Pour une Europe sociale,politique, écologique, culturelle...et solidaire

Par Bernard Lagune
lundi 12 juillet 2004 par Bernard LAGUNE

Après les élections du 13 juin la crise
de légitimité de la construction
européenne est désormais
flagrante. La majorité parlementaire et les
partis candidats à l’alternance ont
escamoté le débat sur la « constitution » et
n’ont pas soufflé mot des politiques
libérales que le traité grave dans le marbre.
Le mode de scrutin antidémocratique a eu
pour résultat de laminer ou de supprimer la
représentation des petites formations. La
machine politico-médiatique se met en
marche pour signifier aux citoyens que
l’approbation de la « constitution » est
incontournable, soit parce qu’en rester au
traité de Nice serait une catastrophe, soit
pour minimiser les enjeux de cette
approbation.

Ainsi Michel Rocard déclare
dans Libérationdu 2 juillet : « En dehors
de quelques dispositions générales cette
constitution n’est qu’un règlement intérieur
de l’Europe, à peine amélioré par rapport à
celui de Nice ». Quant au n o nde certains
socialistes, c’est une « erreur dramatique
 », ajoute Rocard, car « cela induit un
décrochage par rapport à la tradition
socialiste ».

Le deuxième enseignement de ces
élections, il faut le tirer du parachutage non
abouti de « listes altermondialistes ». La
question du « débouché politique » du
mouvement altermondialiste devient un
leitmotiv jusqu’à présent assez peu
argumenté. Je reprendrai pour ma part une
partie de l’argumentaire de Philippe Corcuff :
notre ambition est que nos idées soient au
pouvoir et Attac ne peut que se féliciter que
se développe une compétition entre forces
politiques pour traduire ses préoccupations.
Attac s’efforce de faire vivre un autre rapport
à la politique par l’éducation populaire et par
l’exploration pluraliste d’un nouveau projet
d’émancipation. La politique en effet ne
relève pas du monopole des partis. Toutefois
la politique électorale et institutionnelle
demeure leur domaine spécifique.
Les prochain forums sociaux, européen
à Londres en octobre 2004 et mondial à
Porto Alegre en janvier 2005 seront
porteurs de ce débat, tout comme les
discussions en cours sur « la nouvelle
dynamique pour Attac ».

Pour notre comité local,l’heure est
plus que jamais au renforcement des
convergences entre les principales
composantes du mouvement social.
Structurer notre activité autour de trois
axes (mondialisation, Europe et rapports
nord sud, travail et protection sociale,
environnement, consommation et
économie solidaire), poursuivre l’effort en
matière de formation (après les formations
sur l’Europe et la dette du tiers monde),
redynamiser les réunions mensuelles et
consacrer davantage de débat à la vie
interne du comité, telles sont les priorités
pour la rentrée. Le Café citoyen du 9
septembre y sera consacré.

Mais nous n’oublierons pas que
l’Europe « sociale »poursuit sa marche :
passage de 35 heures à 40 heures par
semaine sans compensation salariale chez
Siemens en Allemagne, discussion au sein
de la Commission européenne de la directive
sur « le pays d’origine » qui aggrave au sein
de l’Union européenne l’AGCS, publication
d’une décision du Conseil constitutionnel
consacrant la primauté du droit européen sur
la Constitution française, discussion au
parlement français de la loi sur l’assurance
maladie, vote de la privatisation d’EDF-GDF,
etc.

Aussi l’action pour « une autre Europe »
va-t-elle demeurer au centre de nos
préoccupations pour construire un large
rassemblement contre la ratification du
texte proposé par les chefs d’État et de
gouvernement.

Bernard Lagune


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1454 / 509928

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Autres...  Suivre la vie du site Archives éditoriaux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License