Le Film du Mois de Novembre 2019 : Sorry We Missed You

jeudi 31 octobre 2019
par  Hervé Thomas
popularité : 16%

Le film du mois de novembre aurait pu jamais n’être, en tout cas pas celui-là, car Ken Loach nous avait annoncé lors de son dernier film Moi, Daniel Blake que ce serait le dernier. et nous ne nous y résolvions pas tant le cinéma de Ken Loach est indispensable au coeur et à l’intelligence, et nous a accompagné dans tous nos combats. Avec ce nouveau film Sorry We Missed You, le vieux lion militant montre qu’il est toujours debout et prêt à tenir sa place dans l’histoire du monde.

Genre : Drame – Durée : 100 minutes - Réalisateur : Ken Loach

Synopsis : Ricky, Abby et leurs deux enfants vivent à Newcastle. Leur famille est soudée et les parents travaillent dur. Alors qu’Abby travaille avec dévouement pour des personnes âgées à domicile, Ricky enchaîne les jobs mal payés ; ils réalisent que jamais ils ne pourront devenir indépendants ni propriétaires de leur maison. C’est maintenant ou jamais ! Une réelle opportunité semble leur être offerte par la révolution numérique : Abby vend alors sa voiture pour que Ricky puisse acheter une camionnette afin de devenir chauffeur-livreur à son compte. Mais les dérives de ce nouveau monde moderne auront des répercussions majeures sur toute la famille…

Bande Annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19584633&cfilm=264872.html

Tentative de critique :

Si Bourdieu considérait la sociologie comme un sport de combat, il est indéniable que Ken Loah utilise le cinéma comme une arme de poing. Levé, le poing, c’est bien le moins qu’il puisse faire pour, dit-il « défier le récit des puissants », documenter à hauteur d’hommes et de femmes l’histoire des violences faites à la classe ouvrière depuis la fin du XXème siècle. Ken Loach, c’est quarante-cinq ans passés derrière la caméra, à raconter les effets dévastateurs du libéralisme sur la société. Il nous avait à nouveau annoncé sa retraite après Moi, Daniel Blake, mais c’est bien la violence de l’étau social, la nécessité de la raconter, qui le ramène encore une fois au cinéma, dans un récit ici encore plus sec, épuré et doté d’une force de frappe étourdissante. À 83 ans, il signe l’un de ses meilleurs films ! À l’inverse de Moi, Daniel Blake, qui s’ouvrait sur un rendez-vous au pôle emploi anglais, Sorry we missed you s’engage sur un entretien d’embauche. Espoir, pense-t-on ?

Ricky, bourreau de travail, était ouvrier dans le bâtiment. C’était avant l’effondrement des banques et des organismes de crédit, avant qu’il ne perde son boulot. Avant, c’est aussi le moment où il est tombé amoureux d’Abby, lors d’un grand festival rock. Depuis ils ont fondé une famille, ils sont devenus les bons parents de Seb, 16 ans, qui sèche l’école dès qu’il peut pour exprimer son talent artistique sur les murs de la ville, et de Liza Jane, gamine brillante, pétillante et pleine d’humour, rouquine comme son père. Espoir donc : de cesser d’enchaîner les petits boulots, les contrats zéro heure et d’enfin s’en sortir, espoir de cesser de tirer le diable par la queue et de pouvoir enfin régler les dettes et accéder peut-être à la propriété tant souhaitée par Abby. Elle qui rêve d’une jolie petite maison qu’elle pourrait décorer elle-même et qui donnerait à la famille le cadre d’une vie décente. Une vie normale quoi !
Et le sésame pour Ricky, c’est cette nouvelle forme de travail qu’est l’auto-entrepreneuriat, ce travail où chacun est son propre patron, on ose le gros mot : l’ubérisation. Ricky sera chauffeur-livreur, payé à la course. L’entretien d’embauche, c’est Maloney, le patron du hangar, qui le mène. C’est lui qui donne les missions. Ici, plus on travaille, plus on gagne. Pas de contrat, chacun est son propre responsable et possède son outil de travail. Puisqu’il s’agit de livraisons, il faudra acheter un camion – ainsi que le pistolet-liseur qui permet de scanner les colis… Ricky y croit, fonce tête baissée, apprend à s’exploiter lui-même…
De son côté Abby est aide à domicile. Elle travaille quatre soirs par semaine. Dépossédée de sa voiture pour financer l’outil de travail de Ricky, elle passe des heures dans les transports en commun pour aller de rendez-vous en rendez-vous. Payée à la tâche elle aussi, elle court, saute d’un bus à l’autre, fait tout pour prendre soin, coûte que coûte, des personnes qui dépendent d’elle, comme si elles étaient toutes sa grand-mère dit-elle.

Sorry we missed you, c’est l’histoire d’une famille qui doit survivre à la loi du plus fort de l’économie de marché, et qui tente vaille que vaille de maintenir un semblant d’unité. C’est l’histoire d’une famille qui pourrait partir en vrille si elle cessait de porter sur l’autre un regard bienveillant. Un père sur son fils qui se cherche, une mère sur ses enfants qu’elle voit trop peu. Une gamine qui fait de son mieux pour faire le lien entre tous. « Sorry we missed you », c’est aussi le petit mot que Ricky dépose dans la boîte aux lettres lorsque le client de la commande n’est pas chez lui pour réceptionner son colis : « Désolé, vous n’étiez pas là quand nous sommes passés. » Il faudra donc y retourner.


Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...