L’économie symbiotique, CR de lecture

jeudi 1er février 2018
popularité : 6%

Compte rendu de lecture fait par Claude à la réunion Attac Paris Centre du 18/01/2018

L’économie symbiotique – régénerer la planète l’économie et la société
Par Isabelle Delannoy (ingénieure agronome)
2017, Actes sud

Propos du livre :
Analyse de multiples exemples d’alternatives pour leur donner un sens
Lutte contre l’extractivisme : s’appuyer sur les écosystèmes naturels
Renverser, repenser les rapports hommes/nature et rapports sociaux-économiques humains
Rapports hiérarchiques : efficacité pratique des rapports égalitaires
Reterritorialisation des activités économiques
Recherche d’un mode de pratique commun, qui surgit dans les expériences menées dans différentes parties du monde
Ce nouveau système : économie symbiotique

Symbiose : association étroite et pérenne de 2 organismes différents qui trouvent dans leurs différences leur complémentarité, et la force pour se développer.
Exemple :corail
Cela s’apparente à un phénomène de « vivre ensemble »,

Le livre passe en revue différentes expériences dont, à titre d’exemple :

Etude des eco-systèmes vivants
Permaculture : expérience en Autriche où une ferme est conçue en éco-systèmes, ainsi les arbres sont plantés chacun avec une cinquantaine de plantes différentes qui se développent en s’enrichissant par leurs différences (sans engrais ni pesticides), les éco-systèms sont diversifiés : cultures, mares, étangs, terrasses, pour développer les relations, les échanges d’énergie… les débris végétaux et les eaux grises de la ferme nourrissent les poissons, etc : éco-système symbiotique
La ferme produit fruits, légumes, poissons…
Vente en circuit court, réseaux de clients divers avec attentes diverses, ce qui entretient la diversification des productions, et aussi participation à des réseaux d’entr’aide et de partage des connaissances très actifs entre les permaculteurs.

Cet exemple permet de décrire dans leur fonctionnement les principes qui, dans la gestion des ressources d’un écosystème symbiotique, enclenchent une spirale croissante. Isabelle Delannoy distingue trois principes constructeurs à la base de la formation des écosystèmes et trois principes régulateurs qui interviennent pour les maintenir.
Principes constructeurs
- une collaboration libre et directe entre entités (molécules, êtres vivants, activités, personnes). Pour que ces éléments se rencontrent peut être nécessaire l’intervention d’un tiers organisateur qui définit les règles, mais ne dirige pas : exemples ce permaculteur, ou une municipalité qui organise la coopération entre entreprises et associations.
- des territoires de flux communs accessibles à tous de façon égale ; ce sont des territoires matériels où circulent les ressources, mais aussi immatériels (ex. réseaux internet) où se croisent les intérêts et les valeurs.
- une diversité d’acteurs et de ressources qui respectent l’intégrité de chaque entité, la diversité est un élément essentiel de la dynamique.

Principes régulateurs :
- l’utilisation prioritaire de services rendus par les écosystèmes
- la recherche de l’efficience maximale dans l’utilisation des ressources, qu’elles soient de la matière, de l’énergie ou de l’information
- la recherche de l’inscription des activités humaines dans les grands cycles de la planète en préservant son équilibre écologique global.

Ces principes se retrouvent dans la conduite des écosystèmes industriels et des écosystèmes sociaux, ils s’appliquent à la production, à la consommation et aux modes de gouvernance, y compris de redistribution de la valeur. Ils caractérisent la nouvelle logique économique en train d’émerger.

Sur la base de ces principes, de nouvelles pratiques de prospérité se développent
Ce qui change : ce ne sont pas les éléments utilisés, mais la manière de les associer
Exemples d’application de ces principes à différentes expériences d’utilisation des ressources vivantes, techniques, sociales dans différents champs.

Exemples de gestion des ressources écologiques :
La gestion de l’eau, depuis années 80, utilisation des capacités épuratoires des plantes (joncs, bambous, roseaux, iris…). L’installation de ces plantes agit aussi sur l’aspect du paysage (fontaines, bassins…). On peut obtenir une eau de baignade, d’élevage de poissons …
Développement de l’ingénierie écologique (depuis années 60), ex. transformation de ces plantes en matériaux.

Autre exemple : Bio construction, filière bois
Matériaux qui reviennent dans les champs comme engrais en cas de déconstruction
Exploitations d’agroforesterie, 100 ha exploités en associant agriculture et foresterie produisent autant que 130 à160 ha exploités en traditionnel (séparé).

Autre exemple : l’ énergie

Société Pocheco (fabricant d’enveloppes)
L’usine a brûlé, le bâtiment a été reconstruit en minimisant l’énergie utilisée (bâtiment autosuffisant en chauffage 6 jours sur 7), toits végétalisés, ruches, eau épurée en local (bambous), la composition des encres a due être modifiée pour qu’elle puisse être épurée.

Autre exemple : Kalundborg au Danemark, la ville a incité les industries à collaborer. Plusieurs usines ont adapté leur mode de production pour utiliser les déchets d’une autre comme matière première.

Autres exemples : économie « de l’accès » ou « de fonctionnalité »

• Michelin (entreprise de pneus) a eu l’idée, pour les pneus poids lourds haute technologie, de vendre non pas les pneus mais le nombre de km parcourus
Les clients rendent leurs pneus usagés, et bénéficient de l’entretien
L’expérience a diminué de plus d e3 fois sa consommation de matière première et réussi à faire baisser les prix et augmenter sa parts de marché

• Rank Xerox : récupère les machines en fin d’usage
Réutilise 80 % des composants pour en fabriquer de nouvelles
Relocalisation des fournisseurs sur les lieux d’usage pour gagner en flux d’information, ce qui aide au développement de l’activité

Diffusion des moyens de production

Exemple : imprimante 3D RedRap : machine facile à reproduire, les plans sont accessibles, on peut parler d’un écosystème mondial de projets

Exemple des Fab Labs : lieu ouvert qui met à la disposition de tous les dernières avancées technologiques telles que des imprimantes 3D. Ainsi, l’homme domine l’outil, la machine n’est pas une propriété : elle est mise en commun.
Il existe beaucoup de Fab Labs dans les pays pauvres (Inde, Togo)

Application de ces principes sur le social : internet, échange horizontal, communs industriels, entrepreneuriaux

Le maintien de l’auto-gouvernance est primordial, il faut être vigilant face aux tentatives de prises de pouvoir économique : l’échange doit être maintenu de manière égale entre les participants.

Ce modèle est fractal et non pas croissant : ce sont de petits systèmes qui se développent et développent d’autres petits systèmes
Les expériences sont très diverses mais la structure est commune

Multiplicité des applications possibles dans le domaine des industries des énergies renouvelables et numériques 

Rôle central de l’information

Rappel de la théorie thermodynamique : dans tout système physique, la production d’un travail utile est liée à la présence d’une source d’alimentation en énergie, de matière et d’information. Lorsque les 3 sont réunis, la matière se met en mouvement et. Seule la matière est en quantité finie, pas l’apport d’énergie solaire, pas l’information. En effet, l’information croît à mesure que le vivant se diversifie et se complexifie. Chaque individu, chaque espèce, chaque écosystème est porteur d’un ensemble d’informations spécifique. Avec le développement technologique, il y a eu un saut technologique qui a développé énormément le flux des informations.

Information imprimée dans les gènes des plantes : photosynthèse.
Utiliser l’intelligence contenue dans les plantes pour avoir une utilisation efficiente des énergies.
Il est primordial de préserver l’information contenue dans les écosystèmes (comme la forêt), mais aussi celles contenues dans les molécules.

Les nouvelles logiques qui émergent à partir de ces expériences opèrent un déplacement de pensée et de l’usage du vivant.
Agir comme un catalyseur des écosystèmes vivants : multiplier l’efficience naturelle du vivant, des végétaux…

Des courants de pensée et des modes d‘agir se développent en ce sens.


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301