28 SEPTEMBRE : JOURNEE MONDIALE POUR LE DROIT A L’AVORTEMENT

samedi 18 septembre 2021
par  MEAD Christine
popularité : 27%

A Marseille, le rendez-vous des associations féministes et de leurs soutiens est donné

SOUS L’OMBRIERE DU VIEUX PORT, LE MARDI 28 SEPTEMBRE A 18 H 30

POURQUOI PARTICIPER A CETTE INITIATIVE ?

- Parce que les droits ne sont jamais définitivement acquis et qu’ils sont perfectibles ici même :
Durant la crise sanitaire, les femmes ont eu plus de difficultés pour avorter : pas de place dans les blocs opératoires, et renvoi vers le privé, résultat aussi des réductions drastiques de budget de l’hôpital public et aggravation des conditions de travail du personnel médical.
Certaines ont dû renoncer à avorter ou se rendre aux Pays Bas, en Espagne ou au Royaume Uni, si elles avaient dépassé les 12 semaines ! Le gouvernement n’a pas jugé bon de reprendre à son compte, la proposition d’allongement de 12 à 14 semaines du délai légal.

- Parce que les anti « droits des femmes » continuent d’agir, que ce soit en influençant les législateurs ou par des menaces ou des dégradations :

• La mouvance anti-IVG agit, efficace en communication, avec des moyens financiers importants en France, en Europe et aux États Unis. Elle est à l’œuvre en Pologne, en Slovénie, en Hongrie, en Italie, à Malte, dans certains états des États-Unis.
Ses militant·es attaquent les droits des femmes (avortement, contraception d’urgence), font reculer l’éducation à la sexualité à l’école, et plus largement menacent la démocratie. En France, plusieurs locaux du Planning familial ont été dégradés. Et ce, alors qu’ici, "l’entrave à l’interruption volontaire de grossesse" est pourtant un délit prévu et réprimé à l’article L2223-2 du Code de la Santé publique, d’un emprisonnement et/ou d’une amende.

Deux exemples récents :
• La chaîne C8 a provoqué la polémique en diffusant un film américain anti-avortement financé par l’Église évangélique, le lundi 16 août 2021. Ce film "Unplanned" présente une directrice de planning familial devenue militante anti-avortement.
• Au TEXAS, a été votée une loi interdisant de fait l’avortement (même en cas de viol…), puisque le délai pour pratiquer une IVG est réduit à 6 semaines, ne laissant absolument pas le temps aux femmes de savoir qu’elles sont enceintes, de prendre leur décision et d’accomplir les démarches utiles, et prévoyant en outre -c’est quelque peu sordide- des mécanismes de délation avec récompenses.

- Parce qu’en Europe (Pologne notamment) et dans le monde (plusieurs pays d’Afrique et d’Amérique du Sud), le droit et l’accès à l’IVG n’existent pas partout,

Une très bonne nouvelle nous est venue du Mexique cependant, avec l’arrêt rendu le 7 septembre 2021 par la Cour Suprême qui a jugé inconstitutionnelle la criminalisation de l’avortement.
C’est une belle première victoire, après de très longues années de lutte, qui interdit désormais aux Etats du Mexique de sanctionner pénalement le fait de recourir à une IVG ou de pratiquer une IVG.
Mais, ce n’est pas fini…

Et l’on doit continuer de revendiquer un droit à l’avortement dans de bonnes conditions pour toutes les femmes qui font le choix d’interrompre une grossesse en France, en Europe et partout dans le monde.

Ecrit à partir du tract national d’appel par Christine Mead avec l’aval de copines du groupe Genre/féminisme.


Documents joints

PDF - 147.1 ko

Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...