe Urban-Logement. Activiste joyeuse au sein des collectifs Jeudi Noir et Sauvons les riches.

Chères amies,
Chers amis,

Laissez-moi vous conter une petite leçon de hold-up sur la démocratie, comme le Parlement européen vient d’en vivre aujourd’hui. En 2016, c’est une de ces histoires dignes de « L’anti-démocratie pour les nuls »…et qu’on aimerait ne plus jamais voir dans nos institutions.

Alors voilà : je suis membre de la commission EMPLOI du Parlement européen. Et cette Commission du Parlement européen devait justement voter le 5 décembre son rapport portant sur le CETA, ce fameux traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. Vous savez, le CETA ? Mais si, le petit frère du TAFTA, son équivalent pour les Etats-Unis. Ok, c’est bon, vous voyez.

Bon, et bien tout était prévu, tout était organisé, et le rapporteur, opposant notoire à ce traité, nous avait déjà envoyé son projet de rapport.

Qu’est-ce qu’il disait, en gros ?

Tout simplement que l’objectif d’un tel traité qu’est la création d’emplois de qualité ne pourrait être respecté. En effet, les études montrent qu’en 6 à 10 ans, ce traité ne permettrait d’augmenter le niveau d’emplois en Europe qu’à hauteur de 0.018%. A l’inverse, il détruirait plus de 200 000 emplois, dont 45 000 en France !

Il rappelait que la signature d’un tel traité signifierait un accroissement supplémentaire des écarts de salaire entre travailleurs qualifiés et non qualifiés.

Il disait enfin qu’en l’absence d’un chapitre du CETA consacré aux PME, seules celles qui exportent en dehors de l’Union européenne en tireraient bénéfice, soit seulement 620 000 sur les 21 millions de PME européennes…qui elles, verraient leur activité menacée par les multinationales nord-américaines !

Sa conclusion était donc claire : rejet du CETA. Et basta !

Je m’apprêtais à voter ce texte qui aurait pu poser la première pierre d’un rejet franc et massif de ce traité par le Parlement européen.

Mais patatra ! Tout s’écroule !

Car aujourd’hui le chevalier du libre-échange Martin Schulz, président du Parlement européen, en a décidé autrement. Il aurait pu soutenir son acolyte wallon Paul Magnette, qui a eu le mérite de mettre le CETA sur la place publique – même s’il n’a obtenu que très peu d’avancées…mais non.

Allié au PPE, le parti conservateur des Merkel, Juppé et consorts, il a purement et simplement fait supprimer le CETA du programme de travail de la commission EMPLOI. Il en a fait de même au passage pour la commission ENVIRONNEMENT, elle aussi hostile au traité.

Ainsi, en un claquement de doigts, Martin Schulz écarte toute opposition pour laisser le champ libre aux tenants du CETA. Un peu comme un autre socialiste en France, récemment, pour imposer la loi Travail avec le 49-3.

Ce scandale démocratique est inacceptable, quand on sait que ce traité met en danger nos modes de vie, nos normes environnementales, sociales, et démocratiques.

Tout cela montre une fois de plus combien les défenseurs du libre-échange sont prêts à tout, même à bafouer la démocratie et le travail des élus au Parlement européen. Ils sont prêts à tout, même à donner du grain à moudre aux eurosceptiques qui n’attendent que ce type d’attitude pour dénoncer une Europe technocratique et antidémocratique.

Ca suffit les conneries ! L’Europe a besoin de vous ! Faites entendre votre voix, aidez-nous à faire sortir par la grande porte ce fameux traité.

Vous pouvez en tout cas compter sur moi. Je ne lâcherai rien. Et ensemble, on barrera la route au CETA !

Amitiés,

Karima

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.