Origine de la pièce "le Procès de la dette"

dimanche 4 mai 2003

Sur l’initiative du groupe Dette d’Aix et du Sud Luberon, "le Procès de la Dette" a été joué lors du CAC d’Aixle 16 janvier 2003 par des comédiens, militants d’Attac faisant pour la plupart du théâtre amateur puis le 29 avril au théâtre de Pertuis. Elle sera rejouée le samedi 24 juin à Martigue

En décembre 2000, à Dakar, deux conférences internationales pour l’annulation de la dette et l’élaboration d’alternatives de développement, ont permis grâce à une représentation panafricaine unique en son genre, de dégager un large consensus en matière de relations Nord/Sud. Le premier sommet, "Pour l’annulation de la Dette, des résistances aux alternatives" était organisé à l’initiative d’Attac, du CADTM, du CONGAD (Sénégal), de Jubilé-Sud, avec des représentants de 40 pays dont 22 d’Afrique. Pendant la première semaine précédant ce sommet, la Coalition des femmes, regroupant des femmes de banlieue, des mères de famille, des lycéennes, des syndicalistes, des artistes, a élaboré et écrit le scénario. Le procès fut joué par ces femmes africaines en ouverture du sommet. La pièce a ensuite été rejouée plusieurs fois en Belgique et est demandée pour être jouée au Mali et au Togo.

Cette pièce est un procès virtuel mettant en accusation les Institutions financières internationales, le G7 et les gouvernements du Sud dans "la spirale infernale de la Dette" et l’augmentation de la pauvreté des pays du Sud
Elle sera l’occasion d’un débat sur la Dette du tiers-monde et des moyens d’actions en vue de son annulation. L’action juridique est en effet une des pistes à explorer parmi d’autres. Les mouvements sociaux dans de nombreux pays l’ont bien compris. C’est un axe d’intervention pour la mobilisation anti-dette au niveau mondial. Faute de pouvoir plaider devant de vrais tribunaux, plusieurs mouvements ont créé leurs propres tribunaux populaires dans toute l’Amérique Latine. Le dernier, "le tribunal international de la dette" s’est réuni à Porto Alegre en 2002.
Tous ces procès fictifs ont un rôle fondamental d’ordre éthique, mais s’appuient également sur un travail juridique basé sur des chartes internationales. Ils ont également pour objectif de créer une mobilisation populaire, un véritable rapport de force car le droit ne devient un moyen que dans la mesure où on est capable de l’imposer ou de le défendre par des mobilisations.

Texte intégral du Procès de la dette


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1902 / 504255

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ARCHIVES  Suivre la vie du site Groupes thématiques  Suivre la vie du site Dette, rapport Nord-Sud   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License