Archives de catégorie : ATTAC France

LURRAMA 2019

L’équipe de Lurrama a présenté la thématique 2019 et le programme des conférences à la ferme Pintan Darricau de Bayonne.

« Le climat c’est la vie ! » sera le fil conducteur de nombreuses conférences et projections. C’est Valérie Masson Delmotte, vice-présidente du GIEC, et Piero Sardo, président de Slow Food et Biodiversité qui parraineront cette 14ème édition.

ATTAC Pays Basque sera présent pour montrer la responsabilité des multinationales et le rôle des accords de libre échange:
1/ dans la dégradation du climat,
2/l’empêchement du développement d’une agriculture paysanne, au service de la population pour une alimentation saine, respectueuse du bien-être animal et de l’environnement.

Réservez vos dates : 8 – 9 et 10 novembre 2019
à la Halle d’Iraty
Rue de Pitchot
64200 Biarritz

Pour toute information pratique : Lurrama 2019

Contre-sommet G7 Ez !

Le G7 est terminé. Macron crie victoire, Biarritz a été protégé et les militants altermondialistes étouffés par la militarisation du Pays-Basque. Laurent Nunez explique que la collaboration avec les organisateurs a été parfaite et a permis d’éviter les débordements ; il remercie donc la plate-forme G7 Ez ! nous donnant ainsi le « baiser de la mort ». Et pourtant, de ce G7, il n’en sera rien sorti. D’officiel en tout cas… les tractations secrètes entre les services les moins démocratiques des 7 puissances ont certainement été très actives, mais de cela, nous n’en saurons rien.

Côté contre-sommet, les conférences, ateliers et expositions dans le village alternatif d’Hendaye et au Ficoba à Irun auront été un vrai succès, avec plus de 5.000 participants et de vrais discussions et débats, mettant notamment certains responsables d’organisations faces à leurs responsabilités.
Autre succès, le camp d’accueil qui aura permis à plus de 4.000 militants de venir nous rejoindre. Autogestion, circuit court, démocratie directe, prix libres, entre-aide, toutes nos propositions d’un mode de fonctionnement alternatif ont pu être mise en avant durant la semaine de fonctionnement de ce camp.
Enfin, la grande manifestation du 24 août aura vu plus de 15.000 personnes défiler sous le soleil à Hendaye, une grande manifestation populaire et familiale pour exposer à la presse du monde entier nos demandes et nos propositions pour « un autre monde ».

Côté action, c’est l’échec patent. Pour des raisons diverses. Mais nous n’avons jamais été en mesure de pouvoir organiser des actions permettant de perturber la mécanique bien huilée et ultra-sécuritaire de ce G7. C’est d’ailleurs la seule chose que nous avons pu mettre en évidence : nous vivons dans un Etat de plus en plus policier, de plus en plus militarisé, qui infiltre les mouvements contestataires avec des agents provocateurs, qui interdit aux journalistes de pouvoir travailler, qui interpelle des observateurs des Droits de l’homme, qui bunkérise une ville et toute une région, qui frappe, humilie et interne les opposants…

Pour ceux qui veulent se faire une opinion de l’ambiance de ces quelques jours de contre-sommet, voici une revue de presse relativement complète produite par ATTAC France : Revue de presse ATTAC.

Pour aller un peu plus loin, voici les principales critiques de ce contre-sommet, ainsi que des démentis produits par des membres de la plateforme :

Série de reportages de Radio-Parleur
Texte très virulent contre G7 Ez du collectif « Désarmons-les »
Tribune d’un militant ATTAC et membre de G7 Ez sur le bilan du contre-sommet
Démenti de Bizi
Démenti d’Alternatiba



Appel pour l’annulation des mesures liberticides du 18 mars

Un appel signé par plus de trente organisations (syndicats, associations, médias, collectifs citoyens, forces politiques, élus et groupes politiques) et des personnalités :

Un nouveau seuil a été franchi dans la dérive autoritaire du gouvernement. Après l’inscription de l’état d’urgence dans le droit commun, l’adoption du projet de loi « anti-manifestant·e·s » qui accroît les mesures liberticides vis-à-vis des manifestant·e·s et des Gilets Jaunes, nous apprenons que l’exécutif souhaite mobiliser les militaires de l’opération Sentinelle pour intervenir face aux mobilisations sociales. Un État de droit, une démocratie, la République ne sauraient accepter que l’armée se retrouve face au peuple, comme s’il était un ennemi, comme si la guerre civile était déclarée.

L’ONU a déjà mis en garde la France, pays de la déclaration des Droits de l’Homme, pour ses manquements à ses engagements pour les libertés fondamentales. Beaucoup connaissent l’aggravation de cette situation depuis longtemps, que ce soient les migrant·e·s, les quartiers populaires, qui ont été le champ d’expérimentation d’un maintien de l’ordre souvent en dehors des principes de l’État de droit. La situation prend cependant une gravité inédite. La pénalisation du mouvement social, écologiste et syndical, le mépris au regard des contre-pouvoirs, est une façon d’empêcher tout dialogue, toute issue positive aux crises de notre époque.

Face aux destructions de bâtiments ou autres actes de violence, le gouvernement ne doit pas jouer aux pompiers pyromanes mais faire preuve de responsabilité. Il est temps de penser les conditions de la désescalade. Pour cesser de nourrir la tension, l’État a le devoir d’en finir avec les provocations et le recours à un arsenal sécuritaire aussi exponentiel qu’inefficace, comme il le fait depuis des semaines vis-à-vis des gilets jaunes. Il est intolérable que des armes dangereuses, dont nous réclamons l’interdiction, aient tant blessé, estropié de manifestant·e·s. Le bilan est déjà tragique et historique. Le droit fondamental de manifester se trouve maintenant clairement menacé. Nous refusons cette menace, y compris dès le samedi 23 mars.

La baisse des tensions que nous souhaitons suppose également que les pouvoirs publics répondent concrètement aux aspirations qui s’expriment largement dans le pays pour la justice sociale, pour une vie digne pour chacune et chacun, pour la lutte contre le mortifère réchauffement climatique.

Nous appelons toutes les forces vives progressistes du pays, attachées aux libertés publiques, à faire cause commune pour que le gouvernement change de ton et de réponse, pour que la démocratie ne soit pas bafouée mais renforcée, pour le retrait de la loi anti-manifestants, et l’annulation des mesures liberticides annoncées ce lundi 18 mars par le Premier ministre.

Nous prenons date en ce jour pour une nouvelle réunion plus large encore jeudi 28 mars afin d’y prendre ensemble des initiatives.

Signataires :

ANV-COP 21 ;
ATTAC ;
Comité Justice pour Adama ;
Coopérative Ecologie Sociale ;
Le DAL ;
EELV ;
Ensemble ;
Gauche républicaine et socialiste
Génération.s ;
L’Humanité ;
L’UNEF ;
L’Union Nationale Lycéenne ;
La Chapelle Debout ;
La France insoumise ;
La FSU ;
Là-Bas si j’y suis ;
La Gauche Républicaine et Socialiste (GRS) ;
Le groupe de la Gauche démocrate et Républicaine ;
Le groupe parlementaire de la France Insoumise ;
Le Mouvement National Lycéen ;
Le Parti Communiste Français ;
Le Nouveau Parti Anticapitaliste ;
Le Parti communiste des ouvriers de France ;
Le Parti de Gauche ;
Le Parti Ouvrier indépendant ;
Le Parti Ouvrier indépendant démocratique ;
Le SNES ;
Le Syndicat de la Magistrature ;
Le Syndicat des avocats de France ;
Les Amis de la Terre ;
Regards ;
Solidaires ;
Sud Postes 92 ;
Union Syndicale Solidaires ;

Jean-Félix Acquaviva, Député de Corse ;
Taha Bouhafs, Journaliste ;
Paul André Colombani, Député de Corse ;
Marie-Noëlle Lienemann, Sénatrice ;
Bénédicte Monville, Conseillère régionale d’ile de France
Jean-Marc Salmon, chercheur

D’autres signataires devraient rejoindre cet appel. Une prochaine réunion aura lieu le 28 mars pour décider d’initiatives communes.

Débat Public sur l’Europe

Flyer de grand débat public sur l’Europe organisé par Attac Pays Basque : au format PDF

Durant cette période pré-électorale, ATTAC Pays Basque a souhaité organiser un grand débat public sur l’Europe. Co-animé par F. Viale, juriste, et Attac PB, ce débat permettra de faire le point sur ce qu’attendent les citoyens des futurs élus et ouvrir la réflexion sur l’orientation que nous voulons donner au fonctionnement de l’Union Européenne.

A partager massivement.

Conférence loi travail JEAN-MARIE HARRIBEY

Le 24 Octobre à la maison pour tous d’Anglet
                                   Jean-Marie Harribey décortique la loi travail
                                             18h30: accueil expo/apéro
                                             19h15: Exposé
                                             20h15: Questions/débat
                                             21h30: Fin de soirée

CONFERENCE « CONTRE LINKY ET LA VIE CONNECTEE »


Présentée par PIECES ET MAIN D’OEUVRE
Maison des Associations allée de GLAIN,
​mardi ​7 Mars 2017; accueil à 19h30


​Les secrets de Linky
« Avec les nouveaux compteurs d’électricité (Linky), de gaz et d’eau, nos foyers deviennent « intelligents » : connectés, communicants, producteurs de données. Pris dans les filets électroniques du « big data », nous voilà transparents aux yeux du pouvoir et de l’industrie jusque dans notre intimité, ciblés en fonction de notre “profil”, tandis que les machines pilotent nos vies à notre place. Derrière ce simple boîtier, découvrons la “ville intelligente” (smart city), son idéologie, ses projets et leurs responsables, ainsi que les raisons et moyens de s’y opposer ».

Pièces et main d’oeuvre, atelier d’enquête critique à Grenoble, auteur notamment de L’Industrie de la contrainte et de Terreur et possession. Enquête sur la police des populations à l’ère technologique (éditions L’Echappée). ​

Pour le comité Attac Pays basque:

AFECTADOS (Rester debout)

Voir les rendez-vous via l’onglet RdV page d’accueil

http://local.attac.org/paysbasque/?event=afectados

AFECTADOS (Rester debout)

Sortie nationale le 16 novembre 2016.

Un film de Silvia Munt

Espagne, 2015, 1h23, Tous publics

http://dissidenzfilms.com/afectados-rester-debout/

Seminci de Valladolid 2015 – Premier Prix Documentaire, DocLisboa 2015

Frappée de plein fouet par la crise économique de 2008, l’Espagne a vu son taux de chômage frôler les 27% en 2012. Des centaines de milliers de personnes se sont alors retrouvées dans l’incapacité de rembourser leur crédit immobilier puis expulsées de leur logement, tout en restant endettées auprès de leur banque. A Barcelone, un collectif citoyen, apolitique et spontané, s’est mis en place pour proposer son aide à ces victimes de prêts toxiques –des hommes et des femmes de tous âges et de tous horizons qui n’auraient jamais pensé qu’ils pourraient un jour se retrouver sans emploi et sans toit. Et qui n’auraient peut-être jamais osé demander de l’aide, meurtris par la honte et l’incompréhension. A travers l’entraide et la solidarité, ils vont reprendre espoir et surtout voir la vie et le monde qui les entoure sous unnouveau jour.]

[« J’ai voulu produire un témoignage intime, par le cinéma, sur la situation sociale en Espagne. Je voulais donner à voir la fragilité des gens, et surtout faire entendre leur voix. Le film est donc centré sur le parcours de familles et d’individus : je ne voulais pas adopter une approche chiffrée mais plutôt montrer leurs souffrances, leurs batailles, leurs défaites mais aussi leurs victoires.Car dans ce processus, beaucoup d’entre eux ont trouvé en eux quelque chose de fort, de profondément révolutionnaire : la joie de se retrouver sur l’essentiel, d’être généreux avec les autres, de construire une force de groupe et de faire face ensemble » ]

Silvia Munt

Distributeur DISIDENZ film.

Contact-associations : raymond.macherel@gmail.com

http://dissidenzfilms.com/afectados-rester-debout/

Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (A.P.H.G.)

Sur le film https://www.aphg.fr/Film-Afectados-Rester-debout

Suite projection:Le film de la soirée par Laura del Sol https://www.youtube.com/watch?

v=ieOiqs1HTqs&feature=youtu.be

http://www.gnolas.org/joomla/index.php/different/different-9-l-equipe/les-films-2016/lagranja-del-pas

MOBILISATION EUROPÉENNE CONTRE CETA TAFTA TISA

MOBILISATION EUROPÉENNE CONTRE CETA TAFTA TISA

voir onglet les rendez-vous page d’accueilhttp://local.attac.org/paysbasque/?event=2101-journee-europeenne-contre-ceta

21 JANVIER 2017

Le traité de libre échange négocié entre l’Europe et le Canada arrive devant le parlement européen le 02/02/2017,

La plupart des députés européens n’ont pas pris connaissance du texte, tout ayant été fait pour qu’ils ne le puissent pas : (texte dans pièce sécurisée, demande de rendez-vous nécessaire, stylo/téléphone/appareil photo interdits pour prendre connaissance d’un texte de 1600 pages).

L’opposition citoyenne a été complètement méprisée, normal et récurrent, M Junker président de la Commission européenne pense « qu’il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens », cela est clair, le commerce et les affaires n’ont pas à souffrir et ne regardent pas ceux qui vont pâtir des dispositions prises.

Or, le CETA , comporte des dispositions qui sont des attentats massifs à la démocratie, les mécanismes d’arbitrage et de coopération réglementaire vont donner aux multinationales le pouvoir de déréglementer ce qu’il nous reste de protections, qu’elles soient sociales, environnementales ou douanières et d’imposer leurs lois commerciales. Tous ces traités de libre échange sont des instruments de dislocation des sociétés humaines, l’intérêt général ne vaut rien face aux règles du profit maximum, peu importe que ce style de commerce détruise tout, les hommes et la planète.

La responsabilité du gouvernement français dans la destruction de notre démocratie est écrasante,

Il a martelé que le CETA était un « bon accord ».

Il a utilisé pour empêcher le Parlement de s’exprimer sur la question, des méthodes honteuses pour fausser le vote de la commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale le 7 octobre 2016. CF note.

Il a abreuvé les élus au Parlement français « d’éléments de langage », hélas très peu ont pris connaissance du texte.

Il est sourd à la contestation montante.

Il est temps pour le gouvernement français sorte de sa défense absurde et acharnée du libre-échange et de son autisme, un autre commerce mondial est possible.

Nous ne céderons pas ! Nous refusons la concurrence généralisée entre les peuples. Nous exigeons que de véritables débats populaires soient organisés

C’est pourquoi le 21 janvier 2016, partout en Europe les collectifs STOPTAFTA/ CETA/TISA appellent à se rassembler.

Ici nous rejoindrons nos amis Basques et Espagnols sur le pont d’Hendaye/Irun à 16h30 pour une chaîne humaine, suivie d’un Parlement des Peuples.

Collectif stoptafta PB

Pour en savoir plus :

Analyse article par article : https://france.attac.org/IMG/pdf/cetavraiment-.pdf

http://transatlantique.blog.lemonde.fr/2016/10/07/demissionner-pour-mieux-voter-letrange-manoeuvre-des-socialistes-pour-eviter-le-blocage-du-ceta/

 

Manifestation nationale le 15 octobre

Malgré l’opposition grandissante des citoyens, l’Union Européenne et le Canada poursuivent le processus de ratification du CETA.
Ce traité comporte exactement les mêmes dangers que le Tafta prétendument abandonné.
Il s’agit de démanteler toute entrave au commerce et à l’investissement, au seul profit des sociétés multinationales, quelles que soient les conséquences pour la vie des peuples.
Ça suffit !Manifestation nationale le 15 octobre
TAFTA ET CETA, MÊMES DÉGÂTS, ET MÊME COMBAT !
Pour dénoncer ces funestes traités,
Pour empêcher la signature et l’application provisoire  du CETA
Rendez-vous à Bayonne
Le samedi 15 Octobre à 10h15
Esplanade Roland Barthes (ex Mail Chaho-Pelletier)