Attac Marseille au procès de Florent Compain à Bar le Duc

mercredi 12 avril 2017
par  Hervé Thomas
popularité : 6%

200 personnes à Bar-le-Duc pour le procès de l’évasion fiscale

Mardi 11 avril, près de 200 personnes se sont rassemblées dès 8h30 devant le tribunal de Bar-le-Duc (Meuse) pour soutenir Florent Compain, président des Amis de la Terre, dans le cadre du procès relatif à la campagne de fauchage de chaises. Outre les Amis de la terre, ANV COP 21, Attac n’était pas en reste avec la présence de plusieurs comités locaux tels que ceux de la Meuse, de Meurthe et Moselle, des Ardennes … et de Marseille.

Après qu’une banderole citant le pape François « Le profit et le capital ne sont pas un bien au-dessus de l’homme », ait été accrochée au sommet de la cathédrale Saint-Étienne avec la bénédiction du prêtre, un gigantesque banc était installé sur la place tandis que se tenait le procès de l’évasion fiscale et de la BNP devant la société civile symbolisée par 196 personnes assises sur 196 chaises.

Pendant que Florent Compain était entendu à l’intérieur du tribunal défendu par Maître Alexandre Faro, et en présence du lanceur d’alerte Antoine Deltour, la place se transformait en un véritable forum où les luttes locales étaient mises à l’honneur (site de Bure, fauchage OGM, etc.).

C’est sous les vivats de la foule et en se donnant rendez-vous pour d’autres combats et d’autres actions de désobéissance que Florent Compain et son avocat ont rendu compte du verdict mis en délibéré suite aux réquisitions du procureur demandant un avertissement à la loi et une amende de 500 € avec sursis. Une nouvelle victoire qui doit maintenant être amplifiée dans l’attente du jugement final. L’agence locale de la BNP de Bar-le-Duc est quant à elle restée fermée toute la journée pour « des raisons techniques » et sous la bonne garde de la maréchaussée.


Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...