Retour Attac Paris 15 
Page suivante
format rtf | ps

A T T A C France

Paris 15e arrondissement

Retour Attac France
Propositions > Spéculation
Fonds de pension et spéculation financière :
le rôle de la Taxe Tobin


Attac 15e, le 9 mai 2000
compte-rendu par Frédéric Viale


En quoi la proposition de taxe Tobin est-elle en lien avec la lutte contre l'instauration des Fonds de Pension (FDP) ?

Le poids des FDP est considérable : les deux cents premiers FDP dans le monde détiennent aujourd'hui des actifs équivalant à 3 000 milliards de dollars, et les investisseurs institutionnels détiennent 64% des 50 premières entreprises. Les FDP ont une part tellement importante du marché qu'ils considèrent être le marché. Donc, les FDP s'achètent et se revendent mutuellement des actions. Or chacun à la même capacité d'analyse financière, ils ne peuvent gagner à tout coup. Ainsi sont ils structurellement amenés à faire de la manipulation boursière. Il s'agit de faire artificiellement monter les marchés dans leur ensemble. Et c'est bien ce que font les FDP américains en multipliant les OPA, ou simplement en les annonçant.

Mais surtout, ce qui se développe extraordinairement, ce sont les mouvements rapides de capitaux permis par une interconnexion globale et informatisée des marchés financiers. Ces mouvements ne sont pas uniquement le fait de FDP, mais surtout d'autres types de fonds, les hedges funds (qui sont des fonds communs de placements) : ceux-ci prennent des positions sur tel ou tel titre, ou sur telle ou telle monnaie, anticipant le prix de cet actif à la hausse, hausse qui advient souvent du fait du mimétisme des marchés financiers.

Dans ce contexte, l'entreprise n'est plus que le support abstrait de la création de la valeur boursière. Tout ce qui ne rentre pas directement dans cet objectif est externalisé. Ainsi, la croissance économique devient-elle axée sur la croissance boursière et se trouve de moins en moins corrélée aux besoins des êtres humains.

L'idée d'une taxation globale de la spéculation financière est là pour tenter de contrecarrer cet état de fait. La Taxe Tobin a été proposée en 1978, par James Tobin (professeur d'économie de Yale et Prix Nobel en 1981). Il s'agissait d'une taxe sur les profits réalisés lors des transactions au comptant (spot) sur les marchés des changes, en réponse aux problèmes des marchés financiers de la fin des années 70 : instabilité monétaire après l'effondrement du système de Bretton Woods, choc pétrolier, chute du dollar, spéculation intense sur les autres monnaies et sur l'or, démarrage difficile du nouveau système de taux de changes flottants. La proposition de James Tobin visait par conséquent à encourager la stabilité financière en faisant payer un prix à la spéculation.

A l'époque, l'utilisation des recettes de la taxe n'était pas la préoccupation première de son initiateur. C'est seulement par la suite que l'utilisation du produit de la taxe Tobin devint un élément central du discours sur la taxation globale. James Tobin tirait son inspiration de Keynes, qui, dès 1936, évoquait la nécessité d'encadrer les marchés financiers, ce qui a été repris par la métaphore de Tobin parlant de « jeter un peu de sable dans les rouages bien huilés » de la spéculation financière. Initialement, le but n'était pas de constituer un fonds international ayant un rôle planétaire axé sur le développement.

Plusieurs points doivent être traités pour bien comprendre le mécanisme et les enjeux de la taxe Tobin :

Lien direct vers la Conclusion.
retour en haut
site Attac
Dernière mise à jour : 13 mai 2000
Page réalisée par Roland Vergnioux pour Attac 15ème