Article publié 'et raduit par les bons soins de

François Ruffin

The Lancet est la revue internationale de référence en matière de médecine. Ils viennent de publier un article sur la politique française face au Covid-19, qu'on vous traduit ici (merci à notre super bénévole Robin).
La clé ? "Les autorités ont fait valoir que le dépistage n'était pas nécessaire", malgré les recommandations de l'OMS et l'exemple sud-coréen. Une erreur que nous pointons depuis le début de la crise.


"La réponse française au COVID-19: des difficultés intrinsèques au rapport entre la science, la santé publique et la politique

Face aux critiques, les autorités françaises affirment que leur politique à l'égard de la pandémie du syndrome respiratoire aigu sévère Coronavirus 2 (SARS-CoV-2) est fondée sur des preuves - elles ont nommé un comité consultatif de 11 scientifiques pour aider à gérer la crise. Cependant, dans les situations où les décideurs sont confrontés à une incertitude radicale, s'en tenir aux approches conventionnelles pourrait compromettre le rapport entre science et politique.

Premièrement, le simple fait de regarder l'évolution des cas confirmés ne permet pas de tirer des leçons en temps réel de la politique. Bien que l'épidémie ait commencé de manière concomitante en Corée du Sud, en Italie et en France, (le 1er février 2020, le nombre de cas confirmés du COVID-19 était de 12 en Corée du Sud, 6 en France et 3 en Italie) la Corée du Sud a su contrôler l'épidémie 6 semaines plus tard, tandis qu'une augmentation rapide des cas était bien réelle en Italie et débutait en France.

Malgré les recommandations de l'OMS, la stratégie sud-coréenne de tests de masse, de recherche des contacts et de distanciation physique n'a été adoptée ni en France ni en Italie, et la plus grande mesure adoptée a été le confinement tardif des 2 pays (le 9 mars en Italie et le 17 mars en France).

 Santé et CRS

Même s’ils assurent leur service avec dévouement et abnégation, les personnels soignants, tout comme les électeurs, pourraient bien s’en souvenir........

Si vous avez 2 minutes 15  disponibles, regardez et écoutez cette vidéo : 

Édito de Julie Garnier pour l'insoumission. 

https://youtu.be/PI5FKD1s4hA

PS :  Libération  du 8-Avril

Christophe Lannelongue, directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) du Grand-Est, vient d’être démis de ses fonctions, lors du Conseil des ministres de ce mercredi matin, pour avoir évoqué le week-end dernier le maintien du plan de restructuration du Centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Nancy. Propos qui lui avaient été reprochés dès le lendemain par le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui a affirmé, peu après dans un tweet, que «l’heure viendra de tirer les enseignements de cette crise sans précédent et de refonder notre hôpital. Tous les plans de réorganisation sont évidemment suspendus à la grande consultation qui suivra».

 

Source : L’Humanité, 3 avril 2020

Table ronde. Mireille Bruyère, Bernard Friot, Jean-Marie Harribey, Michel Husson.

La pandémie du coronavirus agit comme un révélateur des impasses dans lesquelles est engagé le système capitaliste. Un état de choc mondial qui implique un renversement de ses tendances mortifères, exacerbées par le néolibéralisme.

Télécharger l'article en pdf

La société FAMAR LYON basée à Saint-Genis-Laval (Métropole de Lyon), sous-traitante de l’industrie pharmaceutique employant un peu plus de 250 salariés, risque une fermeture si aucune solution de reprise n’est présentée au Tribunal de Commerce.

Pour en savoir plus 

Pour signer la pétition, cliquer sur le lien ci-dessous :

https://nationalisationfamar.wesign.it/fr

 

Voici maintenant une compil' de quelques merci et bravo !!
POUR VOUS :
"Bonjour à toutes et à tous, 
Je voulais vous remercier infiniment pour votre aide à travers la livraison de masques à L'EHPAD les Verts Monts à Charly (69).
Mes parents sont confinés à l'intérieur et nous sommes tellement impuissant....
C'est tellement important de sentir que des personnes nous tendent la main sans même nous connaître. 
Depuis le week-end dernier, l'équipe et la direction se sont confinés avec eux. 
Je vous remercie de tout mon cœur 😍 "

«Une hausse impressionnante des décès», jusqu’à 63% en Seine-Saint-Denis, selon l’Insee

Source:  2020-04-03 16:51:38 Le Parisien

Des chiffres qui témoignent des conséquences de l’épidémie du coronavirus sur la population. Pour la seconde semaine consécutive, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publie ce vendredi le nombre de décès hebdomadaires depuis le 1er mars de cette année, date à laquelle l’épidémie due au virus SarsCov2 s’est envolée en France. Des chiffres que l’Institut ne publie d’habitude que nationalement et mensuellement, mais qu’il a été décidé de rendre public exceptionnellement durant la période en cours.

Sylvie Le Minez, cheffe de l’unité des études démographiques et sociales de l’Insee, détaille pour nous les dernières données, issues des déclarations obligatoires de décès remontées par les services d’Etat civil de toutes les communes du pays.

Entre la troisième et la quatrième semaine de mars, certains départements ont vu le nombre de morts s’envoler. Qu’en est-il exactement ?

SYLVIE LE MINEZ. Oui, il y a une hausse très marquée des décès dans la semaine du 21 au 27 mars par rapport à la semaine précédente. Cela est très net lorsque l’on analyse les données remontées par voie dématérialisée (NDLR : remontées informatiques, plus rapides que les remontées « papiers »). Ainsi, le cas de la Seine-Saint-Denis est très frappant : 63 % de décès en plus la troisième et la quatrième semaine, on passe ainsi de 196 décès à 320, soit 124 décès en plus en sept jours, une accélération très nette. Si l’on observe, toujours pour ce département, les mêmes chiffres dématérialisés du 1er au 27 mars et qu’on les compare à 2019, la hausse est de 32 %.