Accueil - Écrits

OGM et infantilisation des citoyens

Publié le dimanche 2 octobre 2005.


Paris voudrait l’aide de Bruxelles pour cacher la publication d’ ?tudes sur les OGM.

C’est l’ancienne ministre de l’environnement Corinne Lepage qui a d ?voil ? une note discut ?e le 19 septembre dans une commission de suivi sur la l ?gislation des OGM [1].

Cette note ?manant de la repr ?sentation fran ?aise se r ?f ?re ? un article de la directive de 2001 (2001/18) sur la ?diss ?mination volontaire des OGM [1] dans l’environnement ?. Elle r ?clame que les ? ?tudes de toxicit ? ? soient express ?ment exclues du domaine public.

La l ?gislation europ ?enne pr ?voit que les ?tudes de risques accompagnant le dossier de demandes de culture ? l’air libre ou de commercialisation d’un OGM [1] peuvent ?tre communiqu ?es au public.

Toutefois un article sp ?cifie que les informations ?dont la divulgation pourrait nuire ? la position concurrentielle ? de l’entreprise d ?posant le dossier devront rester confidentielles.

Les autorit ?s fran ?aises estiment que la communication des ?tudes de toxicit ? peut ?entacher la confiance de l’opinion publique ? et ?nuire ? la position concurrentielle de l’entreprise ?.

La Commission europ ?enne doit prendre position sur la demande fran ?aise ?avant novembre ?, selon des sources europ ?ennes.. Dans un communiqu ?, Mme [pmaj]Lepage[/pmaj] a d ?nonc ? ?l’attitude scandaleuse ? des autorit ?s fran ?aises.


Apr ?s les informations sur le nucl ?aire class ?es  ?secret d ?fense ?, on d ?couvre que la v ?rit ? sur les OGM [1] n’est pas bonne ? dire aux citoyens. Et surtout pour ne pas d ?ranger les petits (?) profits. Cela donne une id ?e du m ?pris dans lequel on tient les individus et sur la vision d’un monde o ? les entreprises passent avant la sant ? publique.

[1Organismes g ?n ?tiquement modifi ?s


Répondre à cet article

Pages: 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60