Assemblée Générale ordinaire des adhérents

Porto Alegre vu par Attac Pays d’Aix, le jour de l’Assemblée générale de février 2002.

vendredi 22 février 2002

On ne peut pas rendre compte de ce que fut ce deuxième Forum Social Mondial de Porto Alegre sans dire un mot de la "crise" argentine, présente à chaque instant, sur toutes les lèvres et dans tous les esprits.

Elle doit nous interroger fortement sur la capacité de l’"autre camp" à précipiter tout un peuple dans une économie de crise - il y a des B52 partout et souvent ils sont "fictifs" !

La forte présence des argentins - 1200 ! - a aussi permis de souligner une solidarité qui a fait caisse de résonance planétaire et il faut maintenant nous interroger sur les moyens que nous voulons nous donner de prolonger cette solidarité entre eux et nous par des échanges et des actes concrets. Je peux vous dire qu’eux n’attendent que ça ! La question est : comment allons-nous pouvoir cheminer ensemble ?

Ignacio Ramonet, dans un séminaire qu’il animait sur Info, Média et Démocratie nous rappelait les caractéristiques des informations diffusées quotidiennement : elles sont en général courtes, élémentaires, pathétiques souvent, distractives et toujours fragmentaires, cloisonnées.
Le but du cloisonnement est bien sûr que l’auditeur ne forme pas trop facilement le lien entre différents événements relatés, ne trouve pas la cohérence qui les lie entre eux.

Pour reprendre l’exemple de l’Argentine, la fragmentation et le cloisonnement des mesures prises et annoncées par les Pouvoirs Publics avaient pour seul but de ne provoquer que des réactions sectorielles :
- on diminue les retraites de 30% et on a une manifestation des retraités,
- on réduit les dépenses publiques et on a une manifestation des fonctionnaires,
- etc.

Ainsi pourrait-on dire que le peuple argentin continuait de manifester une étonnante "patience sociale"... d’où absence de "crise".
Personne n’a vu venir la capacité des gens à trouver ensemble une cohérence entre toutes ces mesures et à en faire une synthèse, ce qui a provoqué l’explosion sociale qui a surpris tout le monde !

Au Forum Social, 60000 participants, venant de 150 pays - l’ONU en compte 190 - , représentant quelque 4500 organisations différentes, sont aujourd’hui en mesure de décrypter les événements majeurs, tant dans leurs pays respectifs que dans le monde, d’en trouver la cohérence. Ils sont donc aussi en mesure de l’expliquer à d’autres, une fois rentrés chez eux. C’est la naissance et la croissance d’une opinion publique mondiale, d’une rumeur mondiale, qui circule d’autant plus vite et facilement qu’il y a Internet.

Ce qui a été frappant et bouleversant à Porto Alegre, ce qui est totalement nouveau à cette échelle là, c’est la synergie au niveau mondial, une sorte de confluence de pensées, de volontés, de mouvements, venant de partout, qui a fait de Porto Alegre, pendant 5 jours, un village global dans lequel l’unité de pensée a fait pièce à la pensée unique, grâce à sa diversité géographique, politique, ethnique, culturelle.

Ces 60000 participants ont réussi à souligner que l’humanité avait une origine commune et un destin commun.

"Porto Alegre, ça a été une prise de conscience de ce que nous sommes, une prise de conscience de là où nous en sommes, une prise de conscience de vers où nous voulons aller ensemble" (dixit un universitaire US)

Je termine en évoquant un représentant d Sénégal qui disait, à propos de l’économie solidaire qu’il fallait qu’elle crée de l’espoir pour devenir un mouvement. Le Forum Social Mondial a réussi à devenir le lien et la source d’un immense espoir qui met en mouvement la société civile dans au moins 100 pays du monde ! Du jamais vu !

Obrigado - Merci
Ernest Hussy


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1682 / 527005

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Altermondialisme   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License