Le Livre Du Mois De Mars : "PAYER LA TERRE"

mercredi 26 février 2020
par  Hervé Thomas
popularité : 15%

Ce mois-ci, on mettra en avant cette bande dessinée qui constitue une véritable enquête journalistique réalisée par Joe Sacco et éditée aux éditions Futuropolis. Avec Payer la terre, Joe Sacco nous entraine dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada en retraçant l’histoire de ce pays depuis l’arrivée des premiers colons : un portrait terrible, tant économique qu’écologique qu’humain.

Ses galons de « référence mondiale du BD-reportage », l’américain Joe Sacco les a gagné grâce à ses enquêtes graphiques consacrées à la Palestine (dans Palestine, paru en 1996, puis Gaza 1956, publié en 2010) et à la Bosnie (Gorazde, en 2001 ; The fixer, en 2005).

Désormais considéré comme une star du 9e Art, il revient à ses premières amours avec Payer la Terre. Sauf que cette fois, son investigation journalistique ne se focalise pas sur un théâtre de guerre mais sur un peuple et un territoire « oubliés » : les Dènès du nord-ouest du Canada…

À l’origine, une commande de la revue française XXI, dont la ligne éditoriale consiste à « mêler tous types de narration – dont la bande dessinée – pour raconter le réel ». Une première version de son reportage graphique, intitulée Les Terres fracturées, « a été publié en deux parties, deux fois trente pages, en 2016.Pourtant, rongé par un sentiment d’inachevé, l’artiste, titulaire d’une licence de journalisme, est retourné compléter son enquête dans cette région aux frontières de l’Arctique… et son travail initial prend la forme aujourd’hui de ce pavé de 272 pages.

Le résultat est passionnant, et réjouissant parce que les fans de Sacco ignoraient quand leur idole reviendrait à son genre de prédilection (La Grande Guerre, le premier jour de la bataille de la Somme reconstitué heure par heure, son dernier ouvrage publié en 2014, tenait davantage du rapport historique en relatant la vie dans les tranchées durant la Première Guerre mondiale). Payer la terre est bien du « pur Sacco », en l’occurrence un reportage dessiné dans lequel l’auteur se met en scène tel qu’il a vécu ses pérégrinations dans un territoire grand comme la France et l’Espagne réunies, mais où ne vivent pourtant que 45.000 autochtones.

On le découvre ainsi parcourant plus de mille kilomètres en pick-up, en compagnie de Shauna, sa guide locale, avec toutes les galères que ce genre d’expédition peut comporter (voies gelées, collisions avec des poids lourds évitées de justesse etc). C’est tellement détaillé et immersif qu’on a l’impression de faire partie du voyage. Joe Sacco prend le temps, s’immerge, plonge totalement dans ses sujets d’enquête, rencontre des dizaines de personnes, et tisse ensuite des récits à hauteur d’homme qui se liraient quasiment comme des albums de fiction. Sauf que tout est vrai.

La rencontre avec les Dènès arrive cependant très vite dans l’ouvrage, et le lecteur réalise immédiatement le drame auquel est soumise, depuis des siècles, cette population isolée : de l’arrivée des premiers colons sur ce territoire inhospitalier à la découverte de pétrole et de gaz de schiste dans ses sous-sols, les locaux ont subi l’autorité colonialiste du gouvernement canadien et ses conséquences économiques, écologiques… et humaines. Les nombreux témoignages rapportés par Sacco se révèlent, en ce sens, absolument effrayants (notamment celui de la déportation d’enfants dans des pensionnats qui rappellent plus des prisons que des camps de vacances).

Le talent de Joe Sacco, c’est de vous embarquer dans des histoires et sur des territoires que vous ne connaissez pas a priori. Votre cerveau sait que l’exploitation du gaz de schiste est sujette à débat : vous avez lu des articles sur le sujet, entendu des bribes d’infos à la radio. Joe Sacco apporte autre chose. Il vous fait ressentir, visuellement, émotionnellement, ce que c’est que d’habiter une terre que d’autres déchirent, fracturent, au risque de menacer votre culture et votre existence même. Les intérêts économiques prennent tout à coup un visage. Ça change tout.


Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...