Rassemblement festif pour dire NON à la loi SÉCURITÉ GLOBALE

Rassemblement festif pour

  • dire NON à la loi SÉCURITÉ GLOBALE
  • dire NON aux DÉCRETS LIBERTICIDES
  • amender la loi sur le SÉPARATISME

(loi confortant les principes républicains)

Samedi 27 février à Chalon/Saône

Place…. à 14h

Encore et encore !Le gouvernement promulgue autoritairement des décrets autorisant le fichage exhaustif de chaque citoyen
et fait pression sur le parlement pour adopter des lois liberticides

Montrons notre détermination pour que ces lois ne soient pas approuvées par une majorité aux ordres du gouvernement.

  • Nous combattrons sans relâche la loi Sécurité Globale :
  • Les articles 1 à 6 prévoyant, dans les espaces publics, l’augmentation considérable des pouvoirs de la police municipale et des polices privées.
  • Les articles 20-21 donnant largement accès aux images des caméras de vidéosurveillance et caméras piéton, préludes à la reconnaissance faciale.
  • L’article 22 autorisant l’utilisation des Drones pour une surveillance généralisée portant atteinte à notre vie privée.
  • L’article 24, non réécrit et toujours d’actualité, rendant “invisible” tout acte répréhensible des forces de l’ordre.
  • Nous combattrons sans relâche le Schéma National du Maintien de l’Ordre, (SNMO)
    qui maintient l’usage des lanceurs de balle de défense et des nouvelles “grenades à éclats non létaux” anciennement “de désencerclement”.
  • Nous combattrons sans relâche l’élargissement du fichage
    qui permettra au sein des trois fichiers “atteintes à la sécurité publique” de consigner opinions politiques, orientations sexuelles, santé, religion, couleur de peau, origine géographique… de chaque citoyen.
  • Nous combattrons sans relâche la loi sur le Séparatisme :
  • L’article 6 contraignant les associations à signer “un contrat d’engagement républicain » (non encore défini !) et autorisant la demande de remboursement des subventions en cas de non-respect de ce contrat.
  • L’article 8 imputant à une association les agissements d’un de ses membres pouvant aboutir à une suspension et même à une dissolution.
  • L’article 18, complément de l’article 24, créant l’infraction d’intention, empêchant la liberté d’information, étranglant la liberté d’expression.

Comment pourrions-nous vivre libres dans un monde

  • où on fermera les yeux sur un passage à tabac de citoyens innocents et impossibles à défendre faute de preuves visuelles.
  • où les journalistes devront se déclarer en Préfecture pour suivre une manifestation et n’auront pas le droit de filmer sa dispersion.
  • où tout citoyen sera préjugé coupable, où ses déplacements seront surveillés – A quand le “crédit social” comme en Chine.
  • où les données privées de chacun seront fichées rendant beaucoup plus facile toute “rafle” perpétuée par un régime non démocratique?
  • où la peur d’être “hors la loi” évitera toute contestation des associations qui seront obligées de prendre des engagements aux contours inconnus
  • où nos droits élémentaires dépendront de la couleur politique de nos représentants locaux appuyés par leurs bras policiers politisés.

Nous ne voulons pas accepter des lois outrepassant les libertés individuelles.

Nous ne voulons pas oublier les plus fragiles qui seront durement impactés.

Nous ne voulons pas que le prétexte de la lutte contre le terrorisme affecte la liberté de tous les citoyens.

STOPPONS CES DÉRIVES AUTORITAIRES AVANT QU’ELLES NE SOIENT GRAVÉES DANS LA LOI !

Les organisations participant à la Coordination Mâconnaise #StopLoiSécuritéGlobale :

AMi71,ATTAC, AIAPEC, Justice et vérité pour Jérôme Laronze, GRS, PCF, LFI, EELV, Ensemble 71, FSU, LdH, la Confédération Paysanne 71, PS, Refondation 71, les Gilets Jaunes, la Libre-pensée 71, Solidaires 71 et Mâcon citoyens

Partagez...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter