Banque de l’ombre et titrisation, le cynisme des financiers pour les pays pauvres ! 23 octobre par Nicolas Sersiron*

mercredi 24 octobre 2018

Voir la BM (Banque mondiale) et le FMI (Fonds monétaire international) favoriser le « shadow banking » [1] et la titrisation [2] - responsables majeurs de la grande crise de 2007-2008 - pour financer le truc invraisemblable qu’on appelle les ODD (Objectifs du développement durable) est insupportable. Une fois de plus il faut le redire les pays dits « développés » ne sont devenus riches et industrialisés que parce qu’ils ont pillé les ressources naturelles, humaines et financières des pays dits en « développement », cela depuis des siècles et plus particulièrement depuis un demi-siècle, justement depuis que le Club de Paris [3] existe. Depuis que la dette illégitime, la corruption et les assassinats des leaders nationalistes ont remplacé les armées coloniales d’occupation. Il fallait amplifier le vol des richesses des pays nouvellement indépendants, pour faire advenir la société de conso-gaspillage et ainsi développer les profits de ses capitaines.

"Une fois de plus il faut le redire les pays dits « développés » ne sont devenus riches et industrialisés que parce qu’ils ont pillé les ressources naturelles, humaines et financières des pays dits en « développement »"

Pour que les pays en « développement » rattrapent les pays « développés » il faudrait qu’ils réussissent à leur tour à piller les pays industrialisés et d’autres pays en développement, ce que la Chine réussi très bien à faire, malheureusement pour la planète. Le réflexe protectionniste de Trump peut être analysé comme un acte anti pillage. La compétitivité et le libre-échangisme prônés en permanence par l’ultralibéralisme montrent là leurs limites. La liberté n’est bonne que si elle profite au plus fort. Ce n’est pas avec le « shadow banking » et la titrisation qui rapporteront des profits essentiellement aux grands détenteurs de capitaux, associés aux bourgeoisies complices du Sud, que les pays en « développement » pourront aller vers une société égalitaire, apportant une vie digne à leurs citoyens, respectueuse de l’environnement et de notre futur à tous. Futur que les pays en développement n’ont pas compromis : l’Afrique avec près du quart de la population mondiale a émis moins de 5 % des gaz à effet de serre. Alors que les grands actionnaires européens puis étatsuniens, les autres ensuite, poussent à grands feux la planète de tous dans une dynamique d’effondrement.

LIRE LA SUITE

*Nicolas Sersiron Ex-président du CADTM France, auteur du livre « Dette et extractivisme »
Après des études de droit et de sciences politiques, il a été agriculteur-éleveur de montagne pendant dix ans. Dans les années 1990, il s’est investi dans l’association Survie aux côtés de François-Xavier Verschave (Françafrique) puis a créé Échanges non marchands avec Madagascar au début des années 2000. Il a écrit pour ’Le Sarkophage, Les Z’indignés, les Amis de la Terre, CQFD.
Il donne régulièrement des conférences sur la dette.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 4 / 486086

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Finance   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License