Accueil > Dossiers > Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux > Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux

Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux

Articles de cette rubrique


Des victoires sont possibles

Déclaration du réseau des Attac d’Europe sur la coopération renforcée concernant la taxe sur les transactions financières (Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux)

vendredi 1er février 2013
Le réseau des Attac d’Europe se félicite de la décision du Conseil ECOFIN (Conseil pour les Affaires économiques et Financières) du 22 janvier d’approuver la taxe sur les transactions financières (TTF) et d’avancer dans la procédure de coopération renforcée impliquant 11 États membres de l’Union (...)


De la « TVA » sociale à la « fiscalité anti-délocalisation » : un même projet anti-social par Drezet Vincent [1] (Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux)

vendredi 6 janvier 2012

http://www.france.attac.org/articles/de-la-tva-sociale-la-fiscalite-anti-delocalisation-un-meme-projet-anti-social

La TVA « sociale » : inutile et injuste [4]

Taxes globales

La présente note reprend et actualise la synthèse du rapport d’Attac sur la TVA sociale de 2007 [5].

Le financement de la Sécurité sociale sera l’un des grands enjeux des campagnes électorales de 2012. L’UMP devrait porter le projet de baisser les cotisations sociales et de compenser cette baisse par la hausse de certains prélèvements. Échaudée par la controverse autour de la « TVA sociale », la majorité présidentielle porte désormais un projet dont les bases et les arguments ne changent pas, mais dont l’architecture est quelque peu remaniée. Il reste cependant à savoir s’il s’agit là d’une prudence tactique permettant aux partisans d’une TVA sociale d’avancer masqués ou d’une évolution procédant d’une véritable volonté de répartir autrement le financement de la Sécurité sociale.

Sur le fond, le projet ne change pas de philosophie : il s’agit toujours de baisser le coût du travail et de transférer sur quelques impôts une part supplémentaire du financement de la Sécurité sociale pour, selon les partisans d’un tel projet, favoriser la compétitivité des entreprises et les exportations. En revanche, il ne s’agit plus seulement de relever la TVA pour compenser budgétairement la baisse des cotisations sociales, mais de relever plusieurs prélèvements. Seraient ainsi concernés la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), la contribution sociale généralisée (CSG) et l’impôt sur les sociétés (IS). Le projet demeurant encore flou, il est difficile de se faire une idée précise même si on peut d’ores et déjà formuler quelques commentaires et poser plusieurs questions.



TVA sociale : Taxe sur la Vache Augmentée par Jean-Marie Harribey (Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux)

vendredi 6 janvier 2012

http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey/2012/01/05/tva-sociale-taxe-sur-la-vache-augmentee/#

L’année 2012 commence aussi mal que 2011 s’était terminée. La crise s’étend, le chômage s’envole et la politique d’austérité aggrave encore les choses. Le gouvernement, jamais avare de cynisme, ne cesse de vomir la réduction du temps de travail mais prône le chômage à temps partiel. Comme tout cela frise l’indécence et la vacuité, Monsieur Sarkozy et Madame Parisot tentent un dernier coup avec la TVA dite sociale et renommée taxe anti-délocalisations. Au motif qu’il faudrait rendre les entreprises françaises plus compétitives à l’extérieur et faire payer une partie de notre protection sociale par les importations. Cette proposition est une énorme tromperie : tout concourt à leurrer les travailleurs dont l’emploi est menacé et les citoyens soumis à une fiscalité de plus en plus injuste.[1]

Première mystification : l’origine des difficultés du financement de la protection sociale

Le tour de force de l’idéologie libérale aura été, au cours des trente dernières années, d’accréditer l’idée que la protection sociale était un coût et surtout qu’elle n’était qu’un coût. En France, à elles seules, l’assurance maladie représente annuellement 11 % du PIB et les retraites 13 % ; le tout « absorbe », nous dit-on, un bon quart de la richesse produite. Pire encore, ces proportions augmentent avec le temps et seraient un handicap pour l’économie engagée dans la compétition mondiale...



Les altermondialistes d’Attac "satisfaits" mais "pas dupes" (Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux)

lundi 22 août 2011

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/08/16/les-altermondialistes-d-attac-satisfaits-mais-pas-dupes_1560287_823448.html

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont annoncé, mardi 16 août, qu’ils proposeraient en septembre une taxe sur les transactions financières, sans préciser la forme qu’elle pourrait prendre. Cette taxe est réclamée depuis quelques jours par plusieurs personnalités politiques françaises, comme Jean-Louis Borloo ou Martine Aubry. Pour Aurélie Trouvé, coprésidente de l’association Attac, l’intérêt de cette taxe dépendra des modalités d’application et de l’utilisation des recettes.

Attac plaide depuis sa création pour la mise en place d’une telle taxe. C’est une victoire pour les altermondialistes ?

Aurélie Trouvé : Nous sommes évidemment satisfaits, c’est une victoire du point de vue du débat d’idées : il y a peu, on passait pour des idéalistes ou des révolutionnaires. Aujourd’hui, la proposition de taxer les flux financiers est reprise par la plupart des responsables politiques.

Mais, sur le plan de l’action, c’est autre chose.



Monique Pinçon-Charlot : « Les riches sentent les dangers de la situation actuelle » Une interview dans 20 minutes du 17 août 2011 (Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux)

suivi d’un extrait de l’appel des 16 grandes grandes fortunes
lundi 22 août 2011

INTERVIEW – Certains riches veulent être plus taxés pour éponger les déficits publics. Une vaste hypocrisie, dénonce la sociologue Monique Pinçon-Charlot, spécialiste de la bourgeoisie...

Le patron de Publicis, Maurice Lévy estime que les Français les plus riches doivent participer à la réduction du déficit sous la forme d’une contribution fiscale exceptionnelle. Pierre Bergé y est également favorable. Mais pour Monique Pinçon-Charlot, co-auteur du Président des riches*, ce n’est rien d’autre que de la poudre aux yeux. Elle décrypte les vraies motivations des riches.



Taxer les transactions financières : en parler ou le faire ? par Attac France (Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux)

mardi 25 janvier 2011

« La France est favorable à une taxe sur les transactions financières »
a répété ce matin le Président Sarkozy lors de sa présentation des
objectifs de la Présidence française du G8-G20. ?Pour Attac la mise en
place d’une telle taxe ne saurait attendre une énième étude ou un
nouveau rapport, comme le propose le Président, qui va confier une
mission à une personnalité "de la société civile". De nombreuses études
de faisabilité ou d’impact existent déjà, c’est la volonté politique qui
manque. Une taxe d’un niveau significatif sur les transactions
financières est non seulement possible, mais indispensable, dès
maintenant, pour réduire drastiquement la spéculation financière et pour
financer la lutte contre la pauvreté et le réchauffement climatique. La
France et ses partenaires européens ont les moyens de l’instaurer dans
la zone euro dès qu’ils le décideront.

Mais Nicolas Sarkozy et ses collègues européens, avec le FMI, font
aujourd’hui payer aux citoyens les dérives de la finance par des coupes
sombres dans les dépenses sociales, des pertes d’emploi, le
démantèlement des services publics.



Des taxes pour désarmer les marchés financiers ! La taxe sur les transactions financières ne sera fera pas sans nous, sans vous ! (Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux)

mercredi 14 avril 2010

Attac est née suite à un édito d’Ignacio Ramonet de décembre 1997 dans Le Monde diplomatique « Désarmer les marchés » concluant : « Pourquoi ne pas créer, à l’échelle planétaire, l’organisation non gouvernementale Action pour une Taxe Tobin d’aide aux citoyens, ATTAC ».

Dix ans après, l’idée d’une taxation des transactions financières n’a jamais été autant d’actualité. Les solutions que nous étions les seuls à avancer sont reprises jusqu’au cœur de l’establishment politico-financier international. Mais les taux annoncés sont, pour l’instant, dérisoires et le risque est grand d’aboutir une micro-taxe. Nous sommes encore loin du "grain de sable" à même de perturber les rouages de la finance mondialisée.

Attac se mobilise à nouveau pour que la taxation des transactions financières réponde à un objectif fondamental : "désarmer les marchés financiers".



Vive l’impôt ! par Jean Gafrey (Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux)

vendredi 26 mars 2010

S’il est légitime et nécessaire de s’interroger sur l’avenir à long terme du « système » (voir mon post du 22 février), il est non moins indispensable de trouver à court et moyen terme d’importantes ressources financières pour faire face aux grandes urgences : chômage, dette publique, pauvreté, retraites et protection sociale, investissements de la durabilité.



"Transactions financières : pas de taxe internationale au rabais" par Thomas Coutrot et Sébastien Fourmy, respectivement coprésident d’Attac France et directeur du plaidoyer Oxfam France (Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux)

dans La Tribune 11 mars 2010
jeudi 11 mars 2010

Lire également sur ce site "Des taxes pour désarmer les marchés financiers

Plus d’un an après la faillite de Lehman Brothers, l’idée de taxer plus fortement le secteur financier a finalement fait son chemin. Officiellement en France, au sein de l’Union européenne et du G20, et jusqu’au FMI, la question n’est plus de savoir s’il faut le faire mais comment s’y prendre. Contrôle des bonus, constitution de nouveaux fonds de réserve, taxe minimale sur les changes, etc..., plusieurs options sont sur la table et les négociations sont en cours entre pays du G20. Mais à vouloir tout mettre sur le même plan, le risque est grand que la montagne n’accouche d’une souris et que soit oubliée toute véritable ambition de régulation internationale.



Des taxes pour désarmer les marchés financiers (Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux)

vendredi 5 mars 2010
Un peu plus de dix ans après la création d’Attac, l’idée d’une taxation des transactions financières n’a jamais été autant d’actualité. Les solutions que nous étions les seuls à avancer sont reprises jusqu’au cœur de l’establishment politico-financier international. Mais les taux annoncés sont, pour (...)


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 486182

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License