Imprimer

nouveau

Chers amis,

Sera en librairie demain : Le trou noir du capitalisme. Pour ne pas y être aspiré, réhabiliter le travail, instituer les communs et socialiser la monnaie (Le Bord de l’eau, 2020, 298 p., 20 €).
 
Présentation ici :
http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/ouvrages/trou-noir.pdf
 
http://www.editionsbdl.com/fr/books/le-trou-noir-du-capitalisme/782
 
Bonne lecture...
Jean-Marie Harribey
 
Commander l'ouvrage chez l'éditeur


Jean-Marie Harribey

Réhabiliter le travail, instituer les communs et socialiser la monnaie pour ne pas y être aspiré

Le capitalisme ressemble de plus en plus à ces trous noirs qu’ont identifiés les astrophysiciens. Entraîné par une logique d’expansion infinie, il entend absorber toutes les activités humaines, les ressources naturelles, les connaissances et tout le vivant, pour en faire des marchandises.

Mais cette dynamique menace de rompre : en rabotant drastiquement les droits sociaux et en détruisant les équilibres naturels, le capitalisme engendre une crise systémique indépassable car elle jumelle pour la première fois dans l’histoire contradictions sociales et écologiques. Il égare donc l’humanité dans une voie sans issue, la financiarisation de l’économie ne pouvant que nous y précipiter encore plus vite.

Ce livre réunit de façon inédite les racines sociales et écologiques de l’impasse du mode de production capitaliste. Il montre que les concepts fondamentaux de Marx d’exploitation, de valeur tournée vers l’accumulation de capital et de rapports sociaux inégalitaires, restent les meilleurs outils d’analyse critique.

Il définit ensuite trois principes de bifurcations possibles pour quitter cette voie sans issue. Réhabiliter le travail, pour lui donner sens et dignité. Instituer les biens et services publics et les biens communs, pour garantir un espace non marchand hors de la propriété privée. Socialiser la monnaie, pour lui rendre son caractère collectif et politique. La réunion de ces trois principes est directement inspirée de l’avertissement de Polanyi, selon lequel la marchandisation du travail, de la terre et de la monnaie serait mortifère pour la société. Il est possible alors de s’éloigner du trou noir du capitalisme en rompant avec sa logique et d’amorcer ainsi une véritable transition sociale et écologique.

Jean-Marie Harribey est professeur agrégé de sciences économiques et sociales et ancien maître de conférences à l’Université de Bordeaux. Il est l’un des animateurs d’Attac-France, de la Fondation Copernic et des Économistes atterrés. Il a déjà publié notamment La richesse, la valeur et l’inestimable (Les Liens qui libèrent, 2013), Les feuilles mortes du capitalisme (Le Bord de l’eau, 2014).

 

Catégorie : Le groupe de lecture collective
Affichages : 334