Ce n'est pas l'annonce de l'assassinat de Samuel Paty par un étranger radicalisé en France qui va améliorer le sort des migrants dans notre pays.
À chaque attentat, éclatent les cris d'orfraie, crépitent d'appels à la vengeance les réseaux, improprement appelés sociaux, surenchérit la surenchère dans une indécente et mortifère sarabande. Les migrants sont perçus comme une menace, forcément grandissante. " Y'a qu'à fermer les frontières, y'a qu'à les renvoyer dans leur pays à la moindre peccadille..."
La pandémie ( venue de Chine! ) a ignoré les frontières et n'a pas arrangé la situation.

"Avec l'immigration. Mesurer, débattre, agir" le dernier livre du sociologue et démographe François Héran arrive à point nommé pour tordre le cou à quelques clichés et à faire triompher la pédagogie sur la démagogie ( rime très riche! ).

 

 L’atroce assassinat de Samuel Paty, au-delà de l’émotion légitime, suscite des réactions multiples, souvent violentes. Le crime en lui-même est abominable, et ravive des querelles, voire des haines et des rejets, qu’il est bon d’analyser et de raisonner. Toute prise de position est instrumentalisée, dans un but politique ou idéologique. En tant que militants altermondialistes, que pouvons-nous dire? Tout d’abord que nous sommes résolument partisans de la laïcité dans le domaine politique, c’est à dire que les religions n’ont pas leur place en tant que telles dans les choix politiques et ne peuvent être mises en avant pour justifier les orientations locales, nationales ou internationales. A l’échelon individuel, chacun est libre de ses choix tant qu’il respecte les lois de son pays, tant que celui-ci est laïc. Qu’il soit donc clair que l’assassinat de Samuel Paty est un crime (homicide volontaire). Le problème est l’instrumentalisation de la religion islamique, mise en avant par l’assassin:l’enseignant aurait offensé l’Islam en montrant et commentant des caricatures du prophète Mahomet. Caricatures qui avaient déjà déclenché la tuerie de Charlie Hebdo. La liberté de penser et la liberté d’expression font partie des valeurs de notre république laïque. Il est du rôle des enseignants d’expliciter ces valeurs devant ses élèves. Il existe en France une justice républicaine et laïque pour sanctionner les manquements ou les dépassements de ces libertés. Nul n’est autorisé à faire justice soi-même. Ceci étant, il est certain qu’une croyance religieuse engage profondément lesindividus qui l’adoptent, et que ces fidèles peuvent se sentir blessés par ceux qui la moquent. Nous pensons que c’est le prix à payer pour préserver la laïcité. Nous ne voulons pas de nouvelle guerre de religion. L’Islam est une religion respectable, reconnue par la République au même titre que les autres grandes religions. La République demande simplement à chaque citoyen, de même qu’à chaque individu présent sur le territoire, de respecter les lois en vigueur.On parle de radicalisation lorsque au sein d’un groupe, ou d’une religion, des individus s’organisent pour imposer, éventuellement par la violence, leurs propres valeurs, leurs propres lois, fussent-elles religieuses. Le recours systématique à la violence dans ce cadre est du terrorisme. C’est ce phénomène qui nous préoccupe, d’autant plus qu’il s’internationalise, et qu’il est instrumentalisé par des organisations présentes dans plusieurs pays, voire par ces pays eux-mêmes. L’intégrisme, c’est considérer que ces pratiques violentes font partie de la religion et que celle-ci justifie ces violences, alors qu’en réalité elles sont liées à des considérations politiques. Nous, militants laïques d’Attac, respectons la liberté d’adhérer ou non à une religion, particulièrement les 3 grandes religions monothéistes, mais nous dénonçons l’intégrisme qui menace directement notre société au nom de valeurs détournées de leur sens premier. La république a inventé la laïcité pour éloigner le risque de guerre de religion, restons attachés à cette valeur

              1957131
ATTAC Vienne (Pays Rhodanien) et CinéClap 
avec le soutien de la Ligue des Droits de l'Homme, Crock Radio et d'Amnesty International 
vous invitent à la projection du film de David Dufresne 
UN PAYS QUI SE TIENT SAGE
Le vendredi 20 novembre à 19h au Cinéma l'Amphi
Débat avec le sociologue Olivier Fillieule.
Il est  prudent de réserver auprès du cinéma.

Quatre séances supplémentairs sont prévues.

Guillame Erner a reçu David Dufresne sur France Culture, cliquer sur le lien suivant pour suivre l'émission.

https://www.youtube.com/watch?v=1JlwgQY8CFo&feature=youtu.be

 

 
 

Ce fut, en 1945, une victoire politique du mouvement ouvrier que d’instaurer une socialisation d’une partie du salaire.

Le concept de bien commun a été réhabilité pour désigner à la fois les biens que la collectivité décide d’élever au statut de « communs » et la méthode démocratique pour les gérer collectivement. Mais, le plus souvent, ce concept concerne les biens que la dévastation écologique menée par le capitalisme productiviste menace, condamne et/ou privatise : l’eau, l’air, toutes les ressources naturelles, la terre, la préservation du climat, les connaissances, etc. En témoignent les nombreuses luttes qui sont menées par des communautés, des associations, partout dans le monde, pour en asseoir la légitimité et en assurer la pérennité.

Mais il est une institution à propos de laquelle il est rarement dit qu’elle relève du bien commun dans ses deux acceptions. Il s’agit de la Sécurité sociale, dont nous devrions célébrer le 75e anniversaire pour en rappeler le sens politique. D’une part, la Sécu réalise une mise en commun d’une partie de la valeur ajoutée par le travail, par le biais de la cotisation sociale calculée par un pourcentage du salaire. Ce fut, en 1945, une victoire politique du mouvement ouvrier, grâce à la pression de la CGT et du Parti communiste, que d’instaurer une socialisation d’une partie du salaire. Une socialisation qui est passée en quelques décennies de 0 à 40 % environ de ce salaire, cotisation incluse. Certes, cette avancée politique a été affaiblie idéologiquement par l’invention d’une trouvaille sémantique distinguant cotisation salariale et cotisation patronale, alors que c’est le travail qui paie tout (puisque, de toute façon, il crée toute la valeur économique). Il n’en reste pas moins que le principe de la Sécu est l’une des victoires sociales les plus impressionnantes du XXe siècle, au point d’avoir progressivement permis d’universaliser la protection sociale.

 Pour le philosophe, reprendre aujourd'hui le cliché d'une "voie unique" vers le progès, c'est refuser de tirer les leçons de la crise climatique et de voir les ruines qu'elle laisse derrière elle.

Pour lire l'article du Monde : cliquer sur ce lien.

Bonjour à tous,
Une marche des solidarités est partie de Marseille cette semaine. Nous en avons été informés samedi dernier.
https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/09/19/une-population-en-danger-pas-dangereuse-depart-de-la-marche-des-solidarites-avec-les-sans-papiers_6052869_3224.html

L'ASTI et l'Ouvre-Porte ont été sollicités pour accueillir la marche le 30 septembre.
Dans l'urgence, il est apparu plus simple que Chasse-sur-Rhône accueille pour la nuit, plutôt que de s'enliser dans des considérations avec la ville de Vienne. Il faut accueillir au moins 60 personnes.
La marche arrivera du sud le 30 en milieu d'après-midi à Vienne, un tracé de manifestation est déposé en préfecture, porté notamment par Myriam pour ATTAC, avec prise de parole, sous réserve de validation soumise aux conditions sanitaires.
Puis, il nous faudra acheminer tout ce petit monde au bassin nautique de Chasse, car les marcheurs souhaitent camper jusqu' à changement d'avis dicté par les conditions ...météo auquel cas, c'est la salle J.Marion qui les accueillera (Chasse toujours)
ATTAC, via Myriam, centralise les dons pour la cause.
Une réunion a eu lieu lundi dernier, une nouvelle réunion a lieu demain lundi 18h30 au siège de l'ouvre-porte 10 rue Beaufort Chopin.
Il ne reste que quelques jours. Eric Berger est à l'initiative pour les organisations impliquées, auxquelles nous ajoutons XR, ANV-COP21, Amnesty.
Nous vous ferons suivre les mails sur le sujet, dès qu'ils apporteront des infos décisives.
>
A+

Cédric et Myriam

external contentduckduckgocom 1

Nous sommes toujours là
par Upop


Chères upopiennes, chers upopiens,

Nous vous souhaitons en grande forme, et indemne du long passage de la pandémie.
Nous nous sommes effacés depuis le confinement, et la fin prématurée des saisons culturelles partout dans le pays. Le secteur artistique et culturel est en grande souffrance. Nous aimerions faire passer un message de solidarité et d'estime à toutes les structures et à tous les salariés, indépendants, intermittents, artistes, qui offrent à ce pays la respiration démocratique et artistique dont nous avons tant besoin.
Que pouvons-nous faire sinon nous effacer pour un automne ? Histoire de laisser la place à celles et ceux qui organisent des événements qui les font vivre. C'est donc notre parti pris.
Nous reviendrons en janvier avec un programme court mais intense, dans le pays viennois, et le pays roussillonnais. Les confs annulées cette année seront reprogrammées, et d'autres moments inédits viendront ponctuer cette 5ème saison !
Déjà 5 saisons ... Et une assemblée générale qui aura lieu à la fin de cette année. N'oubliez pas, pour y participer, de souscrire à votre adhésion annuelle. 10€ de soutien pour l'ensemble de notre saison, et pour que perdure l'idée de l'Université populaire.
A bientôt
Il connaissait des histoires intéressantes et il savait très bien les raconter. Mais je ne voulais pas écouter : je voulais vivre.
Tiré de "Le monde du bout du monde"
Luis Sepulveda est décédé des suites du covid-19 le 16 avril 2020
Upop | 07/09/2020 à 16:43 | URL : https://wp.me/p7rDcd-KW


Source : Alternatives économiques, 10 septembre 2020

Selon l’Insee, la diminution des allocations logement et la réforme de la fiscalité du capital ont creusé les écarts de niveaux de vie en 2018.

On s’en doutait, l’Insee vient de le confirmer : la politique fiscale d’Emmanuel Macron a creusé les inégalités. Deux études, qui viennent d’être publiées, en attestent.

Comme chaque année à cette période, la première fait le point sur l’évolution des principaux indicateurs d’inégalités (niveaux de vie, indice de Gini, pauvreté, etc.). Ce rendez-vous statistique annuel était particulièrement attendu cette fois-ci, car il concerne l’année 2018 et permet donc d’appréhender les effets des premières réformes mises en œuvre par Emmanuel Macron. Le titre de cette publication est d’ailleurs explicite : « En 2018, les inégalités de niveaux de vie augmentent ». Elles s’accroissent même « nettement » apprend-on un peu plus loin dans la publication. Fermez le ban !

La deuxième étude, publiée mardi 8 septembre, se penche plus précisément sur l’impact des réformes de 2018 de la fiscalité du capital. C’est-à-dire la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et son remplacement par un impôt sur la fortune immobilière (IFI), ainsi que la mise en place d’une flat tax sur les revenus du capital, également appelée prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 %. Là aussi, la conclusion, fondée toutefois sur une modélisation et non sur des constats statistiques, est sans appel : les grands gagnants sont les 5 % des Français les plus riches, qui voient leur niveau de vie annuel augmenter de plus de 1 000 euros.

Des pauvres plus pauvres

Des riches plus riches et des pauvres plus pauvres : voilà malheureusement un bon résumé de l’évolution des niveaux de vie, tel que mesuré par l’Insee.

Sous-catégories

Aujourd'hui 25

Sur la semaine 58

Sur le mois 894

Depuis le 20 avril 2018 26044

Kubik-Rubik Joomla! Extensions