LETTRE MENSUELLE OCTOBRE 2017

mardi 1er octobre 2019
par  Attac Paris 12

Crise climatique, mondialisation néolibérale : mettre les multinationales hors d’état de nuireLes multinationales se nourrissent de la destruction du vivant et de l’exploitation des populations.
Face à la complicité et l’irresponsabilité des gouvernements, en particulier celui d’Emmanuel Macron, les mouvements pour le climat (manifestations, grèves, désobéissance etc) se développent en France et un peu partout dans le monde depuis ces 12 derniers mois.
Les 20 et 21 septembre, dans le cadre de mobilisations internationales pour le climat, nous nous sommes mobilisés en France sous le mot d’ordre collectif : « climat, justice sociale : mobilisation générale ». Parce que les inégalités sociales, les discriminations, la précarité s’aggravent sous l’effet de la crise écologique, cette rentrée doit constituer un nouvel élan face à la catastrophe climatique pour donner lieu à de nouvelles alliances. C’etait l’occasion que tous les citoyen-ne-s, tous les jeunes inquiets pour le présent et l’avenir de la planète se mobilisent.
L’occasion également d’appuyer les rapprochements et convergences entre mouvements écologistes, féministes, syndicaux, des quartiers populaires, de gilets jaunes, de gilets noirs et bien d’autres, qui souhaitent agir aux côtés des mouvements pour le climat.
Nous prolongerons nos actions de septembre aux côtés de la semaine internationale de la rébellion par des actions contre l’impunité des multinationales.
Les multinationales sont aussi les premières bénéficiaires des accords de libre-échange. Elles sont à la manœuvre pour obtenir des pouvoirs publics de nouveaux accords qui leur ouvrent de nouveaux marchés et assurent la protection de leurs intérêts.
Derrière des grands discours dénonçant un "capitalisme fou" ou des "accords qui organisent le dumping social et environnemental" Emmanuel Macron a coup sur coup fait voter au coeur de l’été le CETA par l’Assemblée nationale et validé la finalisation de l’accord UE-Mercosur par la Commission européenne. Cette jonction Mercosur-CETA a néanmoins fragilisé une majorité parlementaire plus hésitante que prévue sur le sujet, sans doute interpellée par le basculement de l’opinion publique qui ne croit plus dans les promesses de ces accords de commerce.
La bataille n’est donc pas finie et se poursuit dans les mois à venir : un vote négatif au Sénat - peut-être en octobre - n’est pas à exclure, auquel cas le CETA reviendrait à l’Assemblée.
Du côté du Mercosur, tout le monde convient que la Commission européenne aura grand mal à trouver une majorité au sein du Parlement européen pour ratifier un tel accord. Il est donc de notre responsabilité de maintenir la pression sur les parlementaires en les interpellant dans leurs circonscriptions (Qui a voté quoi sur le CETA ?) et de continuer à mener campagne contre ces accords de libre-échange et pour la re-régulation de la mondialisation.
Face à l’impunité des multinationales, une semaine mondiale d’action se déroulera du 11 au 19 octobre : nous nous mobiliserons partout en France pour mettre les multinationales Total, Amazon, Bayer-Monsanto ou BNP-Paribas hors d’état de nuire.

Réunion du comité Attac Paris12° Jeudi 3 octobre 20h
Voir l’ordre du jour

Gagnions le référendum Votez dans le 12e
Voir l’affiche

Ciné débat d’Attac Paris 12e Ciné débat d’Attac 12 e : 19h : Accueil et petite restauration. 19h30 : Projection sur la face cachée du libre échange. Des vidéos décryptant le système des tribunaux d’arbitrage qui donnent un pouvoir opaque aux multinationales face aux politiques gouvernementales encadrés par les accords commerciaux internationaux. Après le débat ouverture du bar avec petite restauration.
Voir l’article

Petit guide pour comprendre et combattre l’impunité des multinationales Impunité fiscale, Impunité environnementale et climatique, Impunité sociale et sociétale : pourquoi cette impunité ? Comment y mettre un terme ? Comment passer à l’action ?
Telecharger le petit guide

TÉLÉCHARGEZ LA LETTRE


Documents joints

PDF - 550.3 ko