Accueil - Écrits - Coronavirus - construire le monde d’après

Réorientation des investissements

Publié le lundi 4 mai 2020.


S’il est un domaine qui concerne tous les autres, c’est bien celui de l’argent auquel nos sociétés sont si attachées pour en demander toujours davantage, quels qu’en soient souvent les moyens pour y parvenir. La Défense et les moyens de Sécurité prennent de plus en plus d’importance alors qu’il serait grand temps de cesser de dilapider de l’argent pour des armements, pour des guerres, in fine, toujours inutiles.

Dans le futur « après covid-19 », il faudra bien que notre superbe d’être humain dominateur, sûr de lui, et toujours assoiffé d’ »encore plus » s’interroge sur ce qui lui est vraiment nécessaire. Si notre intelligence nous permet d’utiliser la nature, de créer jusqu’à l’« intelligence artificielle » - qui peut être la meilleure comme la pire des choses -, que ce soit pour le bien de tous pour maintenant et pour plus tard ! En France, comme en Europe et dans le Monde, la nécessité de reconsidérer la répartition des dépenses s’imposera pour changer avec humilité et discernement les objectifs mortifères de nos sociétés si nous ne voulons pas que des cataclysmes ne surviennent à nouveau : qu’ils soient climatiques, infectieux, économiques ou même politiques. Assurer un toit, un abri, une maison - un refuge en quelque sorte - est indispensable à toute personne , au même titre que de permettre à chacun de manger à sa faim et de développer ses capacités humaines dans le respect des autres. Ce sont les premiers devoirs à satisfaire mais les dispositions et les moyens actuellement en place sont cruellement insuffisants ou inadaptés ; comment supporter qu’en France même, des personnes soient à la rue alors qu’il existe nombre de logements vides ?

Comment aussi continuer à accepter que l’alimentation des « pays riches » du nord – d’ailleurs excédentaire - s’effectue au détriment de ceux du sud et ce à grand renfort de chimie et de moyens mécaniques dévastateurs, sans parler des coûts de transport et de la destruction d’essences originelles ? La suite de la pandémie actuelle ne peut se faire dans la continuité du système en place d’utilisation des ressources et de l’accaparement des richesses.
« Relancer la machine » sans remise en cause, c’est assurément envoyer l’humanité à sa perte.

Il faut cesser de gaspiller des investissements dans la Défense* et l’obsession
paranoïaque de la sécurité, pour les reporter vers la préservation du climat** et vers les besoins humains essentiels : santé, savoir ***, entraide. Au lieu de financer des recherches dans le domaine militaire, que ce soit plutôt pour mieux connaître notre environnement et nous-mêmes et respecter par nos agissements les interactions que nous provoquons : la pandémie actuelle en est une triste et sévère illustration. Si au lieu de laisser faire les lobbys agricoles et maritimes et de subventionner leurs plus grandes entreprises, l’Etat s’employait à aider davantage les petites entreprises, alors les citoyens y trouveraient non seulement des avantages qualitatifs mais aussi une confiance mutuelle qui manque tant de nos jours. Cette disposition pourrait même être poursuivie pour permettre à chacun d’avoir une partie d’auto-suffisance alimentaire par l’octroi de lopins de terre, échange de connaissances et de services mis en commun. Le principe de solidarité devrait à nouveau prédominer et non ceux de rentabilité d’ailleurs souvent à court terme et inconséquents.

* 2000 milliards par an sont dépensés dans le monde pour l’armement
** moins de 4% étaient consacrés à l’ « Ecologie et au développement et mobilités durables » en 2019 en France
*** les budgets de la Défense et des Sécurités en 2019 en France totalisaient près de 90% de celui de l’enseignement scolaire