Rassemblement à Aix-en-Provence,

vendredi 15 janvier 2021 par Saroma

le samedi 16 janvier à 10h30, aux Allées Provençales


Communiqué

Encore une atteinte à nos libertés !

NON à la dérive autoritaire du gouvernement !
• Après la loi dite « de sécurité globale » et ses mesures liberticides, massivement rejetées par les citoyen·ne·s,
• Après la loi sur le « séparatisme », qui porte atteinte aux droits fondamentaux,
voici maintenant trois décrets permettant de ficher, selon leurs opinions
politiques et leurs croyances, tous les citoyen·ne·s et associations de France
,
renforçant la loi de sécurité globale.

De très nombreuses associations, syndicats et personnalités ont déposé en décembre un recours devant le Conseil
d’État, la plus haute juridiction administrative en France. Celui-ci a validé ces décrets le 4 janvier, jugeant qu’ « ils "ne
portent pas une atteinte disproportionnée à la liberté d’opinion, de conscience et de religion, ou à la liberté syndicale" ».
Décision incompréhensible car, en réalité, sous couvert de sécurité publique, l’extension des trois fichiers (déjà
existants) baptisés "PASP", "GIPASP" et "EASP" va permettre à la police, sans débat démocratique, sans contrôle de
la Justice, de nous ficher encore plus massivement : opinions et convictions politiques, philosophiques, religieuses
et syndicales, aussi bien de la population que des associations, afin de museler toute opposition ouverte, tout délit
d’opinion.
Dans ces fichiers seront aussi enregistrés : identifiants personnels, photos, commentaires sur les réseaux sociaux,
« troubles psychologiques révélant une dangerosité particulière », « comportements et habitudes de vie » (y compris
orientation sexuelle), « déplacements », « pratiques sportives », enfants à partir de 5 ans s’ils se trouvent dans
l’entourage d’une personne considérée dangereuse, etc. etc. Qui dit mieux ?
De plus, les critères d’application de ce fichage demeurent flous, laissant une large place à l’arbitraire policier.
Cela pose de très graves questions, entre autres :
• À quelles fins exactes, avouées ou non, ces fichiers seront-ils établis ?
• Que serait-il fait de ces fichiers si un régime fascisant advenait un jour en France ?
• Et sur le fond, quel est cet État qui concède peu à peu le terrain à des idées d’extrême droite que l’on croyait
incompatibles avec la République et la démocratie ?
Nous pensions jusqu’ici que ce type de lois et décrets était réservé à des états notoirement autoritaires, à des régimes
dont la répression des libertés et des différences est le mode de gouvernement ordinaire. Nous nous trompions !
L’État français, en brouillant consciemment le message républicain, est en train de basculer progressivement du côté
de l’obscurité.

C’est pourquoi nous appelons les citoyen·ne·s du Pays d’Aix à s’insurger contre ces atteintes de plus en plus graves
à nos droits et libertés, à manifester massivement, par tous les moyens, leur opposition à ces décrets inacceptables,
et à participer au
rassemblement à Aix-en-Provence,
le samedi 16 janvier à 10h30, aux Allées Provençales
NON au fichage systématique des citoyen·ne·s
et des associations !


Premiers signataires : LDH Pays d’Aix, ATTAC Pays d’Aix, COLL.E.C Pays d’Aix, Syndicat de la Magistrature, Les
Déconnomistes, Aix Solidarité, La Quadrature du Net, UL-CNT13, Extinction-Rébellion-Pays d’Aix, Jeunes Communistes
d’Aix, Collectif Étudiant Défends tes Droits, Gilets Jaunes Marseille-centre


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 33 / 550995

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Attac dernières  Suivre la vie du site Les rendez-vous d’Attac   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License