Accueil > Dossiers > Santé > Santé

Santé

Articles de cette rubrique


Quel modèle de protection sociale ? 20 octobre 2014 | Par Pierre Khalfa - Mediapart.fr (Santé)

mercredi 29 octobre 2014

Le gouvernement vient de décider de moduler les allocations familiales en fonction du revenu. Les députés socialistes ont obtenu que la baisse de la prime de naissance, le report de l’âge de majoration des prestations sociales et la diminution des aides à la garde des jeunes enfants, que le gouvernement voulait mettre en œuvre, soient abandonnés. En échange, les allocations familiales seront divisées par deux pour les familles gagnant plus de 6000 euros par mois, par quatre pour celles gagnant plus de 8000 euros par mois. L’objectif est avant tout de faire 700 millions d’euros d’économies sur la politique familiale. Mais cette mesure a été présentée comme « un signal de gauche » pris au nom de la justice sociale. D’autres prestations sociales sont déjà sous conditions de ressources. Certaines, comme le RSA, le sont par leur objet même. D’autres, comme par exemple le complément familial, l’allocation de soutien familial, l’allocation de parent isolé ou la prime à la naissance, relèvent d’un choix politique.



Elargir la cotisation sociale par Jean-Marie Harribey dans Politis, n° 965, 30 août 2007 (Santé)

Suivi du contre-rapport d’Attac sur la TVA sociale
vendredi 31 août 2007

Parmi les préoccupations de la rentrée, il y a celle relative au financement de la
protection sociale que le gouvernement veut assurer au moyen d’une TVA « sociale » pour
« lutter contre les délocalisations ». Or, que peuvent 5 points de TVA contre des écarts de
coûts qui vont de 1 à 10 ou plus avec les pays à bas salaires ? Quant à l’appel à faire payer
notre sécurité sociale par les travailleurs chinois et indiens (Jean Arthuis, Le Monde, 11 juillet
2007), il est indécent et incohérent puisqu’il faudrait à ce compte-là délocaliser toutes nos
productions et vivre complètement de nos rentes !



"La santé mondiale, entre racket et bien public" coordonné par François-Xavier VERSCHAVE (Santé)

avec les contributions de : Patrick ALLOUX, Elisabeth CHAMORAND, Peter DWYER, Dominique GENTIL, Raoul Marc JENNAR, Gaëlle KRIKORIAN, François LILLE, Georges MENAHEM, Francis MERCKAERT, Philippe PIGNARRE, Eloan PINHEIRO, Philippe RIVIERE, Reda SADKI, François TEYSSIER, François VEILLERETTE, German VELASQUEZ, Laurent ZIEGELMEYER
jeudi 16 décembre 2004

Dans un certain nombre de pays, l’accès aux soins est conçu comme un droit, la santé est perçue comme un bien public et le système de santé est soumis à des obligations de service public. La Déclaration universelle des droits de l’Homme et l’Organisation mondiale de la santé ont visé à rendre universel le droit d’être soigné. Cet objectif est aujourd’hui loin d’être atteint pour une majorité d’habitants de la planète.



Note sur le financement de l’assurance-maladie sur le site d’Attac-France (Santé)

dimanche 1er août 2004


Sécu : les femmes en première ligne par Christiane Marty - (Santé)

Commission femmes et mondialisation d’Attac - mai 2004
jeudi 17 juin 2004

Le gouvernement justifie la nécessité d’une réforme de l’assurance maladie pour les mêmes raisons par lesquelles il justifiait en 2003 la réforme des retraites : il s’agit de sauvegarder notre système qui serait au bord de l’explosion. Ce discours de façade masque la continuité de la logique à l’œuvre, qui relève du processus de marchandisation de toutes les activités humaines : réduire le plus possible la part de la protection sociale (assurance maladie, pensions de retraite) assurée par la solidarité pour faire la place à une part complémentaire de plus en plus grande assurée par le secteur privé (couverture complémentaire par des mutuelles et assurances privées). Comme pour les retraites, les conséquences les plus graves concerneront les personnes les plus démunies, qui n’auront pas les moyens de compléter la prestation de base par une assurance complémentaire. L’an dernier, nous avions mis en évidence en quoi les femmes étaient, encore plus que les hommes, touchées par ces attaques contre les retraites. Les mesures prévues aujourd’hui par le gouvernement pour la "sécu" ont elles aussi des implications particulièrement défavorables pour les femmes, de différents points de vue. Pourtant la dimension des rapports sociaux entre les hommes et les femmes dans cette question de l’assurance maladie reste largement ignorée du débat.



Apartheid médical : MANIÈRE DE VOIR 73 FÉVRIER - MARS 2004 (Santé)

samedi 20 mars 2004

INTRODUCTION
La mort inégale
Ignacio Ramonet

INSÉCURITÉ SOCIALE
En exacerbant les difficultés du système de soins, la canicule de l’été 2003 en France a rappelé que le progrès technique et médical ne suffisait pas à défendre la santé publique. Mais le gouvernement de M.Jean-Pierre Raffarin, tout à son programme de démantèlement de la protection sociale, n’en a pas tiré les leçons... Quant à l’insécurité sociale, avec son cortège de stress, d’accidents du travail et de précarité, elle prélève un lourd tribut sur notre santé.



l’"équilibre" entre public et privé dont rêve Raffarin et Mattéi (Santé)

par José Caudron co-auteur de la Note de la fondation Copernic"main basse sur l’assurance maladie"(syllepse, 2003)
dimanche 2 novembre 2003

La volonté de privatiser le système de santé dénoncée dans la note "Main basse sur l’assurance maladie" se concrétise de plus en plus clairement.



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 482890

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Santé   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License