“Les Sentinelles” au cinéma à Vichy : un bon moment partagé !

mercredi 23 mai 2018
par  Attac03Vichy
popularité : 80%

Le comité local d’Attac Bassin de Vichy en partenariat avec le Club Cinéma et le cinéma Etoile Palace a organisé la projection du film documentaire Les sentinelles le mercredi 30 mai 2018 au cinéma Etoile Palace. à Vichy. La projection a été suivie d’un débat en présence du réalisateur Pierre Pézerat et, de Josette Roudaire, ouvrière dans l’usine de filage et tissage d’amiante Amisol à Clermont-Ferrand. Plus de 70 spectateurs et spectatrices : un bon moment partagé !

Le film de Pierre Pézerat, "Les Sentinelles", est un hommage aux lanceurs d’alerte qui durant quarante ans ont dénoncé les scandales sanitaires, de l’amiante et des pesticides notamment Josette Roudaire, Jean-Marie Birbès, Paul François... Des ouvriers, un agriculteur. Les uns ont travaillé au contact de l’amiante, dans l’usine Amisol de Clermont-Ferrand et dans l’usine Eternit de Terssac dans le Tarn. L’autre est agriculteur, devenu malade au contact des pesticides . C’est grâce au combat des Josette Roudaire que l’amiante a pu être interdit en France !
Photo : débat avec Pierre Pézerat le réalisateur

Ces victimes et militant-e-s sont les personnages principaux du film "Les Sentinelles" de Pierre Pézerat et ont en commun leur lutte pour faire émerger les scandales sanitaires que sont l’amiante et les pesticides. Leur rencontre avec Henri Pézerat, le père du réalisateur, directeur de recherche au CNRS, diplômé de l’Ecole de Chimie de Lyon et toxicologue, a été déterminante. Décédé en 2009, Henri Pézerat était avant tout un lanceur d’alerte qui a étudié l’amiante et les causes de son caractère cancérogène.
En creux, au travers du témoignage de ces hommes et femmes, le film est donc devenu aussi un hommage à son père pour qui les travailleurs étaient "les sentinelles du risque toxicologique, professionnel ou environnemental" qu’il fallait les aider à se battre pour que ces crimes industriels ne restent pas impunis…
Dans le débat qui a suivi le réalisateur Pierre Pézerat a pu revenir sur l’actualité des combats menés par ces sentinelles. Au détour des discussions, Josette Roudaire a pu nous rappeler que le droit de certain-e-s salarié-e-s est aussi un droit qui nous protège toutes et tous. Le statut des cheminots actuellement mis en cause est aussi un moyen de nous protéger tous : le ou la cheminot-e qui décide de suspendre son travail si il ou elle considère que les conditions de sécurité ne sont pas suffisantes pour toutes et tous est "protégé" par son statut *...

Entre loi sur le secret des affaires et décision de la cour de cassation dans le cadre du procès mené par les victimes de l’amiante, une séance d’actualité

La séance de ce mercredi 30 ami à Vichy a collé à l’actualité !

La Loi portant sur le « Secret des affaires » était en cours d’adoption. Elle pourrait dissuader les lanceurs d’alerte de s’exprimer. Le texte est la traduction dans le droit français d’une directive européenne de 2016, déjà très critiquée à l’époque. Cette Loi vise à protéger les entreprises contre la communication à des concurrents ou au grand public d’informations considérées comme confidentielles. En fait le concept de « secrets d’affaires » est si vaste que quasiment n’importe quelle information interne à une entreprise pourrait être classée dans cette catégorie. Une pétition a été lancée par des journalistes (Elise Lucet....) et des personnalités (comme les porte-paroles d’Attac) est a déjà recueillie plus de 540 000 signatures. Cette loi adoptée par le Parlement en première lecture a été... durcie par le Sénat !

De leur côté, les victimes de l’amiante et leurs proches, engagés depuis plus de vingt ans dans un épuisant combat judiciaire ont vécu un véritable scandale : fin juin 2017, le parquet de Paris a requis l’arrêt de l’instruction dans plusieurs enquêtes pénales ouvertes notamment contre des entreprises dont les salariés ont développé des pathologies après avoir été exposés à cette fibre cancérogène qu’est l’amiante. L’andeva (Association Nationale de Défense des Victimes de l’Amiante) a fait appel de cette décision. La Cour de cassation doit décider le 19 juin 2018 si elle confirme ou non la mise en examen des huit responsables nationaux impliqués dans deux affaires du scandale de l’amiante, à Jussieu et à Dunkerque.

Le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP) estime qu’entre 2009 et 2050, il y aura jusqu’à 100 000 décès par cancer du poumon ou par mésothéliome auxquels s’ajoutent d’autres cancers tels que ceux du larynx ou des ovaires, pour lesquels la responsabilité de l’amiante a été confirmée. Selon l’Association Nationale de Défense des Victimes de l’Amiante, chaque année 3.000 personnes meurent de l’exposition à l’amiante, dont les poussières se déposent dans les poumons et épaississent le tissu pulmonaire. Les effets ne sont pas immédiats : une personne exposée peut contracter une asbestose -une fibrose pulmonaire- après quelques années, ou un cancer après vingt à quarante ans…

Le combat de l’agriculteur Paul François contre Monsanto nous rappelle que le pot de terre peut aussi gagner contre le pot de fer… surtout si les pots de terre sont de plus en plus nombreux !

La loi sur le secret des affaires n’est peut-être finalement qu’une digue que les multinationales tentent de faire rehausser quand le niveau de la contestation monte... . A ce sujet, la marche des cobayes sera dans l’Allier entre le 8 et le 11 juin ! Rejoignez la vous aussi pour faire monter le niveau !


D’autres actualités en lien avec le sujet

— A lire sur le site de France 3
En remettant en doute le lien entre produits phytosanitaires et maladies, la ministre de la Santé Agnès Buzyn s’est mise à dos tous les détracteurs des pesticides, comme le Charentais Paul François. L’agriculteur milite pour la création d’un fonds d’indemnisation pour les victimes de ces produits......

— La marche des cobayes

— Un représentant syndical comparait pour diffamation publique pour avoir dénoncé les conditions de travail vécus par près de 200 salariés de l’entreprise « Environnement Recycling » de Montluçon le 5 juin .