Attac Qui Sommes-nous ?

ATTAC KÉZAKO ?

ATTAC NAÎT EN 1998 AUTOUR D’UNE PROPOSITION

A l’origine d’ATTAC il y a un éditorial d’Ignacio Ramonet dans « Le Monde Diplomatique », fin 1997. Cet article appelait de ses voeux la création d’une association qui lutterait pour faire adopter une « Taxe dite Tobin » (du nom d’un prix Nobel d’économie américain). Cette taxe permettrait de réguler les marchés financiers (idée de James Tobin), mais surtout de dégager les sommes nécessaires pour un véritable développement des pays du Sud. Il s’agissait donc de mettre un grain de sable dans la machine spéculative productrice d’inégalités et de réintroduire la notion de solidarité. L’UNESCO estime en effet à 80 milliards de dollars par an pendant 10 ans la somme à investir pour garantir durablement à tous les humains l’accès à la nourriture, à l’eau potable, à la santé et à l’éducation. Or une taxe de 0,05% sur les transactions financières rapporterait de 100 à 120 milliards de $ par an. C’est sur ce combat qu’ATTAC ( Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne) est née. Cet éditorial de Ignacio Ramonet a suscité des milliers de réponses individuelles et collectives. L’association était créée quelques mois plus tard, en juin 1998.

UNE ORGANISATION LOCALE ET NATIONALE

C’est un des éléments de l’originalité et de la force d’ATTAC : réunir dans un même combat contre les politiques libérales de nombreux individus (Manu Chao, Daniel Mermet, Viviane Forrester, Susan George, Bernard Langlois et tous les militants anonymes..) ainsi que des organes de presse (Le Monde Diplomatique, Politis, Golias, Alternatives économiques, Témoignage chrétien …) des syndicats (Confédération Paysanne, CGT finances, CFDT banques, transports, équipement, FSU, 10, SUD PTT, UNEF …) et des associations (Amis de la Terre, AC !, Agir ici, APEIS, Artisans du monde, CRID, Droit au logement, MRAP, etc.). En 20 ans, le succès d’ATTAC a été rapide et inattendu : 1.000 adhérents en août 98, 10.000 à jour de cotisation fin 2015. Les adhérents sont répartis dans plus de 150 comités locaux en France, fonctionnant comme autant d’associations autonomes. Il existe maintenant plus de 50 ATTAC dans le monde, qui peuvent se regrouper autour de différentes actions.

POURQUOI MILITER A ATTAC ?

LE CONSTAT QUI NOUS RASSEMBLE

La mondialisation libérale aggrave la précarité ici et ailleurs. En effet, la recherche de profits croissants ainsi que le contrôle de l’industrie par la finance aggrave la concurrence dans tous les domaines y compris entre salariés. Elle favorise aussi les délocalisations pour profiter des bas salaires des pays pauvres, donc le chantage aux licenciements et sur les salaires, la dégradation de la qualité du travail, la multiplication des contrats précaires, les difficultés des petites entreprises, des petits commerces et petits agriculteurs. La mondialisation libérale aggrave les inégalités sociales et les inégalités entre pays. Entre 1972 et 1992, l’écart de richesse entre pays les plus riches et les plus pauvres a doublé, et cet écart continue de s’aggraver. Ces inégalités nous sont devenues insupportables : la moitié des humains (3 milliards) vivent avec moins de 2 $ par jour. La concentration des richesses est devenue telle que la fortune des trois personnes les plus riches du monde équivaut au PIB (richesse) des 48 pays les plus pauvres. L’injuste dette des pays pauvres, déjà plusieurs fois remboursée, continue de bloquer leur développement. La mondialisation libérale et la spéculation financière contiennent aujourd’hui de nouvelles menaces : dégradation accélérée de l’environnement (eau, biodiversité, climats), destructions des services publics (qui garantissent pourtant l’égalité entre citoyens), marchandisation du vivant (OG, brevets sur le génome humain…), remise en question des retraites, menaces sur la démocratie (corruption, contrôle financier des médias dominants, multinationales imposant leur politique), et même utilisation de la force militaire pour garantir l’approvisionnement des ressources naturelles.

« D’AUTRES MONDES SONT POSSIBLES »

ATTAC ne s’arrête pas au discours critique. A côté des grandes manifestations de Seattle (1999), Millau (2000), Nice (2000), Gênes (2001), Barcelone (2002), Genève-Annemasse (2003), contre les réunions du G8 ou de l’OMC, le mouvement altermondialiste, dont ATTAC est un des piliers, organise aussi des forums dont les objectifs sont l’échange et l’élaboration de propositions alternatives. A l’initiative d’ATTAC, le premier forum social mondial s’est tenu au Brésil, à Porto Alegre, à Nairobi en 2001, 2003, 2005 et 2007, à Tunis en 2013 et 2015. Celui de 2002 a proposé de décliner au niveau continental ces forums sociaux afin de multiplier les pistes, les propositions, et les débats. Celui de 2004 a eu lieu à Bombay et le dernier en 2009 à Belem qui a rassemblé près de 135.000 personnes, les peuples d’Amazonie et 5 présidents. Le premier forum social Européen s’est tenu en novembre 2002 à Florence, rassemblant 60.000 personnes. C’est là que le mouvement de contestation contre la guerre en Irak a été lancé. Le deuxième FS Européen s’est tenu à Paris-St Denis du 12 au 15 novembre 2003. Celui de 2004 a eu lieu à Londres. ATTAC est donc un lieu ouvert, de débat, de formation citoyenne, ainsi qu’un groupe de pression, un laboratoire de réflexion et de propositions pour construire un monde plus juste, plus sain et plus démocratique. Nous n’avons pas toutes les réponses, mais nous tâchons de poser les bonnes questions et de réfléchir ensemble aux réponses possibles.

NOS ACTIVITÉS

ATTAC : ASSOCIATION D’ÉDUCATION POPULAIRE…

Depuis des années on nous vante les bienfaits du libre échange, de la concurrence, la soi-disant nécessité de réduire le rôle de l’Etat. Cette pensée unique tente de nous masquer l’enfoncement dans la misère des pays en développement (PED), le rôle pervers des paradis fiscaux, le contrôle croissant du monde des affaires sur les médias dominants, l’affaiblissement de notre pouvoir de citoyen, la précarisation des travailleurs, l’absence de réelle politique de lutte contre le chômage, les effets néfastes de la privatisation des services ou entreprises publiques, les menaces sur les biens communs (santé, éducation, eau ..), etc. ATTAC s’est donné comme un de ses objectifs principaux de libérer les esprits, d’en éradiquer le virus libéral. Cessons de croire que l’économie est une affaire de spécialistes. Montrons que le monde ultra-libéral qu’on nous crée n’est pas le seul monde possible. Pour cela, il faut informer et former. Une des activités d’ATTAC consiste donc à proposer des débats, à aider les citoyens à se réapproprier l’information, la parole. Ne plus accepter la pensée unique qu’on nous impose, pour chercher d’autres pistes. ATTAC, et en particulier son conseil scientifique, élabore des formations, publie des ouvrages accessibles (cf bibliographie), et diffuse par plusieurs médias (presse, vidéo, internet) des articles et documents divers. La lettre d’Attac, bimensuelle, est adressée électroniquement à plusieurs dizaines de milliers d’abonnés tout comme la revue du Conseil Scientifique "Les Possibles". Les adhérents reçoivent « Lignes d’ATTAC », un journal trimestriel avec dossier pédagogique. Les comités locaux mènent aussi ce travail actif de production documentaire et de débat.

EXEMPLE : LE CONSEIL SCIENTIFIQUE D’ATTAC

Ses membres, nommés par le Conseil d’Administration, sont souvent des chercheurs, des universitaires, des syndicalistes… En relation directe avec le CA, les organisations fondatrices d’ATTAC, les organisations amies, et les parlementaires d’ ATTAC au Sénat et à l’Assemblée Nationale, le Conseil Scientifique a pour mission de produire de l’information, de faire des propositions concrètes de lois ou d’actions publiques. Il fonctionne avec un « noyau dur permanent » qui se réunit très régulièrement, mais aussi des groupes de travail thématiques organisés en réseaux. Ce sont ces groupes qui élaborent, en toute indépendance, des projets de textes discutés ensuite par le conseil scientifique dans son ensemble, puis le Conseil d’Administration, avant d’être diffusés par tous les moyens possibles, gratuitement ou au prix le plus faible possible. Les membres de ce conseil sont aussi souvent amenés à intervenir comme conférenciers dans les comités locaux.

… TOURNÉE VERS L’ACTION

ATTAC participe à toutes les grandes mobilisations nationales ou internationales contre l’OMC, le G8, la guerre en Irak, les paradis fiscaux, la destruction des services publics. Mais le but est double : faire pression sur les dirigeants et accentuer la mobilisation des citoyens en informant : pétitions, actions symboliques (et médiatiques), tracts, grands rassemblements comme « Larzac 2003 », organisation de débats, actions collectives avec d’autres organisations, soutien de nos amis militants dans les dictatures et les pays pauvres etc. ATTAC lance comme les grandes entreprises transnationales des actions de lobbying en direction des élus : campagnes de lettres individuelles, interpellations des élus, groupe de parlementaire ATTAC, forums sociaux, formations et informations auprès des militants politiques, des élus locaux etc.

EXEMPLE : LA MOBILISATION CONTRE L’AGCS
L’AGCS (Accord Général pour le Commerce des Services) est un traité de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce, rassemblant 146 pays). Il vise à libéraliser, à privatiser, aussi vite que possible, l’ensemble des services à l’échelle mondiale : eau, transport, éducation, santé, poste, environnement, énergie etc. Il vise aussi, dans ces domaines, à placer toutes les autorités démocratiquement élues sous le contrôle de l’OMC. ATTAC a engagé des actions dans le but de faire échouer les négociations. Cette action prend toutes les facettes possibles : s’approprier le texte de l’AGCS (53 pages) et le diffuser largement, alerter tous les médias aussi souvent que possible, diffuser ’information par des documents internes et externes (Livre de Susan Georges : « Remettre l’OMC à sa place »). Ce texte (comme l’AMI en son temps) est tellement inacceptable que la stratégie adoptée est celle de la lutte contre les vampires : le mettre au grand jour pour l’éliminer. D’autant plus que, les négociations sur l’AGCS sont menées en secret. Dans chaque comité local, les militants ont eu pour mission d’interpeller les élus sur ce sujet. De nombreuses rencontres sont organisées avec d’autres organisations : associations, syndicats, partis. Dans les manifestations il s’agissait d’attirer l’attention par des slogans. La campagne nationale : « 100 collectivités territoriales non AGCS », consistant à faire voter dans des communes (Paris, Aubagne…), des départements (Haute Garonne, Bouches du Rhône…), des régions (PACA ..) des motions contre l’AGCS a déjà dépassé ses objectifs quantitatifs. Au niveau international la pétition contre l’AGCS lancée par ATTAC a eu assez de succès pour forcer le négociateur européen Pascal Lamy à lever le secret sur une partie du contenu de ces négociations. Cette campagne anti AGCS continue.

NOS REVENDICATIONS-PROPOSITIONS

ATTAC, mouvement altermondialiste, considère que la phrase qui nous résume : « un autre monde est possible », n’est pas seulement un slogan. L’association élabore, parfois en tâtonnant, des propositions alternatives au monde injuste qu’on nous impose.

AU NIVEAU INTERNATIONAL

- Permettre le développement des pays du Sud en annulant ces dettes injustes et odieuses qu’ils ont déjà remboursées plusieurs fois. Favoriser le développement autogéré des pays en développement.
- Arrêt immédiat des négociations sur l’AGCS.
- Soumission des traités internationaux à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, garantissant à tous l’accès aux besoins de base : santé, éducation, alimentation, eau etc.
- Remplacement des clubs (G8) et institutions internationales actuelles (OMC, FMI, Banque Mondiale …) par de véritables institutions démocratiques, avec les représentants élus pour ce mandat, et dans lesquelles les pays en développement auraient chacun des droits et représentants équivalents à ceux des pays riches. Redonner à l’ONU son réel pouvoir.
- Créer une taxe pour limiter les transactions financières (type « taxe Tobin ») pour limiter la spéculation financière et dont les fruits iraient à l’aide au développement et l’aide aux citoyens en difficulté dans les pays riches.
- Interdire les paradis fiscaux afin de réduire la compétition entre les Etats pour attirer les entreprises et la pression à la baisse des impôts. Lutter ainsi contre les trafics illégaux et le terrorisme.
- Maintenir un moratoire européen sur les OGM.. Application généralisée du « principe de précaution ».
- Favoriser une agriculture non productiviste, respectueuse de l’environnement.

AU NIVEAU NATIONAL, DANS LE CONTEXTE ACTUEL

- Le maintien, voire le renforcement de services publics réformés : ils garantissent la solidarité entre les générations, entre les régions (personnel de l’éducation géré nationalement), entre les catégories sociales (pas d’école à deux vitesses …).
- Amélioration du financement des retraites par répartition par un rééquilibrage des cotisations en faveur des salariés. Le COR (Conseil d’Orientation des Retraites) a montré qu’une légère augmentation de 0,37% par an des cotisations d’ici 2040, doit suffire à financer les retraites de demain. Retour de toutes les catégories professionnelles (privé-public) à 37,5 annuités de cotisation. Maintien des retraites par répartition, et refus des fonds de pension.
- Défendre la Sécurité Sociale solidaire en l’améliorant et en faisant obstacle à l’entrée des assurances privées dans le système de santé.
- Une meilleure distribution du financement public, en faveur des investissements à long terme : recherche, éducation, environnement, santé, culture.
- Une véritable politique de l’emploi, autrement plus urgente que la réforme sur les retraites (on nous a bien annoncé que le problème est prévu pour … 2040). L’impossibilité du licenciement pour convenance boursière.
- Favoriser l’économie sociale et solidaire en en assurant la promotion et en favorisant son financement.
- Limiter le poids des grandes centrales de distribution afin de permettre le développement d’une agriculture à taille humaine et de qualité, et de ne plus casser le commerce de proximité.

AU NIVEAU LOCAL

- Amélioration de la démocratie, en développant la démocratie participative.
- Une réelle politique environnementale (eau, énergie, déchets …).
- Une politique des services, de l’économie, du logement au service de tous les citoyens, et non des intérêts particuliers.
- Un autre système fiscal pour les collectivités territoriales.

ATTAC ET « LE » POLITIQUE

ATTAC n’est ni un parti politique, ni un syndicat. L’association n’a pas vertu à présenter des candidats à quelque élection que ce soit, ni à soutenir tel ou tel candidat au prétexte que son programme serait plus proche des idées d’ATTAC, ou qu’il serait adhérent de l’association ( la seule exception a été l’appel à s’opposer à Jean-Marie Le Pen lors des élections présidentielles de 2001, pour la défense de la démocratie). D’ailleurs les statuts d’ATTAC prévoient qu’on ne peut se prévaloir de l’appartenance à ATTAC lorsqu’on est candidat à une élection. Par contre son action est éminemment politique, mais en prenant « politique » au sens noble du terme. Il s’agit d’action « citoyenne », afin de se réapproprier la part de décision qui nous revient. Nous devons peser sur les pouvoirs politiques et économiques par tous les moyens pour favoriser les décisions allant dans le sens de ce qui est bien pour la société : justice sociale, justice mondiale, environnement, démocratie. Nous voulons que nos idées et propositions soient « récupérées » par les politiques appelés à exercer le pouvoir. Nous agissons donc en toute indépendance et notre mouvement est riche de la diversité de ses militants. Notre contact avec le monde politique se fait parfois par quelques-uns de nos adhérents. Mais il se fait surtout par la pression que nous exerçons sur les élus et les simples militants politiques afin qu’ils enregistrent nos problématiques trop souvent négligées (pauvreté du Sud, environnement, démocratie internationale …). Enfin, il nous arrive d’organiser ou de participer à des actions collectives (contre la guerre, pour les forums sociaux, …) avec des organisations politiques, mais aussi avec des syndicats et d’autres associations.

LES COMITÉS LOCAUX 13

Il existe 6 comités locaux des Bouches du Rhône qui sont : Pays d’Aix, Pays d’Arles, Pays d’Aubagne, Gardanne, La Ciotat et Marseille.

POUR APPROFONDIR OU EN SAVOIR PLUS : LECTURES PROPOSÉES

Les petits livres ATTAC/Mille et une nuits (2,5 à 3 €)

Tout sur Attac (2002)
Les paradis fiscaux (2000)
Remettre l’OMC à sa place (par Susan George, 2001)
Enquête au coeur des multinationales (2001)
Agir local, penser global (2001)
Avenue du plein emploi (2001)
Que faire du FMI et de la Banque Mondiale ? (2002)
Attac au Zénith (2002)
Le complexe médico-industriel (2003)
Santé – Assurance maladie : quelle alternative au néolibéralisme ? (2004)
Cette Constitution qui piège l’Europe (2005)
Ils se sont dit OUI. ATTAC leur répond (2005)
Les OGM en guerre contre la société (2005)
Vive les impôts (2005)
Pauvreté et Inégalités (2006)
Le G8 illégitime (2007)
Le Manifeste Altermondialiste (2007)
Mondialisation de la Prostitution (2008)

Autres ouvrages ATTAC

Une économie au service de l’homme (Mille et une nuit, 2001)
En finir avec la criminalité économique et financière (Mille et une nuit, 2002)
Inégalités, crises et guerres : sortir de l’impasse (Mille et une nuit, 2003)
Contre la dictature des marchés (Ed. Syllepse, 1999)
FMI : les peuples entrent en résistance (Ed. Syllepse, 2000)
Pour une mondialisation à finalité humaine (Ed. Syllepse, 2003)
Mise à nu des marchés financiers : les dessous de la globalisation (Ed. Syllepse, 2002)
Main basse sur l’assurance maladie (Ed. Syllepse, 2004)
Travailleurs précaires, unissez-vous ! (2005)
Le Petit Alter Dictionnaire altermondialiste (Mille et une nuits, 2006)
Guide de survie dans la jungle du marché de l’électricité (2007)
Guide de survie dans la jungle du marché de l’eau (2008)
Aliments irradiés : atome, malbouffe et mondialisation (Ed.Golias, 2008)
La santé au péril du libéralisme (2009)
L’Europe à quitte ou double (Ed. Syllepse, 2009)
Commerce équitable : produire, vendre et consommer autrement (Ed. Syllepse, 2009)
Souveraineté alimentaire : que fait l’Europe ? (Ed. Syllepse, 2009)
Sortir de la crise globale : vers un monde solidaire et écologique (Ed. la Découverte)
Pour un justice écologique, libérons le climat des marchés financiers (2009)
Pour une politique ouverte de l’immigration (Ed. Syllepse, 2009)
Retraites, l’Heure de Vérité (Ed.Syllepse, 2010)
Une autre ONU pour une autre monde (Tribord Éditeur, 2010)
Pour un big bang fiscal (Le Bord de l’eau, 2010)
Le capitalisme contre les individus (Éditions Textuel, 2010)
Manifeste d’économistes atterrés (Les liens qui libèrent, 2010)
La Méditerranée entre rives et dérives (Le bord de l’eau, 2011)
Dette publique comment s’en sortir (Les liens qui libèrent, 2011)
Au mépris du monde : G8 - G20 et peuples en lutte (Les liens qui libèrent, 2011)
Changer d’économie ! Nos propositions pour 2012 (Les liens qui libèrent, 2012)
15 idées reçues sur la fiscalité (Les liens qui libèrent, 2012)
La nature n’a pas de prix - les méprises de l’économie verte (Les liens qui libèrent, 2012)
En finir avec la compétitivité, le contre-rapport (Syllepse, 2012)
Leur dette, notre démocratie ! (Les liens qui libèrent, 2013)
La richesse, la valeur et l’inestimable par Jean-Marie Harribey (Les liens qui libèrent, 2013)
Le Féminisme pour changer la société (Syllepse, 2013)
Petit manuel de la transition pour toutes celles et ceux qui aimeraient mais doutent qu’un autre monde soit possible (Les Liens qui libèrent, 2013)
Retraites : l’alternative cachée (Syllepse, 2013)
Que faire de l’Europe ? (Les liens qui libèrent, 2014)
Le livre noir des banques (Les liens qui libèrent, 2015)
Les naufragés du libre échange (Les liens qui libèrent, 2015)
Le climat est notre affaire (Les liens qui libèrent, 2015)
Europe, l’expérience grecque : le débat stratégique (Éditions du croquant, 2015)
Petit manuel de la transition pour toutes celles et ceux qui aimeraient mais doutent qu’un autre monde soit possible, édition augmentée (Les Liens qui libèrent, 2016)
Cette crise qui n’en finit pas : par ici la sortie (Les liens qui libèrent, 2017)
Notre Monde à changer ! (Lars Müller Publishers, 2017)
Le monde qui émerge : les alternatives qui peuvent tout changer (Les Liens qui libèrent, 2017)
Toujours plus pour les riches - manifeste pour une fiscalité juste (Les Liens qui libèrent, 2018)
L’imposture Macron (Les Liens qui libèrent, 2018)
10 ans après la crise : prenons le contrôle de la finance (Les Liens qui libèrent, 2018)
L’Abécédaire engagé (Les Liens qui libèrent, 2018)
Cette Europe malade du libéralisme - L’urgence de désobéir (Les Liens qui libèrent, 2019)

Collège des fondateurs d’ATTAC France

Personnes physiques

José Bové ; Manu Chao ; Jacques Cossart ; René Dumont † ; Viviane Forrester † ; Susan George ; Gisèle Halimi ; Bernard Langlois ; Daniel Mermet ; Daniel Monteux ; Jacques Nikonoff ; René Passet ; Ignacio Ramonet ; Jacques Robin † ; Pierre Tartakowsky.

Personnes morales

AC ! [1] ; Agir ici ; AITEC [2] ; Alternatives économiques ; Les Amis de la Terre ; APEIS [3] ; Artisans du Monde ; Association Gunter Holzmann ; CADAC [4] ; CEDETIM [5] ; Charlie Hebdo ; Confédération générale des SCOP ; Confédération paysanne ; CRID [6] ; DAL [7] ; ESCOOP [8] ; Fédération des finances CGT ; FGTE-CFDT ; FFMJC [9] ; FSU [10] ; Golias ; Le Monde diplomatique ; MNCP [11] ; MODEF [12] ; MRAP [13] ; Les Pénélopes ; Politique [14] ; Politis ; Raisons d’agir ; Réseaux services publics européens ; SNES [15] ; SNESup [16] ; SNPTAS Equipement CGT ; SNUI [17] ; SNUIPP [18] ; SUD-PTT [19] ; Survie ; Syndicat de la magistrature ; Syndicat de la Médecine Générale ; Témoignage chrétien ; Transversales ; UFAL [20] ; UGICT-CGT [21] ; UNEF [22] ; Union syndicale Solidaires

Notes

[1] Agir ensemble contre le chômage.
[2] Association internationale de techniciens, experts et chercheurs.
[3] Association pour l’emploi l’information et la solidarité.
[4] Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception.
[5] Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale.
[6] Centre de recherche et d’information sur le développement.
[7] Droit au Logement.
[8] Économies solidaires et coopératives.
[9] Fédération Française des Maisons de Jeunes et de la Culture.
[10] Fédération syndicale unitaire.
[11] Mouvement national des chômeurs et précaires.
[12] Mouvement de défense des exploitants familiaux.
[13] Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples.
[14] Revue européenne.
[15] Syndicat national de l’enseignement secondaire.
[16] Syndicat national de l’enseignement supérieur.
[17] Syndicat national unifié des impôts.
[18] Syndicat national unifié des instituteurs et professeurs des écoles.
[19] Solidaires unitaires démocratiques PTT.
[20] Union des Familles Laïques.
[21] Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens CGT.
[22] Union nationale des étudiants de France.


Et pour adhérer à l’association, cliquer sur l’image ci-contre


Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...