8 MARS - AVEC L’INTERVENTION D’ATTAC MARSEILLE SUR FEMMES ET MIGRATION

lundi 8 mars 2021
par  MEAD Christine
popularité : 7%

UNE MOBILISATION EN DEMI-TEINTE POUR CE 8 MARS 2021 : ON FERA MIEUX LA PROCHAINE FOIS !

Une belle batacuda, un cortège coloré et un parcours respecté, mais pas la foule des grands jours pour ce 8 mars 2021. On fera mieux la prochaine fois !
Vous trouverez en pièce jointe quelques images de la manifestation.

Désormais, nous allons nous concentrer sur la visio-conférence que nous organisons le 24 mars 2020 à 18 h 30 pour vous présenter quelques aspects de "L’ECONOMIE FEMINISTE".
RV sur le lien :
https://us02web.zoom.us/j/852196526...
ou bien : ID de réunion : 852 1965 2610 - Code secret : 111170
Et par Tél. : 01 70 37 22 46

CI-DESSOUS L’INTERVENTION D’ATTAC MARSEILLE LE 7 MARS SUR LE THEME DE LA SOLIDARITE AVEC LES FEMMES MIGRANTES

Poussé.e.s à l’exil par une économie capitaliste prédatrice et mondialisée, les migrant.e.s, les réfugié.e.s et les déplacé.e.s sont des personnes extrêmement vulnérables plus particulièrement, les femmes et les enfants souvent non accompagnés et qui sont les premières cibles de réseaux criminels.

Nous sommes opposé.e.s à une mondialisation où la liberté de circulation des capitaux et des marchandises est érigée en loi suprême alors que les frontières sont érigées en obstacles pour les êtres humains.

Lorsqu’elles fuient pour des raisons de sécurité ou lorsqu’elles migrent vers une vie meilleure, les femmes et filles sont souvent confrontées à la traite, aux mariages forcés, à des violences fondées sur le genre, des abus et violence sexuelles et des discriminations raciales. Les femmes migrantes, avec ou sans papiers, et les demandeuses d’asile sont particulièrement vulnérables à la violence fondée sur le genre. C’est pourquoi la Convention d’Istanbul interdit qu’une quelconque discrimination dans la mise en œuvre de ses dispositions soit fondée sur le statut de migrant, de réfugié ou toute autre situation.

La Convention 189 de l’OIT concernant le travail décent pour les travailleuses et les travailleurs domestiques n’est toujours pas ratifiée par la France ; or, invisibles parmi les invisibles, les travailleuses sans-papier, sont très nombreuses dans le secteur de l’aide à domicile.

Un nombre croissant de femmes se trouvent contraintes à séjourner et travailler de manière irrégulière en France, et beaucoup à vivre des situations de dépendance propices à toutes sortes d’abus et de violences. L’action qui est faite autour du droit au séjour et au travail des femmes étrangères est tout à fait décisive car elle se trouve au carrefour entre la lutte pour les droits des étrangers et celle pour les droits des femmes.

AVEC LES ASSOCIATIONS PARTENAIRES, NOUS DEMANDONS :

- Régularisation de toutes et tous les sans papiers
- La création conséquente de places d’hébergement en non-mixité dans les CADA
- Un statut autonome pour les femmes, c’est-à-dire une carte de séjour et de travail ne dépendant pas de la situation ou de la bonne volonté du mari.
- L’application de la charte d’ANVITA (Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants)
https://villes-territoires-accueill...
Notamment l’article 2 : Mettre en œuvre le devoir d’hospitalité en répondant d’abord et avant tout aux urgences, celles liées à l’accès inconditionnel à l’hébergement, à l’alimentation, à l’hygiène, à la santé, à l’éducation et à la culture pour répondre aux besoins vitaux.

Nous refusons toute politique remettant en cause l’accueil inconditionnel, entravant les libertés fondamentales et constituant une forme de violence institutionnelle.
Comme à Palerme, décrétons qu’il n’y a pas de migrantes et migrants à Marseille mais que des marseillaises et marseillais.


Documents joints

QUELQUES PHOTOS DU 8 MARS 2021 A MARSEILLE

Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...