Entretien avec Gérard Duménil

https://www.contretemps.eu/
Dans cet entretien avec Guillaume Fondu, Gérard Duménil revient sur ses analyses du néolibéralisme, de la financiarisation de l’économie et sur les transformations du capitalisme liées au rôle toujours accru des cadres. Gérard Duménil est notamment l’auteur, avec Dominique Lévy, de La grande bifurcation. En finir avec le néolibéralisme (La Découverte, 2014, 160 p), à propos duquel on pourra relire cet entretien, et de Managerial Capitalism. Ownership, Management and the Coming of a New Mode of Production (Pluto Press, 2018, 272 p).

L’imposture Macron.
Compte rendu de lecture. 12.12.18. Quelques pages sur la santé (123-133). Christan

La santé est abordée dans l’objectif n° 2 du business model au service des puissants d’E.Macron : casser les services publics et les acquis sociaux. La santé est impactée par bien des points.
- Briser un peu plus les protections des salariés du privé
- Remettre en cause le statut de la fonction publique :
    . ne plus recruter au statut que les « vrais fonctionnaires » : police, justice, armée. 120 000 emplois de fonctionnaires doivent disparaître. C’est beaucoup.
    . la part des dépenses publiques dans le PIB doit être réduite de 54, 7 % à 51,1 %
    . création en octobre 2017 du comité d’action publique 2022 (CAP 22) constitué de 34 experts issus pour moitié de l’ENA + des créateurs d’entreprise numérique et des directeurs de fonds d’investissement. Le rapport du comité n’était pas encore rendu que le gouvernement en annonçait les conclusions (1°février 2018) : individualisation de la rémunération des fonctionnaires, recours accru aux contractuels, plans de départs volontaires, revoir le dialogue social en simplifiant les instances représentatives.
    . redéfinir le périmètre de l’action publique, voir ce qui peut être externalisé ou privatisé
    . autre formulation : les services publics sont-ils mieux rendus par des fonctionnaires rigides ou par des services privés plus souples ?
    . nouveau contrat social, rémunération au mérite. Valoriser « la France qui bouge,qui se modernise pour tenir son rang. La fonction publique est un bastion de résistance aux réformes néolibérales, il faut la casser rapidement mais habilement, c’est nécessaire pour l’émergence du nouveau monde.


    Ce programme est celui de Thatcher et Blair, il y a 30 ans !


À PROPOS DU LIVRE D’ATTAC "TOUJOURS PLUS POUR LES RICHES"
LA RÉGRESSION EST EN MARCHE

Contribution de Georges

(DE LA PAGE 7 A LA PAGE 44)

Jamais au cours de la Ve République une politique aussi clairement en faveur des riches et de la finance n’avait été appliquée : 10 % des Français détiennent déjà la moitié des richesses et Macron veut accentuer cette disproportion.
L’impôt n'est juste que si les populations lui accordent leur consentement. Mais alors quel impôt ?
LA DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME 1789 s’appuie sur un principe fondamental :
Le principe de répartition avec le droit garanti aux citoyens de consentir (la contribution commune ou publique) et le droit d’en vérifier l’application et la détermination de son assiette.
Ne pas s’acquitter de son impôt constitue un larcin fait à la nation.
Or le système français est devenu fondamentalement injuste, en réduisant l’application de ses principes à la portion congrue et en imposant deux vitesses de fiscalisation : l’une pour les plus riches qui ignorent sans vergogne leur devoir citoyen et l’autre pour les plus modestes et les couches moyennes, sur lesquels est transféré l’essentiel de l’impôt.


LES PRINCIPAUX IMPÔTS

L’imposture Macron

Un « business model » au service des puissants

jeudi 5 avril 2018, par Attac France

Mots-clés : Inégalités, Emploi, Revenu, Travail, Néolibéralisme

 

L’illusion d’une sortie de la crise actuelle par des politiques néolibérales est-elle nouvelle ? C’est ce que prétend incarner Emmanuel Macron, en voulant créer une mystique salvatrice via ses réformes économiques et sociales. Un an après son élection, Attac et la Fondation Copernic décryptent dans cet opus les impasses d’une politique qui se prétend résolument moderne alors qu’elle n’a de cesse de prendre des mesures issues de l’ « ancien monde »

 
 

Nouveau livre Attac :

Publication 29 août 2018

Bonjour

Le nouveau livre d’Attac : L’abécédaire engagé sort en librairie aujourd’hui, vous pouvez le commander sur la boutique en ligne d’Attac.

De Naomi Klein à Susan George, en passant par Tadzio Müller, Éric Toussaint, Chico Whitaker, Monique Pinçon-Charlot, Antoine Deltour, Christian Laval et Pierre Dardot, Mariana Otero, José Bové, Jérôme Baschet…, une soixantaine d’auteurs et autrices ont façonné les mots de cet abécédaire engagé.

Publié à l’occasion des vingt ans d’Attac, ce beau livre se lit comme l’histoire en cours des résistances et des alternatives en faveur d’un monde juste, écologique, démocratique et solidaire. Au détour des pages, des images superbes donnent vie aux événements, aux mobilisations et aux actions menées par l’association altermondialiste et ses partenaires au long de ces vingt dernières années. Il s’agit ici de se réapproprier les mots et le désir d’agir qui fondent la possibilité d’un autre monde.

Domy

Les travaux du groupe de lecture collective du livre 'Toujours plus pour les riches" se poursuivent.

Voici la contribution de Yves

FARCES ET ATTRAPES DE L'ÉVASION FISCALE

Suite de la lecture collective du livre "Toujours plus pour les riches".

Évasion et fraude

 Ce que ça nous coûte : Il y a 220 milliards cachés dans les paradis fiscaux par les Français fortunés et 370 milliards par les grandes entreprises nationales = 590 milliards d’évasion fiscale. Manque à gagner par la non-déclaration : 30 milliards d’euros par an (mission parlementaire en 2012). le manque à gagner (évasion plus la fraude) = 60 à 80 milliards d’euros. 1 euro sur 5 échapperait à l’impôt C’est l’équivalent du déficit budgétaire de l’État. Il faut ajouter 76 mesures : 6 dont les entreprises bénéficient aux entreprises et ont coûté 44 milliards d’euros en 2017.

 Le but : Éviter l’impôt avec des montages sophistiqués très complexes faits par les États, les cabinets conseils, les avocats. Les entreprises (surtout internationales) peuvent baisser leurs taux d’imposition en plaçant une partie de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux : toutes les failles du système juridique sont exploitées : on parle d’optimisation fiscale agressive.

 Il n’y a pas de définition juridique à l’évasion fiscale contrairement à l’optimisation et à la fraude. L’évasion fiscale est à la limite de la légalité (optimisation et fraude). L’optimisation classique permet de réduire ses impôts en utilisant des dispositifs légaux (niches fiscales)

 Fraude : non-déclaration de revenus et du patrimoine imposable et non reversement de l’impôt. C’est la manipulation de prix de transfert pour délocaliser artificiellement des bénéfices vers un État appliquant un faible taux d’imposition.

 Jean Ziegler : « l’ennemi principal des hommes est aujourd’hui la dictature mondiale des oligarchies du capital financier globalisé et l’ordre absurde avec son cortège d’humiliés, d’affamés et des vies fracassées. »

 

 Paradis fiscaux

 Rôle nocif des paradis fiscaux : bulles financières, blanchiment, corruption.

Les nouvelles techniques de paiement électronique ont permis un immense développement des activités bancaires et financières et prennent une place prépondérante dans la mondialisation financière.

 Rôle des paradis fiscaux dans la crise de 2008 : vente et échange de titres issus de la transformation des crédits en produits financiers.

 Une multitude de listes de paradis fiscaux où il est difficile d’y voir clair. Les critères de définition divergent. Aucune mesure efficace n’a été prise à ce jour.

Dominique

 

Quand l’État se défausse sur les collectivités locales

 

En introduction, il est rappelé que l’État, derrière l’égalitarisme de façade (redonner du pouvoir d’achat aux Français), se cache la volonté de favoriser les plus fortunés, clairement assumée.

Exemple : la réforme de la taxe d’habitation. La suppression se fera par tiers, jusqu’en 2020. 42 % des foyers fiscaux bénéficiant déjà d’abattements ou d’exonération, cette réforme profitera principalement aux plus aisés.

Depuis les lois de décentralisation (1982-1983) les collectivités locales ont en charge les principaux besoins sociaux : solidarité (vieillesse, handicap, établissements médico-sociaux, RSA), logement, et ont un grand rôle dans l’aménagement du territoire, l’économie locale.

Sous-catégories

Aujourd'hui 9

Sur la semaine 178

Sur le mois 656

Depuis le 20 avril 2018 15526

Kubik-Rubik Joomla! Extensions