Capitalisme absolu, conscience et dissidence - Réflexions sur le Grand marché transatlantique (TAFTA)

par Ingmar Granstedt
dimanche 26 juillet 2015
par  Robert Joumard

Dans ce court essai stimulant (disponible en pdf en bas de page), Ingmar Granstedt, auteur de « L’impasse industrielle » en 1980, analyse le système politico-économique actuel, en s’appuyant sur son évolution depuis le grand virage ultra-libéral des années 80. Dans cet espace en construction, les États-providence seraient arasés, législations et réglementations réduites au minimum et alignées au plus bas, pour donner le maximum de flexibilité, de fluidité, voire d’instantanéité aux investissements, aux affaires, aux mouvements commerciaux.

Les actuelles négociations des traités multi-latéraux de libre-échange le montrent abondamment.

Au fur et à mesure que le « tout marché », le « tout privé » et la dérégulation ont pris le dessus, la fonction de gouvernement des pouvoirs politiques s’est modifiée. Elle consiste de moins en moins à agir sur les causes des grands problèmes de société et de plus en plus à agir sur leurs effets.

I. Granstedt qualifie ce système d’intégrisme, de capitalisme ultra avec ses talibans du marché, et finalement de capitalisme absolu englobant.


Documents joints

Capitalisme absolu, conscience et dissidence

  • Emissions de radio