Une mobilisation historique pour la justice sociale et climatique

samedi 16 mars 2019
par  Attac France
popularité : 2%

Plusieurs centaines de milliers de manifestant·e·s partout en France ont répondu, ces vendredi 15 et samedi 16 mars, à l’appel de la marche des solidarités, du mouvement des gilets jaunes, et de la marche mondiale pour le climat, dans plus de 210 rassemblements.
Vendredi 15 mars, plus d’1,4 million de jeunes ont fait la grève pour le climat dans plus de 200 pays sur les 5 continents. Samedi 16 mars, la manifestation parisienne pour la justice sociale et climatique a réuni autour de 100 000 participant·e·s aux cris de « changeons le système pas le climat ».

Face à la farce du grand débat, une véritable exigence de justice sociale et fiscale se fait entendre. Les fortes mobilisations de ce 16 mars, qui prolongent celle des Gilets jaunes, expriment une exigence de justice fiscale et sociale, soutenue par une grande majorité de français·es. Ce qui passe en particulier par le rétablissement de l’ISF, la suppression de la Flat tax, une plus grande progressivité de l’impôt sur le revenu, et un renforcement de la lutte contre l’évasion fiscale.

Attac se félicite que trois grandes mobilisations se rejoignent aujourd’hui : marche pour le climat, contre les racismes et les violences policières et les gilets jaunes, pour exiger un changement de système. Justice sociale, urgence climatique, font partie du même combat, contre l’exploitation de l’homme et de la nature, et contre l’impunité des multinationales.

Nous sommes en état d’urgence sociale et climatique, Emmanuel Macron ne répond ni à la fin du monde ni aux fins de mois, c’est pourquoi les mouvements sociaux ont symboliquement convergé à 15h avec un acte commun. Face à un mouvement aussi massif, Emmanuel Macron et son gouvernement ne peuvent se contenter de belles paroles ou de se faire photographier avec les jeunes manifestants. Ils doivent entendre le message exprimé ces 15 et 16 mars : lutter contre le dérèglement climatique est incompatible avec les politiques productivistes et pro-business défendues par la majorité.

Les centaines de milliers de jeunes et moins jeunes mobilisés ces deux derniers jours pour dénoncer l’inaction des pouvoirs publics en matière climatique placent Emmanuel Macron et le gouvernement face à leurs responsabilités : vont-ils rester sourds et continuer à se défausser sur les engagements individuels, ou vont-ils enfin donner plus d’ambition à la politique climatique française et mettre fin à tous les projets (des autoroutes aux accords de libre-échange) nocifs pour le climat ?


https://france.attac.org/actus-et-m...