Retour Attac Paris 15 
Page suivante
format rtf | ps

A T T A C France

Paris 15e arrondissement

Le Gouvernement d'Entreprise

conférence donnée par
Jacques Nikonoff

Attac 15e, le 28 mars 2000
compte-rendu par Frédéric Viale


Présentation, par Frédéric Viale.

Dans le cadre du travail de réflexion et de proposition que mène ATTAC au sujet des Fonds de pensions, la réunion de ce soir a pour but d'étudier les conséquences que pourrait avoir sur le fonctionnement des entreprises le développement de ces Fonds comme moyen de financer les retraites ¾ pour le dire autrement, où mène le règne des actionnaires sur les entreprises, règne qu'exacerberait encore d'avantage la mise en place des FDP ?

La réflexion de ce soir s'inscrit dans une certaine continuité.

En effet, ATTAC-15ème a jusqu'ici organisé plusieurs réunions de travail pour montrer dans un premier temps, l'état des lieux des retraites : nous avons décrit les aspects institutionnels et les principes de fonctionnement actuels du système fondé sur la répartition et la solidarité entre les générations. Nous avons également montré comment la dramatisation récente du débat sur la catastrophe annoncée des retraites, apocalypse mise en scène par le Rapport Charpin, n'avait d'autre fonction politique que d'imposer comme allant de soi l'instauration d'un système de capitalisation, d'abord prévu comme devant être supplétif du système par répartition, mais en réalité, conçu pour le dynamiter complétement et s'y substituer entièrement.

Dans un deuxième temps, nous avons tenté de montrer de quelle conjoncture idéologique favorable ont bénéficié les FDP. La montée en puissance de l'idéologie néo-libérale n'est pas récente, et cette progression constante a atteint depuis peu le système des retraites pour des motifs dont on doit bien constater qu'il ne tiennent ni à l'efficacité supposée des FDP (puisqu'ils sont inefficaces), ni à leur sécurité supposée, puisque, tout au contraire, ils sont dangereux. Puis, en comparant le système de répartition avec celui de capitalisation, et, plus particulièrement, en comparant la situation française avec celle de pays qui pratiquent un système par capitalisation, nous avons pu montrer les aléas pour les retraités, pour les cotisants, en un mot, pour les salariés dans leur ensemble, que représentent les FDP.

Notre invité, Jacques NIKONOFF (Membre du Conseil scientifique d'ATTAC, Président du mouvement «un travail pour chacun») développe lui aussi l'idée dans son livre (La comédie des FDP, ed. Arléa) que les FDP sont d'abord le produit de ce qu'il appelle la «révolution blanche des ultralibéraux». Il s'agit de casser le contrat social actuel, d'opérer ainsi une révolution à rebours, une révolution conservatrice, et ce pour le plus grand bénéfice des marchés financiers.

Une des méthodes fonctionnement des FDP consiste à pratiquer le corporate governance. Qu'est-ce que la corporate governance ? Les promoteurs de ce type de pratique en donne une présentation idéalisée en disant qu'il s'agit de cette manière d'assurer la transparence de l'entreprise et une meilleure information des actionnaires, propriétaires de l'entreprise. En réalité, il s'agit bien de contrôler l'entreprise en vue d'obtenir la maximisation de sa valeur boursière.

Dès lors, trois questions se posent :

  • Comment les FDP tentent-ils de contrôler les entreprises ?
  • Comment le développement des FDP et de la corporate governance entraîne-t-il l'émergence d'un nouveau capitalisme «fiduciaire» ?
  • Pourquoi constate-t-on un certain aveuglement des chefs d'entreprises français face aux FDP ?

retour en haut
site Attac
Dernière mise à jour : 18 avril 2000
Page réalisée par Roland Vergnioux pour Attac 15ème