20 Ans d’Attac : Hommage au cinéma social marseillais

jeudi 12 juillet 2018
par  Hervé Thomas
popularité : 22%

Un Hommage au cinéma social marseillais : quelle meilleure façon de lancer les festivités de ces 20 Ans d’Attac dès le vendredi 28 septembre en partenariat avec le cinéma Le Gyptis à la Belle de Mai.

Autour des trois réalisateurs emblématiques Paul Carpita, René Allio et Robert Guédiguian, ce sont ces moments précieux à la fois poétiques et politiques que nous vous proposons de goûter ensemble.

Katharina Bellan, réalisatrice et auteure d’une thèse sur l’image de la cité phocéenne au cinéma nous éclairera de ses lumières en début de chaque séance.

Projection 1 à 18h15 :

La Visite – court-métrage de Paul Carpita – 1966 – 20 minutes.

Roger, responsable syndical sur le port de Marseille et Michel, médecin libéral, sont de vieux amis même s’ils sont en désaccord sur le rôle d’un médecin dans la société capitaliste. Michel vient d’examiner un jeune piqueur de sel dont les poumons sont gravement atteints par les poussières et les gaz toxiques qu’il inhale, accroupi au fond d’un réservoir. Michel s’en ouvre à Roger qui s’indigne : un médecin ne peut fermer les yeux sur les causes du mal qu’il soigne. Ne rien faire équivaut à s’en rendre complice ! Quelques jours plus tard, Michel apprend l’explosion du pétrolier géant sur lequel Roger travaille...

À l’Attaque – film de Robert Guédiguian – 2000 – 90 minutes.

Deux scénaristes décident d’écrire un film politique mettant en scène le petit monde du Garage Moliterno & Cie, à L’Estaque. Ils plantent peu à peu le décor, donnent vie et profondeur aux personnages et testent différentes variantes de leur intrigue, dans une version originale du « film dans le film ». Qualifié de « conte » par son auteur, ce film aborde des questions graves (mondialisation, chômage, endettement) mais se conclut par un happy end.

Pause Buffet de 20h15 à 20h45

Projection 2 à 20h45 :

Graines au vent – court-métrage de Paul Carpita – 1964 – 18 minutes.

Le petit Alain, 12 ans, incompris, rejeté par tous, fait l’école buissonnière et passe toute une journée sur le port de Marseille. Il est fasciné par ses découvertes, les paquebots en cale sèche, le travail des hommes... Nous faisons un brin de chemin en compagnie de ce gosse, intelligent, curieux, sensible. Sera-t-il, comme ces graines que le vent emporte, gaspillé ?

La Vieille Dame Indigne – film de René Allio – 1965 – 94 minutes.

À Marseille, une vieille femme, Madame Bertini, se retrouve seule à la mort de son mari. Tous ses enfants sont mariés et dispersés dans la région à part Albert et Gaston qui sont restés à Marseille. Par intérêt pour l’héritage, les deux fils cherchent à accaparer leur mère. Mais elle décline leur invitation et, avec le peu d’argent reçu des ventes de l’entreprise familiale en faillite et de tous les biens qui avaient constitué son quotidien jusqu’alors, elle s’achète une voiture et part à l’aventure en compagnie d’une serveuse de bar, Rosalie, une jeune femme très libre pour laquelle elle s’est prise d’amitié, ainsi que d’Alphonse, un cordonnier libertaire...

Adresse
Le Gyptis
136, rue Loubon
13003 MARSEILLE

Téléphone
+33 (0)4 95 04 96 25

Tarifs
plein tarif : 6 €
tarif réduit : 5 € (étudiants, chômeurs, RSA, + de 65 ans)
tarif de groupe : 4 €
tarif moins de 20 ans : 2,5€
séances jeune public et famille : 2,5 €
abonnement dix séances : 40 €

Pour y aller
En bus :
départ Canebière Bourse : 31 et 32 arrêt place Caffo
départ Réformés Canebière : 33 et 34, arrêt Belle de Mai Loubon
retour Départ place Caffo : 31 et Fluobus de nuit 533 à destination de Canebière Bourse
En vélo : borne vélo n°3320 place Bernard Cadenat
En voiture : Parking à proximité gratuit place Cadenat


Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...