La leçon de responsabilité des Grecs à l’Europe par Romaric Godin dans La Tribune

lundi 26 janvier 2015

25/01/2015
En choisissant de rompre avec l’obéissance aux politiques européennes par la voie démocratique, malgré l’ampleur du choc d’austérité, les Grecs ont donné une leçon que le reste de l’Europe serait bien inspiré d’écouter

.

Sans doute, dès lundi, aurons-nous déjà les lamentations et les colères habituelles des commentateurs. Cette victoire de Syriza en Grèce sera pour les uns le nouveau signe de « l’irresponsabilité » d’un pays qui l’a déjà prouvé sur le passé sur le plan budgétaire. D’autres se lamenteront sur les difficultés qui attendent à nouveau l’Europe en raison des caprices de « ce petit pays. » En d’autres termes, on blâmera l’outrecuidance de ce « petit peuple » à contester la sagesse des directions qui lui ont été données depuis Bruxelles. Pourtant, le peuple grec a, ce 25 janvier, donné plus d’une leçon de responsabilité à l’Europe. Des leçons qu’il serait irresponsable de négliger.

Echec des partis « pro-européens »

Peu importe si Syriza aura ou non la majorité absolue. Ce dimanche, le désaveu des Grecs pour des dirigeants Européens qui n’avaient guère caché leur soutien au gouvernement sortant (on se souvient de Jean-Claude Juncker voulant revoir des « têtes connues ») est sans ambiguïté. L’échec des deux partis qui ont défendu et mené la politique dictée par l’Europe est cuisant. Le Pasok et Nouvelle Démocratie, qui, en 2009, représentaient 77 % de l’électorat et qui, en 2012, avaient encore mobilisé 42 % des exprimés, ne recueillent cette fois qu’un tiers des voix. Mais il s’est exprimé dans les urnes. Par la démocratie. C’est la première leçon, peut-être la plus sublime, du peuple grec à leurs partenaires européens : celle de croire dans un changement possible par le processus démocratique. Cet espoir est d’autant plus remarquable que l’Europe avait tout fait pour neutraliser la démocratie.

Echec de la stratégie de contournement de la démocratie de l’UE

Ce qui a été vaincu ce soir, ce sont toutes les manœuvres des institutions européennes pour se rire du choix des électeurs depuis près de 5 ans. Et elles ont été innombrables : les politiques économiques imposées par la troïka à des gouvernements élus ; les chantages de la BCE à des parlements et à des gouvernements comme à Chypre et en Irlande ; les « consensus » entre les grands partis exigées comme en Grèce en 2012 ou, avant même, au Portugal et en Espagne ; les pressions et les intimidations enfin lors des campagnes électorales comme les Grecs viennent encore d’en connaître.

Le choix de la démocratie

Malgré tout, les Grecs, qui avaient beaucoup descendu dans la rue entre 2010 et 2012, mais qui, en 2012, avait donné une dernière chance à l’Europe, ont montré ce soir qu’ils croyaient qu’en Europe, il est possible de changer de politique européenne par les urnes. Malgré les humiliations et les pressions, ils ont montré qu’ils croyaient encore en une Europe démocratique. Les grands de l’UE ne doivent pas prendre cette leçon à la légère. Ils doivent accepter ce choix sans chercher à exclure la Grèce pour cette seule faute : celle d’avoir fait confiance à la démocratie. S’il advenait que la Grèce finisse par sortir de la zone euro, ceci signifierait que la démocratie en Europe n’est qu’une façade limité aux camps qui acceptent une seule politique économique. Autrement dit, qu’elle n’est qu’un leurre. L’Europe fait donc face ce soir à un défi considérable qui décidera de son avenir.

Un pays humilié et ravagé

Lire la suite
Source de l’article : http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150125trib38639e184/la-lecon-de-responsabilite-des-grecs-a-l-europe.html


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 63 / 531561

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Europe   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License