Accueil > Dossiers > Autres... > Archives éditoriaux > Archives éditoriaux

Archives éditoriaux

Articles de cette rubrique


Les impasses de la mondialisation libérale... Comment en sortir ? (Archives éditoriaux)

mardi 11 avril 2006 par Bernard LAGUNE

DU "DROIT AU TRAVAIL" AU "DROIT DE TRAVAILLER"

L’action conjuguée des gouvernements, des
organismes patronaux représentatifs, des
grandes firmes multinationales et de l’Union
Européenne, a pour objectif le maintien du
chômage à un niveau élevé et
l’accroissement de la précarité. Après le vote
du 29 mai la Commission européenne
poursuit inéluctablement la procédure
d’adoption de la directive Bolkestein,
symbole de dumping social et de destruction
des services publics. Le CNE, le CPE et la
batterie de mesures prises par le
gouvernement français qui ont pour objectif
de « flexibiliser » le marché du travail font
imploser le cadre juridique du CDI et le code
du travail. Elles illustrent le fameux « droit de
travailler » qui dans le « Traité Constitutionnel
Européen » remplace le « droit au travail »,
avec pour objectif de dynamiter « le droit du
travail ». « La liberté s’arrête là où commence le droit
du travail », c’est ce qu’a déclaré la
présidente du MEDEF. Le patronat veut
pouvoir jouer sur le chômage de masse, la
précarité et la répression pour éteindre les
revendications salariales, rapprocher les
salaires d’embauche du SMIC quel que soit
le niveau de qualification, faire accepter le
non-paiement des heures supplémentaires..... Les contrats précaires exonèrent le patronat de certaines cotisations
sociales... Tous les moyens sont bons pour
faire baisser le « coût du travail ». Il s’agit de
détourner la valeur ajoutée au profit des
actionnaires et au détriment des salariés,
des jeunes à la recherche d’un emploi et
des chômeurs. Il s’agit d’une lutte contre
les chômeurs et non contre le chômage.



EDITORIAL : De Marseille à Hongkong même combat (Archives éditoriaux)

vendredi 9 décembre 2005 par Bernard LAGUNE

Le 3 décembre les comités locaux
d’Attac des Bouches du Rhône
appellent à un rassemblement devant le
siège de la délégation de l’Union Européenne
à Marseille pour dénoncer les pratiques des
négociateurs de l’UE dans les négociations
des accords de l’OMC et l’accélération des
procédures de libéralisation au sein de l’UE
avec notamment le retour de la directive
Bolkestein.. Le 8 décembre, la réunion
mensuelle d’ATTAC Pays d’Aix est consacrée
à la 6ème conférence de l’OMC qui se
tiendra du 13 au 18 décembre à Hongkong.
Ces actions se situent dans le cadre d’une
campagne intitulée « OMC 10 ans ça suffit !
 », lancée par 24 organisations en France pour
dénoncer l’accélération de la libéralisation
des marchés. Sont concernés notamment les
marchés des services dans le cadre de
l’Accord Général sur le Commerce des
Services (AGCS), l’Agriculture et l’Accès aux
Marchés Non Agricoles (NAMA).
Car si les tentatives d’explication de la révolte
des jeunes des banlieues abondent
(discriminations sociales, économiques,
politiques, racisme, séquelles du
colonialisme...), peu de commentateurs
insistent sur la continuité des politiques
menées à tous les échelons territoriaux. Le
libre échange mondialisé transforme en
banlieues du monde occidental une grande
partie de l’Afrique et de l’Amérique Latine
notamment.



EDITORIAL : Attac réaffirme son engagement dans la lutte contre mondialisation (Archives éditoriaux)

mercredi 5 octobre 2005 par Bernard LAGUNE

Le mouvement en septembre a été plus
politique que social. La victoire du
“NON” au référendum n’a bien sûr pas
ouvert la voie à un changement de politique
de l’Union Européenne et du gouvernement
français. La directive Bolkestein devrait être
soumise au vote du parlement européen dans
le courant d’octobre. Le gouvernement de
Villepin mène une politique dont les moteurs
sont le chômage et la précarité, l’accaparement
des richesses par une minorité de propriétaires
du capital et la destruction à son
profit de tous les système de redistribution.
Mais la victoire du “NON” entraîne une transformation
de la carte politique française.
Le Parti Socialiste en ressort profondément
divisé et il tente “un recentrage à gauche”
avec comme enjeux la direction du parti, le
choix du candidat aux présidentielles et les
investitures locales aux municipales et aux
législatives.
“Rompre ou non avec le social libéralisme
telle est la question”.



Editorial : Après la victoire du NON quel rôle pour Attac ? (Archives éditoriaux)

Editorial de la lettre aux adhérents n°39
mercredi 6 juillet 2005

Il est nécessaire de rappeler que le sens du vote "NON" pour Attac a été le refus d’une constitution qui condamne
les peuples européens à subir des politiques ultralibérales. En participant à l’information des citoyens et en s’engageant dans la campagne pour le « NON », Attac Pays d’Aix a le sentiment d’avoir assumé sa fonction « d’association d’éducation populaire tournée vers
l’action », dans la continuité de son action « altermondialistes » de dénonciation des politiques de l’OMC et des institutions financières internationales.

Le débat sur le projet de Constitution n’est pas clos pour autant.....Aussi l’une des tâches prioritaires d’Attac reste de poursuivre la mobilisation sur le thème du traité constitutionnel et de renforcer les liens qui ont commencé à
se nouer avec les Attac d’Europe pour élaborer des propositions alternatives sur la méthode et sur le contenu.....



EDITORIAL : Résultats du référendum, communiqué d’Attac pays d’Aix (Archives éditoriaux)

samedi 4 juin 2005 par Bernard LAGUNE

Attac Pays d’Aix accueille avec satisfaction la victoire du « NON » au référendum
pour la ratification de la constitution européenne, satisfaction tempérée par le résultat
majoritaire du « OUI » à Aix-en-Provence. Il est nécessaire de rappeler que le sens du vote
« NON » pour ATTAC, est le refus d’une constitution qui condamne les peuples européens à
subir des politiques ultralibérales sans alternative possible. En participant à l’information des
citoyens et en s’engageant dans la campagne pour le « NON », Attac Pays d’Aix a le sentiment
d’avoir assumé sa fonction « d’association d’éducation populaire tournée vers l’action » dans
la continuité de son action « altermondialistes » de dénonciation des politiques de l’OMC et des intitulions financières internationales.

Le calendrier d’Attac est déjà riche de rendez-vous qui permettront d’analyser les résultats
et de débattre des initiatives à prendre :



EDITORIAL : SEUL LE "NON" EXPRIME L’EXIGENCE D’UNE EUROPE SOCIALE ET DEMOCRATIQUE (Archives éditoriaux)

samedi 16 avril 2005 par Bernard LAGUNE

S’il y a un thème qui fait l’unanimité sur la question du traité européen c’est celui du rapport de forces nécessaire pour faire évoluer la politique de l’Union européenne vers plus de « social ». A gauche comme à droite on se veut rassurant et on nous dit « votez oui » ensuite nous nous battrons pour faire modifier dans un sens plus social ce que vous venez d’approuver. Il y a déjà là un léger paradoxe. Mais il faut aller plus loin et analyser ce que chacun met sous le terme de « rapport de force ».



EDITORIAL : Au nom de l’Europe je vote « NON » (Archives éditoriaux)

mardi 15 février 2005 par Bernard LAGUNE

Le 17 mars Assemblée Générale d’Attac Pays d’Aix
L’événement politique du mois de mars est sans conteste l’Assemblée Générale d’Attac Pays d’Aix. Il s’agira de renouveler le Conseil d’administration et de renforcer l’équipe militante qui anime les différentes activités d’Attac. Le bilan est certes conséquent mais Attac se trouve en ce moment face à une échéance particulièrement importante (certains diront « historique »), celle du référendum sur la Constitution Européenne ». Le CA d’Attac Pays d’Aix a décidé de s’engager résolument pour que le « non » l’emporte et Attac appelle tous les adhérents et sympathisants à participer sous toutes les formes possibles à la mobilisation : participation au CA, création de tracts, affiches, diffusion sur les marchés, dans les boîtes à lettre, réunions dans les villages et quartiers .....
Mais le premier acte militant sera de participer à l’Assemblée Générale et de définir ensemble l’action d’Attac Pays d’Aix.

Pourquoi une grande majorité des adhérents d’Attac se sont-ils prononcés pour le « non » à cette « constitution » ?



EDITORIAL : Attac s’engage dans la campagne pour le “NON” à la “constitution” (Archives éditoriaux)

lundi 3 janvier 2005 par Bernard LAGUNE

Dans l’immédiat ATTAC Pays d’Aix
va développer son activité dans
deux directions principales :
- la participation à la campagne pour le
“NON” au traité constitutionnel pour
l’Europe,
- la préparation de l’AG statutaire de
l’association (le 17 mars) avec la tenue
d’un séminaire de réflexion sur notre
action et nos objectifs
le 8 janvier au CREPS à 14 heures.



Editorial : Quel avenir nous prépare la constitution européenne ? (Archives éditoriaux)

lundi 8 novembre 2004 par Bernard LAGUNE

Les désastres du libéralisme
Qui veut mesurer les dangers des
politiques ultralibérales peut voir en
ce moment au cinéma Mazarin le film
“Mémoire d’un saccage, Argentine le
hold-up du siècle” dans lequel vous
verrez Michel Camdessus à l’époque
Directeur général du FMI, embrasser
Carlos Menem, un des chefs d’état les
plus corrompus de la planète. Le film
vous dira que France Télécom participait
au dépeçage du secteur public argentin.
D’ailleurs, d’autres fleurons de l’industrie
française (EDF par exemple) ont
participé au saccage de l’Argentine.
L‘Argentine a été le bon élève du F.M.I. Elle
privatisait tout le secteur public, bradait son
patrimoine industriel. Les recettes du F.M.I.
et de Camdessus, ont conduit l’Argentine
et les Argentins à la ruine pendant qu’une
minorité de dirigeants remplissaient les
coffres des banques nord-américaines et
européennes. Le film accuse le F.M.I.
de “crime contre l’humanité”.



EDITORIAL : "Ce n’est qu’un combat, continuons le début" par Bernard Lagune (Archives éditoriaux)

samedi 4 septembre 2004 par Bernard LAGUNE

Le 9 septembre va se tenir au
Ligourès la réunion de rentrée
d’Attac Pays d’Aix. Elle va être
consacrée à un état des lieux et à une
réflexion sur les formes de résistance à
organiser face à la déferlante ultralibérale
mise en œuvre par le couple
gouvernement-Medef.
Pendant l’été le gouvernement et le
Medef ont croqué à belles dents dans le “
gâteau social ” : assurance-maladie,
décentralisation, chantage aux
délocalisations, remise en cause des 35
heures, etc. Mais l’ogre Medef est
insatiable. Ce qu’il vise c’est la
suppression du code du travail et la
privatisation de la protection sociale. M.
Seillière « plaide pour une
“ individualisation ” des solutions dans
les entreprises, au besoin sans les
syndicats, vantant “ la microdécision ”
et la “ micronégociation ” »( Le monde
du 29-30 août). Foin des conventions
collectives et de la loi, transformons tous
les salariés en entrepreneurs individuels !
Que vive le capitalisme sauvage !



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 529621

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Autres...  Suivre la vie du site Archives éditoriaux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License